Cathédrale de Cuenca, entre ombre et lumière

Dans la cathédrale de Cuenca, le silence flotte dans l’air. On peut le sentir sur la peau, dans la gorge. Il s’élève, déplaçant ses ailes invisibles jusqu’au-delà des limites des voûtes. La lumière de l’extérieur passe à travers les vitraux, teintant l’air d’art et de couleur. Les murs transpirent des moments qui reviennent en clair-obscur, comme des photogrammes translucides projetés du passé. Dans la cathédrale de Cuenca, colonnes, arcs et rosaces prennent le sol, témoins de toute une vie en tant que partie intégrante du temple. A l’extérieur, le murmure de la place principale se heurte aux douze portes. À l’intérieur, les marques des tailleurs de pierre qui ont construit ses murs nous attendent.

La cathédrale d’Aliénor d’Angleterre

Cathédrale de Cuenca

Cathédrale de Cuenca. | Shutterstock

Comme la première page d’un roman historique, la genèse de la cathédrale de Cuenca commence avec l’arrivée dans la ville d’un groupe de chevaliers normands. Ils sont accompagnés de leur reine, Aliénor d’Angleterre, épouse d’Alphonse VIII et sœur de Richard Cœur de Lion. Ces noms, capables de transporter les imaginations les plus agitées dans des mondes de rêve, deviennent tangibles et réels dans la figure du temple.

La cathédrale dans la nuit de Cuenca

La cathédrale dans la nuit de Cuenca. | Shutterstock

La cathédrale est située au cœur de la ville, sur l’actuelle Grand-Place. C’était le site de l’ancienne mosquée, témoignage d’un passé musulman avec son propre nom, Conca. Une histoire écourtée par l’arrivée d’Alphonse VIII, qui rendit la ville aux mains des chrétiens le 21 septembre 1277. Il a lui-même ordonné que la construction de la future cathédrale commence sur le même site. La personne chargée de la première consécration était le deuxième évêque de Cuenca, Saint Julian. Bien que la consécration définitive à Santa María, par l’évêque Rodrigo Ximénez de Rada, ait eu lieu en 1208.

Détail de la figure de Saint Julien

Détail de la figure de Saint Julien. | Shutterstock

La façade de la cathédrale est impressionnante, dans un ensemble tout aussi impressionnant. La Grand-Place, de forme irrégulière, influencée par les gorges des rivières Huécar et Júcar, est la scène principale de ce quartier historique. Accompagnée de l’hôtel de ville baroque du XVe siècle et des maisons aux couleurs vives, elle a été témoin de l’inévitable transition vers la modernité. Mais elle reste là, comme une sorte de Notre Dame espagnole, montrant et cachant beaucoup de choses, à l’intérieur et à l’extérieur.

Ombres et lumières

La façade principale est la protagoniste de la place, élevée sur un escalier pour surmonter la différence de niveau avec la place. Deux sections sont facilement distinguables. La partie inférieure comporte trois portails gothiques formés par des arcs brisés et des tympans. Au-dessus, la deuxième section est ornée de grandes fenêtres sur les côtés et d’une grande rosace au centre. Une belle façon de capturer la lumière naturelle et de la transférer comme par magie dans l’intérieur. Plus haut, une galerie d’arcades abrite en son centre une image de Saint Julien. Dans les deux pinacles qui semblent inachevés, on peut sentir un désir de continuer qui n’a jamais été satisfait.

Vue panoramique de Cuenca et du pont San Pablo

Vue panoramique de Cuenca et du pont San Pablo. | Shutterstock

Au cours du XVIe siècle, l’extérieur de la cathédrale a été presque entièrement rénové, l’architecte de la Renaissance Juan de Herrera prenant en charge les travaux du nouveau cloître. Plus tard, au XVIIIe siècle, la façade et les tours ont été réorientées vers le style baroque par une autre réforme. En conséquence, l’apparence conçue au début a disparu. Mais les changements ne se sont pas arrêtés là. Les vicissitudes successives, qui font désormais partie de la légende de la cathédrale elle-même, ont conduit à de nouvelles réformes. D’abord, en raison d’un incendie qui a détruit les deux tours et a conduit à la reconstruction par Juan Pérez en 1720, puis à celle de Luis de Arteaga en 1723. Puis, en 1902, à la suite d’un coup de foudre sur la tour Giraldo, la façade que nous connaissons aujourd’hui a été construite. Après cela, aucune des six cloches n’a plus jamais sonné.

