Les meigas, les sorcières galiciennes engagées par Satan | Grands Monstres 3

Un petit village perdu dans la verdure de la Galice. L’humidité et le brouillard couvrent le ciel et donnent une touche de mysticisme à l’aube d’un nouveau jour. Une jeune femme sort de sa maison et commence à traire sa vache. Soudain, la jeune femme voit une vieille femme qui l’observe. Elle doit être là depuis longtemps, mais la fille ne l’avait pas remarquée. “Bonjour”, lui dit la fille. La vieille femme la regarde une dernière fois avant de partir, mais ne répond pas. Un frisson parcourt le corps de la jeune femme. Au moment où elle retourne traire sa vache, un rouge profond remplace le blanc du lait. Le sang jaillit maintenant des seins de l’animal. Cette vieille femme n’était autre qu’une meiga.

Forêt la nuit

Forêt la nuit. | shutterstock

Métier : sorcières de Satan

Les meigas ne sont ni plus ni moins que des sorcières galiciennes. Leur nom semble venir du latin magicus, un mot qui était utilisé, surtout en Galice, pour désigner les personnes dotées de pouvoirs et de propriétés magiques. Parfois, ce sont des guérisseurs qui se consacrent aux malades et utilisent leurs pouvoirs pour faire le bien. Ces sorcières sont souvent appelées bruxos et bruxas. D’autre part, il y a les meigas elles-mêmes, celles qui nous intéressent dans cet article.

Elles se consacrent, comme on dit en Galice, à meigar ou, ce qui revient au même : faire le mal, que ce soit aux personnes ou aux animaux. Tuer des enfants, détruire les fruits des champs ou jeter le mauvais œil. En outre, les histoires racontent que ces sorcières entretenaient des relations avec le diable pour faire des pactes. En fait, elles travaillaient pour Belzébuth, même si elles mélangeaient un peu sexe et travail.

Lieu de naissance : la chasse aux sorcières

Illustration du bûcher d'une sorcière

Illustration du bûcher d’une sorcière | Shutterstock

Les meigas, comme mentionné ci-dessus, sont originaires de Galice, bien que l’on en trouve également dans les régions de León et des Asturies. Mais depuis quand ces sorcières habitent le nord de l’Espagne ? L’histoire des meigas est très ancienne et remonte à ces siècles où l’Europe voyait des sorcières partout. La persécution de ces êtres a commencé, sur le vieux continent, à la fin du Moyen Âge et a duré jusqu’à une bonne partie du XVIIe siècle et même le début du XVIIIe siècle. Selon l’anthropologue Guadalupe Jiménez-Esquinas dans son article Les meigas : la transformation d’un stigmate en ressource patrimoniale, il y a eu un total de 45 000 exécutions, bien que beaucoup plus de sorcières aient été persécutées. Cependant, certains auteurs affirment qu’en réalité, elles se comptaient par millions.

Bien que, dès le XIIIe siècle, les Galiciens aient entendu parler de personnes qui utilisaient la magie, ce n’est qu’au XVIe siècle, en pleine vague de chasse aux sorcières en Europe et au plus fort de l’Inquisition espagnole, que le terme de sorcière a été écrit pour la première fois. Entre la fin de ce siècle et le début du suivant, peu après la célèbre affaire des sorcières de Zugarramurdi qui s’est déroulée en Navarre, on entend pour la première fois le terme meiga, qui a survécu jusqu’à nos jours.

Grotte des sorcières à Zugarramurdi

Grotte des sorcières à Zugarramurdi. | Shutterstock

Jiménez-Esquinas note qu’en Galice, “112 cas de magie, de sorcellerie et d’ensorcellement ont été signalés entre 1565 et 1683”. Toutefois, “dans le cas de la Galice, les chiffres recueillis par Lisón Tolosana ne sont que la partie visible de l’iceberg”, ajoute-t-il. Il convient de noter que, parmi ces chiffres, 82 sont des femmes qui partagent des profils similaires : âgées, veuves, célibataires, mendiantes ou sages-femmes. Et elles avaient tendance à être des femmes qui subvertissaient les mandats sociaux. Une femme seule qui dirige sa propre maison et qui est une guérisseuse ? Cela ne pouvait signifier qu’une chose : meigas.

