La tradition de placer des pierres sous la Croix de Fer

Le plus grand calvaire ou milladoiro du Chemin de Compostelle est la Croix de fer, Cruz de Hierro ou Cruz de Fierro, que ce soit en espagnol ou en léonais. Ce type de structure consiste généralement en de petits tas de pierres sur le chemin. Cependant, cette croix compte de plusieurs mètres de haut. 

Un long poteau surmonté d’une croix s’élève encore plus haut, avec une petite église et un lieu de repos en arrière-plan. La croix est soutenue par les pierres que les pèlerins ont apportées de leurs lieux d’origine. La tradition veut qu’un tel paquet soit transporté dès le départ pour être placé dans cette partie de León. Une histoire vivante depuis des siècles.

Pèlerins sous la Croix de Fer

Pèlerins sous la Croix de Fer. | Wikimedia

Le moine qui a placé la Croix de Fer

L’abbé Gaucelmo est le personnage historique lié à la Croix de fer. Il a vécu entre le XIe et le XIIe siècle et était un moine ermite. Il a choisi comme tâche principale de servir les pèlerins qui se rendaient à Saint-Jacques-de-Compostelle par les Montes de León. Cette région était difficile à parcourir mais essentielle pour le Chemin Français, car elle s’achève à la région de El Bierzo et à la Galice.

Le moine a géré la mise en place d’une église et d’un hôpital à Foncebadón. Cette ville, abandonnée il y a quelques années, a été récupérée grâce au chemin de Compostelle et au pas des pèlerins. C’était et c’est encore le dernier arrêt avant d’atteindre la Croix de Fer. L’ermite est également lié à l’auberge médiévale de Manjarín. La Maragatería, inhabitée, est l’actuel refuge de Tomás, le dernier Templier. Grâce à tout cela, la région est l’une des plus folkloriques du Chemin Français.

Croix de Fer o Cruz de Hierro

Croix de Fer o Cruz de Hierro. | Wikimedia

En remontant au Moyen Âge, on pense que c’est Gaucelmo qui a érigé le poteau avec la Croix de Fer. La croix originale est conservée chez le Musée des Chemins dans le palais épiscopal d’Astorga. En 1976, elle a été changée pour une réplique. Outre sa grande valeur symbolique, ce lieu religieux était considéré comme un moyen de guider les marcheurs dans cet environnement dangereux. Le passage était redouté par les pèlerins en raison des possibilités de neige et du manque de balisage. De plus, il n’y avait pas d’alternatives à proximité. Pour cette raison, la croix a été très appréciée.

Légendes avant Gaucelmo

La Croix de fer est un exemple exceptionnel de calvaire en raison de son ancienneté et de sa préservation au fil des siècles. Ainsi, sa légende se prolonge avant même sa forme actuelle par la main de Gaucelmo. Il existe diverses théories sur l’origine ancestrale du lieu, dont certaines remontent à l’époque pré-romaine. Ainsi, l’une des plus répandues est que le tas de pierres est d’origine celtique. Il est bien documenté que ce peuple avait l’habitude de marquer les chemins avec des groupes de pierres. Le fait que le col était le principal et presque unique moyen de traverser les montagnes de León aurait donné à l’endroit des connotations magiques.

Ces structures ont fini par évoluer avec les cultures qui sont arrivées dans la péninsule. Par exemple, à l’époque romaine, elles sont devenues des montagnes du dieux Mercure. Étant la divinité du carrefour, les Romains adaptèrent le but à leurs intérêts. L’accumulation de petites pierres le long des routes était le sacrifice fait à ce dieu. Quelque chose de similaire s’est produit avec l’arrivée du christianisme, car on a fini par placer sur ces carrefours des églises ou des croix pour les signaler. Dans le cas de la Croix de Fer, cependant, l’habitude d’empiler des pierres a été conservée.