Arc de Jamete à l'intérieur de la cathédrale

Arc de Jamete à l’intérieur de la cathédrale. | Shutterstock

L’intérieur a également subi de nombreux changements. Au départ, trois nefs formaient le plan de l’église, devenant cinq lorsqu’elle atteignait le transept, puis cinq absides. Son style roman d’origine marqué a été perdu au XVe siècle. La réforme qui eut lieu à cette époque transforma les absides en un double déambulatoire, laissant le transept sous une voûte d’influence normande. Entre la nef et le transept se trouve la tour de l’Ange, un phare qui mène au ciel. Enfin, un plan en croix latine a été conçu avec des chapelles sur les côtés, comme les chapelles des Chevaliers et des Apôtres. La plupart d’entre elles ont été construites aux XVIe et XVIIe siècles dans le style gothique, à l’exception de la chapelle principale, qui date du XIIIe siècle.

Dans l’ombre, les entrailles de la cathédrale s’ouvrent vers la salle capitulaire, le chœur ou la sacristie principale… Chaque espace a sa propre histoire et chaque histoire son propre espace, toujours derrière les treillis fabriqués par les ateliers de grilles de Cuenca de l’époque. Un métier spécialisé dans l’emprisonnement du temps et de l’histoire.

Intérieur de la cathédrale

Intérieur de la cathédrale. | Shutterstock

De l’obscurité naît la lumière à travers les vitraux abstraits installés en 1995. Les œuvres de Gustavo Torner et Gerardo Rueda, entre autres, créent une illumination contemporaine en conversation permanente avec le passé. Sous l’un des vitraux, celui d’Esteban Giralte, se trouve l’arc de Jamete, une œuvre essentielle de la Renaissance. En le traversant, la place de Limosna s’ouvre devant la gorge de la rivière Huécar.


Voici la recette des cannellonis à la catalane, le plat typique en Catalogne de la fête de Saint Etienne qui se célèbre le 26 décembre. Il existe de nombreuses recettes…

POURQUOI CHOISIR LE CHEMIN DU NORD. HISTOIRE. Jusqu’à la fin du premier millénaire, les attaques des maures contre les chrétiens et la difficile traversée des Pyrénées à certaines époques de…

La recette du “Cocido Madrilène” est l’une des plus aimées et désirées par les touristes et les gens du pays quand ils sont à Madrid en Espagne-España. C´est une sorte…

About the author

Jerez de la Frontera, la ville du vin et du cheval

La ville Jerez de la Frontera est connue dans le monde entier grâce à ses vins et ses chevaux. Ses Read more

Que voir à Cordoue, la ville des fleurs

L'ancienne capitale du califat est l'un des endroits essentiels à voir en Andalousie, ainsi que la troisième ville de la Read more

Que voir à Saragosse, 10 lieux de la capitale de l’Èbre

Saragosse est l'une des plus grandes villes d'Espagne. C'est la cinquième plus grande ville d'Espagne, derrière Madrid, Barcelone, Séville et Read more

Almansa
Dónde dormir en Almansa

[vc_row][vc_column][vc_custom_heading text="Château emblématique et Bataille transcendantale" font_container="tag:h2|text_align:left|color:%23000000" google_fonts="font_family:PT%20Sans%20Narrow%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_column_text]Almansa est une ville épique, à cause de son château si disputé, et Read more

Albacete
Dónde dormir en Albacete

[vc_row][vc_column][vc_custom_heading text="Le Modernisme dans La Manche" font_container="tag:h2|text_align:left|color:%23000000" google_fonts="font_family:PT%20Sans%20Narrow%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_column_text] La ville d´Albacete est la plus peuplée et la plus industrielle de Read more