Le Congost de Mont-Rebei, des gorges vertigineuses entre Huesca et Lérida

Les gorges sont l’un des éléments géographiques les plus attractifs que l’on puisse imaginer. Des espaces verticaux qui donnent naissance à des itinéraires aussi attrayants que le Barranco de Hoz à Guadalajara ou la Ruta del Cares entre les Asturies et León. Les gorges du Mont-Rebei ou Congost ressemblent beaucoup à cette  dernière. Les deux ont  un chemin tout au long de l’abîme, mais l’avantage du Congost est qu’il se connecte avec les passerelles spectaculaires de Montfalcó. Un endroit frontalier entre Huesca et Lérida que tout passionné de nature, de randonnée ou d’escalade trouvera merveilleux.

Congost de Mont-Rebei

Congost de Mont-Rebei. | Shutterstock

Une route entre des hauteurs frontalières

La rivière Noguera Ribagorzana est la responsable de la création du Congost de Mont-Rebei. L’érosion créa un col vraiment impressionnant de deux kilomètres. De direction nord-sud, les parois latérales s’élèvent directement vers le ciel, parfois jusqu’à 500 mètres de hauteur. De plus, la largeur est réduite en quelques points à quelques dizaines de mètres à peine. Le tout, dans un environnement sans chemins de fer ni routes. Grâce à cette condition, elle peut se vanter d’être l’une des rares gorges pratiquement vierges de cette région d’Espagne.

Congost de Mont-Rebei

Chemin du Congost de Mont-Rebei.| Shutterstock

Cette barrière représente l’un des points les plus intéressants des pré-Pyrénées aragonaises et catalanes. Un excellent complément aux grands massifs et aux beaux villages qui vous attendent dans le nord. Comme dans le Cares, il y a des sections directement creusées dans la roche. Les premiers pas dans la région remontent au début du XXe siècle. Cependant, ce n’est qu’au milieu de celui-ci que les antécédents du chemin actuel furent créés. Ils durent être reconstruits et adaptés à la suite de la création du lac de barrage de Canelles, qui est situé dans ce segment de la Noguera Ribagorzana.

Congost de Mont-Rebei

Trajet à travers le Mont-Rebei.| Shutterstock

La chaîne de montagnes du Montsec est le bloc dont font partie les gorges. Sa partie nord est plus large, tandis que c’est au sud qu’elles s’étrécissent à la limite, laissant un court espace avant de se contracter à nouveau car c’est alors la rencontre  finale avec la rivière Congost del Seguer. Et c’est maintenant à partir de là que la plupart des attraits complémentaires du Mont-Rebei vous attendent. Vous pouvez aussi bien le parcourir en canoë ou en suivant un itinéraire de randonnée.

Il convient de noter l’abondance d’oiseaux de proie dans la région, notamment les aigles et les gypaètes barbus. Un ajout qui augmente la valeur des gorges, qui sont un espace protégé. Pour cette raison, bien qu’il existe de nombreux endroits où réaliser de l’escalade ce sport est limité au cours de la saison de reproduction des oiseaux, L’un des endroits les plus remarquables pour accéder à cette pratique est la grotte Colomera. Vous ne pouvez atteindre que son entrée, mais elle dispose de vues impressionnantes. Des chaînes et des crampons ont été disposés pour grimper. Ce n’est pas très difficile, mais ne convient pas non plus à ceux qui ont le vertige. En ce sens, elle rappelle le Caminito del Rey à Malaga.

Congost de Mont-Rebei

Entrée au Congost de Mont-Rebei.| Shutterstock

La connexion entre le Congost du Seguer et Montfalcó

On traverse à pied le Congost de Mont-Rebei dans sa partie ouest, celle qui correspond à Lérida. Cependant, près de son extrémité sud, on peut passer du côté de Huesca. Ce qui signifie se connecter avec la célèbre route des passerelles de Montfalcó. Le nom vient du village voisin abandonné, dont le territoire est devenu partie de l’État dans les années 1960. Ce n’est pas le seul endroit déserté dans les environs, Fet ou Finestra sont d’autres exemples que l’ on peut également atteindre.

Congost de Mont Rebei

Pont suspendu dans le Congost de Mont Rebei.| Shutterstock

Pour changer de province, il vous faut traverser un pont suspendu qui cause une grande impression, à la hauteur du Congost del Seguer. Long de 35 mètres, le Pont du Seguer est l’une des grandes attractions de la région. Viennent ensuite les passerelles récentes, qui descendent dans un zigzag incroyable. Cela signifiait occuper une bonne zone d’escalade, mais le résultat en est que c’est accessible pour tous.

À côté du lac de barrage de Canelles, le Sentier Naturel de Montfalcó suit la zone dépeuplée qui lui donne son nom. Avec des quantités de miradors au milieu de la végétation et des oiseaux, vous pouvez voir les méandres qui caractérisent le passage local de la Nogueira Ribagorzana. Une autre constante sur la route du Mont-Rebei jusqu’aux passerelles et leurs sentiers ultérieurs est l’apparition de ravins perpendiculaires à la rivière, comme celui du Seguer. Près du début de la gorge, objet de cet article se trouve, par exemple, le Barrac Fondo : soit un autre pont suspendu, qui cette fois se connecte à plusieurs points de départ habituels.

