Melilla

Ville moderniste et fortifiée fascinante

Cette ville, espagnole depuis plus de cinq cents ans, a un énorme intérêt historique et artistique. C’est le résultat de ses quatre cultures et des 900 bâtiments modernistes qu’elle contient. Ainsi, c’est une destination obligée pour les amateurs de l’histoire, de l’architecture et du multiculturalisme. Voici un aperçu de l’histoire de Melilla et de ce qu’il faut y voir.

Côte sauvage de Melilla

Côte sauvage de Melilla | shutterstock.com

Organisez votre escapade à Melilla

Les fortifications, les bâtiments modernistes, l’atmosphère culturelle variée de ses festivals et sa gastronomie… Tout Melilla en fait l’une des villes espagnoles les plus fascinantes. Il est possible de passer deux ou trois jours entiers à flâner dans un petit territoire mais avec une forte concentration patrimoniale. Il y a même un curieux terrain de golf et la possibilité d’aller pêcher. Pour découvrir la cuisine et l’hébergement uniques de Melilla, voici des pages pour dormir et manger à Melilla.

Phare de Melilla

Phare de Melilla | shutterstock.com

Les romains et les arabes, les anciens conquéreurs

Avant de passer à ce qu’il faut voir à Melilla, il faut connaître sa longue histoire. Les premiers établissements documentés sont néolithiques. Plus tard, une population phénicienne a été créée au cours du VIIe siècle av. J.-C., dont le nom était Rusadir. Par la suite, les Carthaginois prennent le contrôle vers le IVe siècle av. L’année 201 av. J.-C. marque un nouveau changement : la ville fait partie du Royaume de Numidie, vassal de Rome.

La puissance de l’Empire romain s’est traduite par l’adhésion de Melilla en 42, ce qui la rattache à la province de Maurétanie tingitane. Des siècles plus tard, au cours de l’année 680, les musulmans occupent l’Afrique du Nord. On pense que la localité était contrôlée par la tribu berbère des Tarifit. Cependant, il n’y a pas de données précises de cette période.

En 927, une flotte envoyée par le calife de Cordoue, Abdérame III, arrive à Melilla. Il a cherché à imposer son autorité à la population et il l’a fait à mi-chemin. Ce n’est qu’un siècle plus tard, en 1030, que la Taïfa de Melilla fut constituée, une entité politique indépendante du califat. La prééminence des Berbères à Melilla se poursuit lors de la conquête des Almoravides (1079). Le contact avec l’Al-Andalus voisin n’a pas non plus été perdu. La ville joue un rôle important dans les affrontements entre les villes de Fès et Tropecan durant cette période.

Plage des Cárabos

Plage des Cárabos | melillaturismo.com

La reconquête de la ville

En 1497, les Rois Catholiques confient la conquête de Melilla au Duché de Medina-Sidonia. La mission est un succès. Ils laissent dans la citadelle une garnison de mille cinq cents hommes. Ils ont également affecté un important contingent de travailleurs pour reconstruire les fortifications détruites pendant le siège. Une fois la région pacifiée, la ville cesse de dépendre de Medina-Sidonia pour devenir une prison contrôlée par la Couronne (1556).

Quelque temps plus tard, en 1774, les émissaires du sultan Mohammed ben Abdallah rompent leurs traités avec l’Espagne. Le 23 octobre, le roi Charles III lui déclare la guerre. Les Marocains envoient quarante mille guerriers contre Melilla, avec le soutien de la marine britannique. Le siège dure plus de trois mois. Pendant ce temps, la défense a été confiée au feld-maréchal irlandais Juan Sherlock. Le 19 mars de l’année suivante, les Espagnols brisent le siège marocain. Cet événement est commémoré en la fête de Notre-Dame de la Victoire. En 1780, le traité d’Aranjuez fut signé. Dans ce document, le Maroc reconnaît la souveraineté espagnole sur Melilla.

Une histoire moderne convulsée

Cependant, l’histoire de Melilla continue d’être associée aux affrontements avec le Maroc. L’un des épisodes les plus importants a été la Deuxième guerre du Maroc, qui s’est terminée par la signature du Traité de Wad-Ras (1860). À cette époque, il a été établi que la limite territoriale de la ville serait marquée en tirant dans toutes les directions le canon de la forteresse, celui qu’on appelle “El caminante”. Melilla est déclarée “port franc” en 1863. L’année suivante, elle a reçu l’autorisation pour l’arrivée de la population civile pour dynamiser son économie. Dans le même temps, le périmètre de Melilla est fortifié.

