Santa Cruz de Séville, amalgame de civilisations

Le quartier de Santa Cruz s’étend sur quatre kilomètres carrés et constitue le plus grand quartier ancien d’Espagne et l’un des plus grands d’Europe, avec Venise et Gênes. Ses avenues sont bordées de vestiges romains, musulmans, catholiques et juifs, et ses murs abritaient autrefois le deuxième plus grand quartier juif d’Espagne, après Tolède. L’histoire est à son meilleur parmi les orangers, les rues étroites et les monuments majestueux.

La cathédrale et la Giralda dans la ville de Séville

La cathédrale et la Giralda dans la ville de Séville | Shutterstock

L’histoire de Santa Cruz de Sevilla

Les Romains sont arrivés les premiers. Puis les Visigoths. En 711, Séville a fait partie du royaume musulman d’Al-Andalous et, au XIIe siècle, elle a été gouvernée par la dynastie des Almohades. En 1248, Ferdinand III de Castille a conquis Séville, faisant d’elle une ville éminemment catholique jusqu’à ce jour.

Toutes ces civilisations ont coexisté avec la communauté juive. Bien qu’il existe des traces de l’existence de cette minorité en Espagne depuis l’époque romaine, ce n’est qu’avec l’arrivée des musulmans que le quartier juif s’est développé. Les sémites ont également contribué à la conquête de Séville. Au cours de ces années, le quartier juif de Séville est devenu l’un des plus peuplés du XIe siècle – avec quelque 3 000 Juifs – et ses habitants s’occupaient principalement d’artisanat, de médecine, d’agriculture et de collecte et de prêt de capitaux.

Mais au 12ème siècle, les Almohades ont imposé de grandes restrictions à leur encontre. Beaucoup ont décidé de fuir vers le nord de l’Espagne. Jusqu’à ce que, avec la reconquête de Ferdinand III, la communauté juive réapparaisse. Entre les 13e et 14e siècles, les Sémites ont dynamisé l’économie de Séville et ont été récompensés, notamment par le roi Alphonse X. Ils se sont installés dans ce qui est aujourd’hui le quartier juif, entouré de murs et à côté de l’Alcazar, d’où l’on voulait protéger la population des menaces extérieures. Le monarque a également accordé au peuple juif trois mosquées à convertir en synagogues. Aujourd’hui, il n’en reste que deux, convertis en églises : San Bartolomé et Santa María la Blanca.

Cependant, la notoriété et le pouvoir acquis par cette minorité ont progressivement forgé la haine à leur égard, jusqu’à ce qu’en 1391, un assaut contre le quartier juif, qui s’étend au-delà des murs de Santa Cruz, mette fin à la vie d’environ 4 000 Juifs. Lorsque les monarques catholiques ont pris le pouvoir, ils ont publié un décret en 1492 selon lequel les sémites devaient quitter le pays dans les quatre mois ou se convertir au catholicisme. Il en reste entre 150 000 et 200 000. Ceux qui sont restés, pour la plupart, ont changé de ville et de nom de famille. Beaucoup ont pris des noms d’arbres. Ainsi, les noms de famille de Naranjo, Perales, Manzano… existent.

L'ancien quartier juif dans le district de Santa Cruz à Séville

L’ancien quartier juif dans le district de Santa Cruz à Séville | Shutterstock

Les rues de Santa Cruz

Santa Cruz de Séville est un quartier qui reflète le passé de son histoire dans lequel coexistent des caractéristiques de l’architecture islamique et mudéjar, entre autres. Dans ses rues et sur ses places, dans le cadre de la culture musulmane, les orangers donnent de la couleur aux pavés et les fontaines remplissent le lieu d’un léger murmure, seulement atténué par les milliers de touristes qui se promènent dans ses entrailles.

Dans le quartier juif, les maisons s’enroulent les unes autour des autres jusqu’à former des rues très étroites et labyrinthiques dans lesquelles on peut se perdre. On pense que ces constructions sont dues au peu d’espace disponible pour la construction, ainsi qu’à l’ombre qu’elles procurent dans une Séville très chaude.

