Le Parc naturel de l’Albufera, le grand oasis de Valence et berceau de la paella

Le Parc naturel de l’Albufera, situé dans la province de Valence, dans la Communauté Valencienne, a une valeur écologique indéniable. Chaque année, cette lagune côtière peu profonde offre un refuge aux oiseaux migrateurs, dont beaucoup sont en danger d’extinction. Cependant, l’Albufera a une facette culturelle intéressante et relativement peu connue. Un environnement parfaitement connecté qui combine les anciennes traditions avec la nature à deux pas de la capitale.

Les cabanes de pêcheurs

Cabane de pêcheurs à l’Albufera

Cabane de pêcheurs à l’Albufera. | ShutterStock

Les cabanes de pêcheurs de l’Albufera sont des maisons protégées du patrimoine rural de la région u Levant et sont typiques de l’architecture de cette région. Situées sur les rives des canaux, ce sont des maisons de forme rectangulaire avec un toit triangulaire. Avec des accès d’un bout à l’autre du bâtiment, ils disposent de plusieurs chambres, d’une salle à manger, d’une cuisine et d’un débarras. Les matériaux de construction sont ceux que l’on trouve habituellement dans la région. Parmi eux, on trouve des cannes, de la boue, des roseaux et des joncs. Ses toits saisissants sont réalisés grâce à l’espèce indigène appelée “borró”. Avec son toit à deux pans, il servait à la fois de maison et d’entrepôt. Aujourd’hui, on y trouve des maisons “modernes” et des maisons plus anciennes.

L’origine de la paella

Paella valencienne

Paella valencienne. | ShutterStock

L’origine authentique de la paella valencienne ne réside pas dans l’utilisation de lard, de saucisse, de moules ou de crevettes. En fait, tout pro-valencien dirait que la paella ne se compose que de dix ingrédients, l’huile, le poulet, le lapin, le haricot vert, le garrofó ou haricots blancs frais, la tomate, l’eau, le sel, le safran et le riz. Même s’il faut garder à l’esprit que ce ne sont pas exactement les ingrédients que les agriculteurs et les pêcheurs de l’Albufera auraient davantage à leur disposition.

Plusieurs études parlent de l’utilisation de l’anguille et du rat des marais dans les paellas originales. Il est clair que ce rongeur est une espèce beaucoup plus proche du lapin que du rat de ville. Il faut noter également l’origine associée à la pauvreté de la région et d’un mets qui deviendrait une célébrité au monde entier.

Pêche de l’anguille

All i pebre d’anguille

All i pebre d’anguille. | ShutterStock

L’anguille, protagoniste évidente de l’un des plats les plus connus et les plus respectés de la Communauté de Valence, l’all i pebre, est très abondante à l’Albufera. Cette délicatesse est l’une des plus anciennes traditions culinaires locales. A base d’anguille et de pomme de terre, c’était un mets de pêcheurs. Des villes comme El Palmar ou Catarroja sont fières d’être des capitales dans sa préparation. De nos jours, la pêche à l’anguille est pratiquée par des personnes âgées et seulement une ou deux fois par an, car il s’agit d’une espèce clairement menacée.

La pêche à l’anguille est pratiquée grâce au redolí ou calades, un art du filet situé à certains endroits fixes sur les rives est et sud-est. Il existe différents types de filets et cela dépend de l’endroit où la pèche soit pratiquée : ceux des canaux, des lacs ou des marais. Il s’agit de filets maintenus par des piquets et des roseaux qui forment un arc  au centre duquel se trouve une sorte de piège comme un cylindre où l’anguille est piégée.

La culture du riz

Les rizières de l’Albufera

Les rizières de l’Albufera. | ShutterStock

La culture du riz est l’élément clé de la culture de Valence. Il dure 5 à 6 mois et son cycle commence en mai dans les champs entourant l’Albufera. L’irrigation se fait au moyen de fossés, d’écluses et de moteurs qui garantissent qu’il ne manque jamais d’eau. Sa production est connue depuis le XVe siècle et on pense que les Arabes le cultivaient déjà. En fait, ce sont eux qui auraient mis en place les premiers systèmes d’irrigation et les premiers fossés. Avec la prise de possession chrétienne de l’endroit, il y a eu un arrêt et la culture n’a pas été réactivée avant le 18ème siècle.