En 1893, Juan García y Margallo, gouverneur militaire de Melilla, ordonne la construction d’une fortification. Le problème était qu’elle était située à côté de la tombe de Sidi Guariach. Sa tribu, en colère, jette près de six mille guerriers contre les 400 soldats de la ville. Ce fut le début de la “Guerre de Margallo” ou Première Guerre du Rif.

Panoramique du Port de Melilla

Panoramique du Port de Melilla | Wikimedia

En 1909 commence la guerre de Melilla, dont on se souvient surtout pour la “Bataille du Ravin-Aux-Loups“, qui se produit dans les environs du mont Gurugú voisin. En 1921, la bataille d’Annual se traduit par la mort et l’emprisonnement de milliers de soldats. L’incompétence des militaires et l’intervention d’Alphonse XIII seraient décisives à l’avenir. De ce fait, la dictature du général Primo de Rivera sera proclamée deux ans plus tard. D’autre part, les actions ont jeté les bases de l’alliance militaire entre l’Espagne et la France. Le résultat a été la constitution du protectorat espagnol du Maroc, qui inclut la région du Sahara occidental.

Une telle proclamation a eu des effets très positifs sur l’économie de la ville, qui est devenue la capitale économique de la partie orientale. L’exploitation des mines du Rif conduit au développement d’une industrie dérivée de ces mines. Le trafic de marchandises et la pêche augmentent également, de même que les bénéfices de l’approvisionnement de l’armée. En conséquence, Melilla devient un centre d’architecture moderniste.

Ancienne photographie de la rue Málaga de Melilla

Ancienne photographie de la rue Málaga de Melilla

La guerre civile espagnole à Melilla

Le 17 juillet 1936, le colonel Juan Seguí arrête le général Romerales et déclenche le soulèvement militaire de la garnison. Les militaires fidèles au Gouvernement et les responsables des partis de gauche sont fusillés à l’issue d’exécutions sommaires. Pendant la dictature franquiste, l’Espagne développe de bonnes relations avec les nations musulmanes. La principale raison était de ne pas reconnaître l’État d’Israël.

Elle a ainsi contribué à la cause de l’indépendance de la partie française du Maroc en permettant des manifestations nationalistes dans les villes sous domination espagnole, ainsi que des émissions de radio et des trafics d’armes. Cependant, après l’indépendance de la zone française en 1956, il n’a pas pu empêcher l’indépendance de la zone espagnole. Le gouvernement espagnol reconnaît la souveraineté du Maroc et s’engage à respecter son unité territoriale.

Comme Ceuta, Melilla apparaît depuis la Constitution de 1978 en faisant partie de la nation espagnole. En 1995, son statut d’autonomie est promulgué, avec le statut de Ville Autonome. Actuellement, c’est l’un des moteurs économiques de la région Rifaine. 

Les incontournables de Melilla

Un bon endroit pour commencer la visite de ce qu’il faut voir à Melilla est la place de Las Culturas. C’est là que se trouve l’Office de Tourisme local. Melilla la Vieja, aussi connue sous le nom de “El Pueblo” ou “La Ciudadela”, se trouve à l’intérieur de l’enceinte fortifiée qui a commencé à être construite au XVe siècle sur la roche où se sont installés les Phéniciens et les Romains. Le lieu a été détruit et reconstruit plusieurs fois au cours de l’histoire de Melilla.

L’ensemble monumental se compose de quatre enceintes séparées par des douves. Les trois premiers se jettent dans la mer et le quatrième est sur le continent. Dans ce dernier cas, il faut souligner les forts du Rosaire et des Victoires. De cet endroit, des coups de feu ont été tirés pour marquer la frontière actuelle de Melilla. L’itinéraire suit normalement une direction chronologique inversée. Curieusement, l’enceinte la plus moderne, la quatrième, est généralement accessible en premier, se terminant dans la partie la plus ancienne, la première enceinte.