Pouvoirs : provoquer la terreur

Non seulement elles peuvent jeter toutes sortes de maléfices, mais elles peuvent aussi, bien sûr, voler sur leurs vieux balais. Un moyen de transport très efficace qui s’avère pratique et durable lorsqu’il s’agit d’aller chercher des enfants à manger. Les vieilles histoires racontent également que les meigas pratiquaient le sabbat, des réunions de sorcières présidées par Satan et dans lesquelles avaient lieu toutes sortes de perversions sexuelles.

Le Sabbat des sorcières, le Grand Bouc, Goya

Le Sabbat des sorcières, le Grand Bouc, Goya. | Wikimedia

La complexe société des meigas

Mais les pouvoirs des meigas vont plus loin. Celles que l’on appelle meigas chuchonas ou chupadoras sont les plus dangereuses : elles peuvent se transformer en vampiresses ou en insectes et sucer le sang des enfants ou voler leur graisse corporelle pour en faire des potions. Les asumcordas sont, en quelque sorte, les mouchardes du sabbat : elles espionnent les gens chez eux et regardent qui entre et qui sort.

Troisièmement, il y a les marimantas, connues sous le nom de meigas del saco, qui rivalisent de profession avec le croque-mitaine en enlevant les enfants. D’autre part, la sorcière lobismulle est une femme-loup ; la feiticeira est chargée d’hypnotiser les hommes qu’elle noie dans l’eau ; et la lavandeira demande de l’aide au marcheur pour laver le linge et punit celui qui le lave dans le sens opposé au sien.

Heureusement, il existe des meigas qui ne sont au moins pas maléfiques. Nous parlons des voladoiras, qui volent et font des pirouettes acrobatiques dans les airs ; des cartuxeiras, qui se consacrent à tirer les cartes du tarot ; des vedoiras, des devineresses qui savent contacter l’au-delà. Celle connue sous le nom de dama de castro est également une sorte de meiga qui vit sous terre et apparaît pour aider les personnes en détresse.

Des meigas qui volent la nuit

Des meigas qui volent la nuit. | Paula Garvi

Et bien que les meigas n’atteignent pas la renommée du Coco ou du croque-mitaine, leur légende a survécu au fil du temps. En fait, en Galice, il est encore courant, même aujourd’hui, d’entendre la phrase  Eu non creo nas meigas, mais habelas, hainas / Je ne crois pas aux sorcières, mais elles existent.


About the author

Le Tribut des Cent Demoiselles et l’Apôtre
Tributo de las cien doncellas y el Apóstol

[vc_row][vc_column][vc_row_inner css=".vc_custom_1499031958127{margin-bottom: 0px !important;}"][vc_column_inner width="1/4"][vc_single_image image="31554" img_size="full"][/vc_column_inner][vc_column_inner width="3/4"][vc_column_text]L’histoire légendaire du Tribut des Cent Demoiselles est lié à la figure historique Read more

Paso honroso de Suero de Quiñones
pas d’honneur de suero de quinones

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Don Suero solicitó formalmente al rey su permiso para cumplir con un voto de amor que le había hecho a Read more

La Comtesse traitresse
la comtesse traitresse

[vc_row][vc_column][vc_row_inner css=".vc_custom_1499256727678{margin-bottom: 0px !important;}"][vc_column_inner width="2/3"][vc_column_text]Garcia Fernandez fut le fils et héritier de Fernan Gonzalez(premier comte de Castille) C’était un beau Read more

Le “Bispo Santo” (Saint Évêque) et les Normands
Le “Bispo Santo” (Saint Évêque) et les Normands

[vc_row][vc_column][vc_row_inner css=".vc_custom_1499256178535{margin-bottom: 0px !important;}"][vc_column_inner width="2/3"][vc_column_text]Au XIe siècle, les habitants de Ribadeo (sur la côte de Lugo) virent s’approcher une énorme flotte qui Read more

Sisnando Menendez et le débarquement de Catoira.
sisnando menendez et le débarquement de catoira

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Lors de la nuit de Noël de 966 à Saint Jacques de Compostelle, l’évêque destitué et condanné Sisnando Menendez s’échappa de sa cellule. Read more