L’estuaire où la Galice et les Asturies se rencontrent

L’estuaire de la rivière Eo a fini par devenir un paradis pour ceux qui aiment la nature. Dès que le visiteur s’approche des bords de l’estuaire, la Galice et les Asturies se rencontrent. Chaque région a ses particularités et préserve ses propres coutumes. Ils ne sont même pas d’accord quand il s’agit de nommer ce coin du nord. Pour les Galiciens, cela a toujours été l’estuaire de Ribadeo. Pour les Asturiens, c’est l’estuaire de l’Eo. C’est en tout cas un estuaire, parfait pour découvrir les deux territoires. C’est aussi le lieu où les deux se rejoignent, car se rejoindre vaut mieux que se séparer.

La nature de l’estuaire

Estuaire de Ribadeo ou estuaire de l'Eo

Estuaire de Ribadeo ou estuaire de l’Eo | Shutterstock

Cet estuaire a plus de dix kilomètres de long et une largeur pratiquement constante de 800 mètres. Pendant les mois d’hiver, cet estuaire est calme, tranquille et plein de la beauté qui caractérise le nord de l’Espagne. La mer déferle près de l’Île Pancha, qui possède sa propre vague : la Panchorro, très appréciée des surfeurs.

Phare de l’Île Pancha

Phare de l’Île Pancha | Shutterstock

Les eaux sont à la fois fraîches et salées. On peut y observer des saumons et des truites, ainsi que des coins où poussent des huîtres et des moules dans des bouchots, appelés parrillas et adaptées aux particularités de cet environnement. Une région déclarée réserve de biosphère depuis quinze ans. Il s’agit également d’une zone de protection spéciale pour les oiseaux, car entre les Asturies et la Galice, on trouve également 49 espèces d’oiseaux.

Les plages sont, de part et d’autre, similaires en charme et différentes en forme. Comme on l’a dit, les surfeurs se rendent au nord pour profiter de la férocité de la mer cantabrique. Au sud, d’autres, comme Salías, offrent des vues fantastiques sur l’estuaire et la tranquillité de cette zone peu fréquentée.

Entre les Asturies et la Galice : villages où séjourner

Castropol, sur le versant asturien

Castropol, sur le versant asturien | Shutterstock

Autour de cet estuaire se trouvent plusieurs des villages les plus populaires pour les amateurs de ces communautés. C’est le cas de Ribadeo, le cœur de cette région de la Galice, une ville balnéaire qui vous invite à découvrir cette région de Lugo, qui séduit de plus en plus les voyageurs. Son vieux quartier a été déclaré bien d’intérêt culturel et l’histoire qui a défini le lieu peut être facilement appréciée. L’émigration vers les Amériques et le commerce traditionnel en mer, le tout dans ses petites maisons et ses hôtels particuliers.

Entre des criques cachées et des falaises inattendues, en poursuivant le voyage le long de l’estuaire, se trouve un autre village à la renommée bien méritée, Castropol. Il compte 500 habitants et a un passé également remarquable, toujours conditionné par la proximité de la mer et tout ce que signifie vivre aux dépens d’elle. Couronnée par l’église dédiée à l’apôtre saint Jacques, elle se distingue dans la partie asturienne. Un lieu plein de monuments d’intérêt.

Toujours en terre asturienne, mais au sud de l’estuaire, Vegadeo rappelle au visiteur que ce lieu est une étape sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. L’itinéraire le plus traditionnel du Chemin du Nord fait une halte exceptionnelle dans cette ville de quelque 3 000 habitants. Il vous permet de suivre les traces d’un passé commercial qui vivait avec un œil sur la mer et l’autre sur les montagnes au sud. Cependant, l’itinéraire jacobéen moderne le plus populaire est celui qui passe par Ribadeo, en traversant son formidable pont.

La frontière invisible

Estuaire de Ribadeo ou estuaire de l'Eo

Estuaire de Ribadeo ou estuaire de l’Eo | Shutterstock

Dans cet estuaire, la frontière entre les deux communautés est invisible. Elle peut exister, mais l’eau, douce ou salée, l’emporte. Comme on l’a dit, chaque territoire a conservé à la fois ses particularités et ses coutumes.


About the author