Plage de Los galápagos

Plage de Los galápagos | shutterstock.com

Une ville moderniste impressionnante

Au cœur de Melilla, se trouve la ville du XIXe siècle, un bel environnement à visiter. Elle est composée des quartiers de Fuerte de San Carlos, Fuerte de San Miguel, Alcazaba et Mantelete. Depuis la Place de Las Culturas, il est conseillé de remonter la route de l’Alcazaba pour contempler une vue panoramique sur le Front de la Tierra et une partie de la Crique de Los Galápagos.

En descendant, il est possible de voir en face la Douve de Los Carneros à balustres. La Tour Alafia, le Cuartel et le Bastion de San Fernando se distinguent. On entre dans cet ensemble par le tunnel de San Fernando, après quoi le visiteur sort au puits de l’Hornabeque. Ensuite, il y a le tunnel Victoria, et les bastions de San Pedro et San José situés sur la Place d’Armas.

Il est agréable de se promener parmi les tours et les murs de la Renaissance. Dans ce parcours, il est nécessaire de souligner la Porte et la Chapelle de Santiago car elles constituent la seule construction religieuse de style gothique dans tout le continent africain. Les environs des Aljibes ont plusieurs enclaves à voir à Melilla à tout prix. Le Conventico est un ancien refuge en cas de siège, tandis que l’église de La Concepción est également remarquable. Pour sa part, l’hôpital Del Rey est aujourd’hui un centre d’exposition et d’archives historiques de la ville. Pour terminer avec cette zone de la ville, il est intéressant de se rapprocher des forts extérieurs : depuis le Fort de Camellos, suivi par le Fort de Cabrerizas et se terminant à l’extérieur dans le Fort de Rostrogordo.

Mairie de Melilla

Mairie de Melilla | shutterstock.com

Il y a encore beaucoup à voir à Melilla. L’un de ses patrimoines les plus connus a été construit dans les premières décennies du XXe siècle, en supposant une synthèse de styles et de caractères. L’importance du patrimoine architectural moderniste est telle que Melilla est considérée comme l’un des meilleurs représentants de l’Espagne. Le style est venu à la ville par la main de l’architecte Enrique Nieto.

Le disciple de Gaudí a profité de la tentative du conseil municipal de régulariser l’urbanisme de la ville pour exprimer ses idées sur le design urbain. Connue sous le nom de “Triangle d’Or”, la périphérie est divisée en blocs rectangulaires, avec des formes similaires à celles de la périphérie de Cerdá à Barcelone. Nieto était responsable de la conception de la synagogue principale de Melilla, de la mosquée centrale et de plusieurs bâtiments pour l’Église catholique.

Un tour à ne pas manquer

La promenade moderniste conserve quelques-unes des plus belles structures à voir à Melilla. Le tour peut commencer sur la Place d’España. Cette enclave est présidée par le Palais de l’Assemblée, construit par Nieto. Autour de cette place se trouvent le Casino Militaire et la Banque d’Espagne. De là, il vaut la peine de prolonger la promenade jusqu’aux rues et aux blocs qui forment le quartier de Reina Victoria, le Triangle d’Or de la ville. Il convient de mentionner la Casa Tortosa, le bâtiment La Reconquista et la Casa Melul.

Au-delà de la ville autonome, les possibilités de visiter la région limitrophe du Rif (le Maroc) sont très attirantes. Les communes voisines de Farjana (nord et ouest) et de Beni Ansar (sud), toutes les deux appartenant à la province de Nador, sont un grand complément à ce que vous pouvez voir à Melilla. L’Algérie est une autre destination intéressante si vous voulez traverser les frontières.

Panoramique de la côte de Melilla Panoramique de la côte de Melilla | shutterstock.com

Infos pratiques

[/caption]

 Coordonnées

35° 17′ 41” N, 2° 56′ 32” W

 Distances

Malaga 250 km; Motril 190 km; Ceuta 400 km; Madrid 670 km.

 Stationnement

Parkings payants dans le centre-ville de Melilla tels que le Parking Isla Talleres ou le Parking de las Culturas.

Altitude

30 m

 Population

80.802 (2012)

Voici les principales fêtes à voir à Melilla : festivité de La Virgen de la Victoria (8 septembre), Semaine Sainte, Vierge du Carmen (16 juillet), Eid al Adha (17 novembre).

Voici d’autres événements à voir à Melilla : Carnavals (février), Foire médiévale (juillet), Semaine nautique de Melilla (août), jour de Melilla  (17 septembre).


About the author