Bateaux à voile latine et a perxa

La navigation traditionnelle à la voile latine

La navigation traditionnelle à la voile latine. | ShutterStock

La voile latine est l’une des formes traditionnelles de navigation en Méditerranée et est particulièrement présente dans la région de l’Albufera. Le faible tirant d’eau des navires a permis de transiter les basses eaux typiques de l’endroit. Dans le passé, c’était un moyen de transport commun lié à l’exploitation de la pêche et de l’agriculture. Aujourd’hui, cependant, elle est liée à des formes de loisirs associées à l’environnement culturel et récréatif. En tout cas, elle est restée liée à l’imagerie du peuple valencien. Aujourd’hui, ce type de technique est largement reconnu et a une valeur sentimentale pour beaucoup de gens.

Bateau utilisant la technique a perxa

Bateau utilisant la technique a perxa. | ShutterStock

Le bateau a perxa est une autre des façons les plus traditionnelles de naviguer à l’Albufera, très abondante avant l’apparition du moteur à explosion. Dans ce cas, il s’agit d’un mât de plus de trois mètres de long terminé par une fourche à deux pointes et utilisé pour propulser le bateau. Les bateaux qui utilisaient ce système, appelés albuferencs, ou pontonas  dans le Delta de l’Ebre, étaient utilisés pour la chasse et la pêche et le système leur permettait de naviguer sans faire de bruit et d’approcher des lieux d’accès compliqués.

Ce type de système est en train d’être récupéré de nos jours et même des compétitions de voile a perxa sont organisées dans la ville de Catarroja. Les habitants de cette ville ou d’autres comme Silla et El Palmar veulent que cette tradition soit vivante, que son rôle important soit reconnu et que sa valeur en tant que tradition ancestrale ne soit pas oubliée.

La perellonà

El Perelló à l’Albufera

El Perelló à l’Albufera. | ShutterStock

La perellonà est l’inondation hivernale des rizières dans la région de l’Albufera. À cette époque, le lac retrouve l’extension qu’il avait au XVIIIe siècle, car les portes des barrages qui communiquent l’Albufera avec la mer sont fermées. Parmi eux se trouve également la population d’El Perelló et d’où son nom. Cette inondation favorise l’existence de divers habitats dans lesquels les oiseaux trouvent leur nourriture et leur abri pendant leur repos hivernal.

Il faut rappeler que l’origine de l’Albufera se trouve dans un golfe marin qui date de plusieurs milliers d’années. Point de repère entre les fleuves Turia et Xùquer, il était isolé et rempli par les sédiments des deux cours. À ce moment, la lagune a été créée, ce qui a donné naissance, avec le temps, à un marais. Ce n’est qu’au XVe siècle que la lagune a commencé à être utilisée pour la culture du riz. Cela a entraîné des changements tels que l’adoucissement du système de marais et la mise en terrasse du marais. Aujourd’hui, l’eau de mer passe par plusieurs barrages et canaux artificiels contrôlés par des portes pour s’assurer que l’eau arrive dans les meilleures conditions.

Nit de les rates penades, des alliés dans la nuit

Chauve-souris

Chauve-souris. | ShutterStock

La nit de les rates penades ou nuit des chauves-souris, vise à souligner l’importance de ces petits mammifères dans la lutte contre les principaux ravageurs qui affectent les cultures à Valence. C’est pourquoi des entités telles que le Col.legi Oficial de Biòlegs de la Comunitat Valenciana, en collaboration avec la mairie de Valence, organisent ce type de fêtes. Des conférences sont données pour faire connaître l’environnement dans lequel ces petits animaux ont leur habitat.

Cet événement a lieu environ depuis 1997 et vise à informer les citoyens de l’importance de cette espèce dans l’écosystème. Le défi consiste à encourager la présence des chauves-souris, car elles sont les véritables contrôleurs naturels des fléaux du riz. A cette fin, des abris sont construits pour ces petits mammifères.

Nit dels farolets

Farolets

Farolets. | Eduardo Sala, avec l’aimable autorisation de El Seis Doble

Une autre tradition essentielle de l’Albufera est celle des “Nit dels farolets” ou “fanalets”. Elle consiste à fabriquer des lanternes à partir de fruits d’été, comme la pastèque, où sont dessinés des motifs tels que la lune, le soleil ou les étoiles. Une fois qu’ils sont vidés, une bougie est placée à l’intérieur et ils servent à fournir de la lumière. Dans le passé, ils étaient utilisés pour rendre hommage aux marins et aux pêcheurs qui avaient perdu la vie en mer. Dans d’autres villes, c’est une tradition qui accueille l’été ou simplement quelque chose à faire pendant les festivités locales. Les coutumes les plus anciennes la lient à la récolte de la pastèque dans toute la Communauté de Valence.


About the author