Monuments aux alentours du Congost de Mont-Rebei

Tous les attraits du Congost de Mont-Rebei ne sont pas naturels. En plus des villages abandonnés de Huesca mentionnées ci-dessus, il y a plusieurs ermitages et fortifications à voir. Du côté de Huesca, signalons la tour Chiriveta par exemple. Il s’agit d’une tour cylindrique classique, un point fort médiéval datant de 1070. Depuis sa colline elle contrôle l’entrée nord des gorges. Elle fut un temps sous la domination des Templiers après leur avoir été cédée par la couronne d’Aragon.

Congost de Mont-Rebei

Église Nuestra Señora del Congost et Tour de Chiriveta au Mont-Rebei.| Shutterstock

Non loin, collée au lac de barrage de nos jours, à la rivière se dresse Nuestra Señora del Congost. Cette petite église appartient, comme la tour, à la municipalité de Viacamp y Litera. Elle est de style roman et date aussi de 1070, bien qu’avec des ajouts et des réformes au XIIIème siècle. Son plan est tout est simple, elle est située à côté d’un précipice et forme une belle image à côté de Chiriveta. Les deux ne sont accessibles que par une bonne demi-heure de marche sur un petit sentier.

Congost de mont-rebei

Église Santa Quiteria et San Bonifacio, près de Montfalcó et Mont-Rebei. | Shutterstock

Une fois à l’extrémité sud, non loin de l’auberge de Montfalcó, l’église Santa Quiteria et San Bonifacio, du XIe siècle est dans une situation difficile à croire, accroché presque verticalement par l’une de ses façades. Il fut construit en s’adaptant à sa position difficile et durant les années 90 il fut restauré. C’est alors qu’il a perdu ses fresques. Les paysages sont extraordinaires, offrant des vues panoramiques sur le Mont-Rebei et le cours de la rivière.

congost de Mont Rebei

Pertusa près du Mont Rebei.| Shutterstock

Du côté catalan brille l’église Mare de Déu de la Pertusa du XIIe siècle. Il est encore une fois étonnant de voir comment on arrivait à construire au sommet d’un rocher escarpé. Il fait face à l’ermitage de Santa Quiteria et les deux forment une paire spectaculaire.de chaque côté de la rivière. Y aller requiert aussi une bonne promenade… mais qui en vaut la peine. Il est fortifié et aurait fonctionné tel un petit fortin médiéval.

Itinéraires à travers le Congost de Mont-Rebei

Tout ce qui précède montre clairement qu’il y a plus d’une façon de visiter le Congost de Mont-Rebei. Bien qu’il ne soit pas très long, y arriver est la première question. Une façon est d’aller à l’auberge de Montfalcó et de relier l’itinéraire des gorges aux passerelles. Jusqu’au pont du Barrac Fondo il y a environ 14 kilomètres aller-retour.

Cependant, si vous ne voulez aller qu’au Pont del Seguer, à l’entrée de la gorge, il y en a environ sept. Dans les deux cas, vous pouvez voir les églises de Santa Quiteria et San Bonifacio. Une autre alternative depuis Montfalcó est une fois que vous avez passé le Congost del Seguer tourner vers le sud pour aller à La Pertusa. Ce seraient 16 kilomètres au total et vous verriez alors les deux églises suspendues.

congost de Mont-Rebei

Pertusa avec le Mont-Rebei à droite.| Shutterstock

Si vous partez de l’extrémité opposée, depuis le nord, le plus habituel alors est de partir depuis le parking de la Masieta. De là, vous suivez simplement le GR-1, un itinéraire balisé de deux barres horizontales, blanche et rouge. Il marque le chemin du Congost de Mont-Rebei. Jusqu’à Montfalcó, il y a environ 17 kilomètres aller-retour. On peut choisir pour et vers la Pertusa, qui laisse des chiffres similaires.

Si vous préférez le tourisme actif, que ce soit à Lérida ou à Huesca, vous pouvez toujours emprunter la voie du canoë. Ainsi, l’idéal est d’utiliser un week-end pour explorer ce recoin caché du Montsec. Un jour peut être consacré à naviguer et un autre à refaire l’itinéraire à l’envers.


About the author

Autres nouvelles intéressantes
Entre Biescas et Sabiñánigo, comme tout autour de ces deux villages de la province de Más información
Lorsque le pape Clément V céda sur la question des Templiers devant Philippe IV de Más información
L'Ordre du Temple fut l'un des grands acteurs de l’époque médiévale en Europe. De 1118 Más información
Les cathédrales sont le siège des diocèses, les divisions territoriales de l'Église catholique. Presque toutes Más información
Burgos est une province qui a beaucoup à offrir grâce à son riche patrimoine. Cependant, Más información