Les monuments du quartier : les sites du patrimoine mondial

En plus de ses rues et de ses places, Santa Cruz abrite plusieurs des bâtiments les plus importants de la ville andalouse. Tout d’abord, il convient de mentionner la cathédrale de Santa María de la Sede, la plus grande cathédrale gothique du monde. Ce bâtiment a été construit sur les vestiges de la mosquée de Séville, qui conserve encore la cour des orangers et le minaret, rebaptisé la Giralda. Cette dernière, construite au XIIe siècle, conserve la partie inférieure de la construction arabe. La partie supérieure, en revanche, date du XVIe siècle, à l’époque chrétienne, où elle est devenue un clocher.

La cathédrale de Séville

La cathédrale de Séville | Shutterstock

L’Alcazar royal de Séville est également l’un des monuments situés dans le quartier de Santa Cruz. Il s’agit d’un complexe de palais dans lequel les styles islamique, mudéjar et gothique coexistent avec des éléments Renaissance, maniéristes et baroques. Il est la résidence de la famille royale lorsqu’elle visite la ville, ce qui en fait le plus ancien palais royal en usage en Europe.

En 1987, l’UNESCO a déclaré ces bâtiments, l’Alcazar et la cathédrale, ainsi que les Archives des Indes, patrimoine mondial. Ce dernier bâtiment, les Archives des Indes, a été construit en 1785 sur ordre de Charles III dans le but de rassembler toute la documentation relative à l’administration des territoires espagnols d’outre-mer. Le roi a choisi la ville en raison de sa grande activité commerciale avec l’Amérique.

Cour intérieure de l'Alcazar royal de Séville

Cour intérieure de l’Alcazar royal de Séville | Shutterstock

L’Hôpital des Vénérables et les Jardins de Murillo

L’Hospital des Vénérables et les Jardins de Murillo sont également situés dans les limites de Santa Cruz. Le premier est un bâtiment baroque du XVIIe siècle qui servait de résidence aux prêtres et qui abrite aujourd’hui le Centre Velázquez. Entre les murs de ce bâtiment monumental, aux voûtes parsemées de coups de pinceau et doté d’une belle cour en son centre, attendent des œuvres d’artistes historiques tels que Velázquez, Murillo et Zurbarán, ainsi que des œuvres plus contemporaines, comme celles de la peintre Carmen Laffón. Les Jardines de Murillo, quant à eux, ont en 8 500 mètres carrés qui teintent de vert le tissu de Santa Cruz.

Intérieur de l'Hospital des Vénérables

Intérieur de l’Hospital des Vénérables | Shutterstock


About the author

Roquetas de Mar
dónde dormir en roquetas de mar

[vc_row][vc_column][vc_custom_heading text="La capital de la mèr de plastique" font_container="tag:h2|text_align:left|color:%23000000" google_fonts="font_family:PT%20Sans%20Narrow%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_column_text] La deuxième zone urbaine de la province d´Almeria et une Read more

Tabernas, capitale du seul désert existant en Europe et scène de nombreux westerns

Les paysages spectaculaires de Tabernas et de son désert ont été la scène de tournage de nombreux spaghetti westerns. Le Read more

Nijar
Dónde dormir en Níjar

Coïncé entre les cimes de la Sierra Alhamilla et la mer Méditerranée, près du Parc Naturel du Cap de Gata, Read more

Mojacar
dormir en Mojácar

[vc_row][vc_column][vc_custom_heading text="Lieu de coexistence entre musulmans et chrétiens" font_container="tag:h2|text_align:left|color:%23000000" google_fonts="font_family:PT%20Sans%20Narrow%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_column_text]Dans la Sierra Cabrera, (région orientale d´Almeria), nous trouvons Mojacar, qui Read more

Cuevas del Almanzora
dormir en cuevas de almanzora

[vc_row][vc_column][vc_custom_heading text="Des mines millénaires" font_container="tag:h2|text_align:left|color:%23000000" google_fonts="font_family:PT%20Sans%20Narrow%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_column_text]Pendant trois milles ans, les mines de cette région furent exploitées périodiquement, créant des périodes Read more