Lever du soleil sur la Croix de Fer

Lever du soleil sur la Croix de Fer. | Bruno Suárez (Fb)

D’autres théories sont plus simples. Ainsi, il aurait pu s’agir d’un cairn géant pour marquer une limite territoriale romaine. Les plus pragmatiques pointent plutôt vers la neige. Ainsi, elle serait apparue comme un simple panneau de balisage pour éviter de se perdre en hiver. Il convient de noter que ces alternatives sont complémentaires et incluent éventuellement la vérité. Il est possible que son origine soit celtique et que ce site ait été utilisé à la fois pour marquer le col isolé et pour marquer un territoire.

La tradition vivante de la Croix de Fer

Des sources telles qu’Alonso de Castillo Solórzano, écrivain baroque espagnol, ont déjà enregistré l’existence de la Croix de Fer au XVIe siècle. Le déclin des pèlerins lors des crises des XVIIe et XIXe siècles n’a pas empêché la croissance de l’empilement des pierres. Les moissonneurs galiciens qui traversaient El Bierzo pour arriver en Castille ont continué à transporter des pierres et à augmenter le tas. C’est précisément eux, comme dans le cas du sanctuaire de La Tuiza et de la Route de l’Argent à travers Puebla de Sanabria, qui ont maintenu la route et les traditions.

Église de Saint-Jacques près de la Croix de Fer, datant de 1962

Église de Saint-Jacques près de la Croix de Fer, datant de 1962. | MARIANO ORTUÑO GAMBIN (Flickr)

Aujourd’hui, la tradition s’est quelque peu déformée dans la pratique. Ainsi, de nombreux nouveaux pèlerins ne connaissent généralement pas la tradition avant d’être plongés dans leur aventure. D’autres décident de ramasser leur petite pierre avant de commencer l’ascension ou à Rabanal del Camino, situé au pied de la montagne. Certaines personnes s’embrouillent et décident de ramasser une pierre de la Croix de Fer. Un petit pillage qu’il faut éviter.

Les intentions et les raisons d’y placer des pierres sont également très variées. Par exemple, il est courant que le fait de laisser la pierre symbolise l’action de laisser derrière soi les problèmes que l’on a. Les demandes fondées sur la foi sont aussi souvent priées, soit pour soi-même, soit par solidarité envers les autres. Un moment très personnel qui est généralement partagé avec de nombreux marcheurs ou cyclistes dans les périodes les plus touristiques. Ensuite, il y a même des files d’attente pour prendre une photo au sommet de ce curieux tas de pierres. L’heure la plus populaire est l’aube, il est donc conseillé de passer la nuit à Foncebadón.

Foncebadón en 2009

Foncebadón en 2009. | Wikimedia

Une fois la Croix de Fer atteinte, la plus difficile descente du Chemin Français se pointe. En fait, l’on passe du point le plus élevé de ce chemin, à environ 1 500 mètres, au peu plus de 500 m de Ponferrada et de son château templier ou de la belle Molinaseca. Un défi qui s’allège après avoir contribué un peu au plus célèbre calvaire des chemins.


About the author

Autres nouvelles intéressantes
[vc_row][vc_column][vc_column_text]Louis VII, (1120-1180) fut un héritier à la couronne de France qui depuis l’enfance s’était Más información
[vc_row][vc_column][vc_column_text]Certains évènements, de par leur caractère spectaculaire sans aucune logique sont absorbés par l’histoire. Les Más información
[vc_row][vc_column][vc_row_inner css=".vc_custom_1499256727678{margin-bottom: 0px !important;}"][vc_column_inner width="2/3"][vc_column_text]Garcia Fernandez fut le fils et héritier de Fernan Gonzalez(premier comte Más información
[vc_row][vc_column][vc_column_text]Don Suero solicitó formalmente al rey su permiso para cumplir con un voto de amor Más información
[vc_row][vc_column][vc_row_inner css=".vc_custom_1499031958127{margin-bottom: 0px !important;}"][vc_column_inner width="1/4"][vc_single_image image="31554" img_size="full"][/vc_column_inner][vc_column_inner width="3/4"][vc_column_text]L’histoire légendaire du Tribut des Cent Demoiselles est Más información