Sites fascinants à être reconnus comme Patrimoine mondial en Espagne

L’Espagne est le troisième pays au monde avec plus de patrimoine, après la Chine et l’Italie. Nous avons actuellement 47 sites du patrimoine mondial, bien que la liste des candidats continue à augmenter. Cette liste dite “indicative” comprend 28 lieux. Voici une sélection de sites fascinants à être reconnus comme Patrimoine mondial. 

Le gisement gréco-romain d’Ampurias

Ville gréco-romaine d’Ampurias (Tarragone)

Ville gréco-romaine d’Ampurias (Tarragone)

Cet ancien établissement situé à L’Escala (Gérone) est inimitable, car c’est le seul site de la péninsule ibérique où coexistent les restes d’une colonie grecque et ceux d’une ville romaine. Ampurias est d’une importance notable car c’est le point d’entrée de la romanisation dans la péninsule ibérique.

Après avoir été établie par les Grecs au VIe siècle av. J.-C., elle a servi de camp militaire romain avant de devenir la ville d’Emporion au Ier siècle av. J.-C. Les ruines que l’on peut voir aujourd’hui sur le site – dès l’agora grecque jusqu’aux vestiges des thermes romains – sont donc un exemple extraordinaire d’urbanisme classique. Le village possède également un musée monographique dans lequel est exposée la statue du dieu Asclépios. La ville gréco-romaine d’Ampurias a été proposée pour être reconnue par l’Unesco depuis 2002.

Trujillo, Monfragüe et Plasence

Aqueduc de Plasence (Cáceres)

Aqueduc de Plasence (Cáceres)

La proposition conjointe de Trujillo, Monfragüe y Plasence, inclue dans la liste indicative du patrimoine mondial en 2009, propose d’inclure un bien mixte naturel et culturel d’une valeur exceptionnelle à Estrémadure, une région d’une grande richesse monumentale. L’importance historique de ces deux villes et l’abondance des forêts dans ses parcs naturels pourraient être réévaluées dans le cadre d’un nouveau projet du comité de l’UNESCO, qui a rejeté la candidature en 2012.

Le château de Loarre

Château de Loarre (Huesca)

Château de Loarre (Huesca)

Le plus grand des châteaux aragonais, construit par Sanche III le Grand (1020-1030), est l’un des meilleurs exemples de l’art roman en Espagne. L’état exceptionnel de l’ensemble, dans lequel se détachent des éléments tels que l’église Santa María, la crypte de Santa Quiteria ou la tour de la Reine, lui a valu le statut de Monument historique et artistique. Considérée comme la plus ancienne forteresse romane d’Europe, ce monument devrait être sans doute reconnu comme patrimoine mondial.

La cathédrale Renaissance de la Asunción à Jaén

Cathédrale Renaissance de la Asunción (Jaén)

Cathédrale Renaissance de la Asunción (Jaén)

Œuvre culminante d’Andrés de Vandelvira, ce joyau de la Renaissance situé à Jaén se distingue par sa salle capitulaire et sa sacristie, ainsi que par son impressionnante façade baroque et son chœur néoclassique. En 2012, il a été demandé à l’UNESCO d’étendre la considération du patrimoine mondial à ce monument, en l’incluant dans l’ensemble déjà reconnu d’Úbeda et de Baeza.

La Ribeira Sacra

La Ribeira Sacra (Lugo)

La Ribeira Sacra (Lugo)

La Ribeira Sacra est un lieu au charme magique qui entoure des monuments préromans, romans, gothiques, de la Renaissance et baroques comme le monastère de San Esteban de Ribas de Sil. L’humidité et les forêts de cet environnement, situé entre Lugo et Orense avec Monforte de Lemos comme capitale, créent une atmosphère particulière à cette route d’une valeur monumentale incalculable qui mérite d’être inscrite au Patrimoine mondial.

Les chemins de transhumance de la Mesta

Chemin de transhumance de la Mesta

Chemin de transhumance de la Mesta

Les nombreux chemins de transhumance qui existent encore en Espagne forment un réseau complexe de routes qui, outre leur utilisation pour le bétail, possèdent d’innombrables valeurs artistiques, historiques et sociales pour les villes où ils passent. Ces 125 000 kilomètres sont très bien conservés et figurent sur la liste indicative du patrimoine mondial depuis 2007.

L’art roman du nord de Castille

Monastère San Andrés de Arroyo (Palencia)

Monastère San Andrés de Arroyo (Palencia)

Le territoire qui comprend principalement le nord de Palencia et le sud de la Cantabrie abrite la plus grande concentration d’art roman en Europe. Dans un rayon de 25 kilomètres seulement autour d’Aguilar de Campoo, on trouve 70 bâtiments de grande valeur architecturale et culturelle. Si l’Unesco décidait de déclarer cet art roman au patrimoine mondial, la réalisation viendrait deux décennies après la présentation de la proposition (en 1998).

Les moulins à vent

Moulins de Consuegra (Tolède)

Moulins de Consuegra (Tolède)

Ces appareils étaient utilisés par les Arabes qui, sans les avoir inventés, les ont perfectionnés. L’absence de cours d’eau rapides les a fait prospérer en Espagne, où ils sont devenus un élément fondamental dans les panoramiques des villes de La Manche telles que Consuegra, Campo de Criptana ou Alcázar de San Juan.

Les routes romaines

Une route romaine traversant les montagnes de Gredos (Ávila)

Une route romaine traversant les montagnes de Gredos (Ávila)

Aujourd’hui, l’Espagne possède l’un des réseaux de routes romaines les plus complets d’Europe. Ces routes servaient non seulement à faciliter le transport des légions romaines, mais aussi à des tâches administratives et commerciales, facilitant les échanges culturels et économiques. Les vestiges de la Route de l’Argent ou de la Via Augusta sont la preuve vivante du passé romain de l’Hispanie ancienne.

Le Parc du Retiro et le musée du Prado

Parc du Retiro

Parc du Retiro (Madrid)

Il y a beaucoup à dire sur le site qui constitue le parc du Retiro et le musée du Prado à Madrid, deux icônes de la capitale espagnole d’une énorme valeur touristique et artistique. Le jardin du palais et la galerie d’art, l’une des meilleures au monde, sont tous deux candidats au titre de site du patrimoine mondial depuis 2015.

Le portique de Santa María de Ripoll

Dans le monastère de Ripoll se trouve cette construction du XIIe siècle, un chef-d’œuvre de l’art roman. Le portique de Santa María est candidat au statut de patrimoine mondial de l’Espagne pour diverses raisons. Il est considéré comme la sculpture romane la plus importante de Catalogne et l’une des plus impressionnantes du monde. Il se compose de sept arcs, et chacun d’eux est rempli de sculptures qui racontent différents épisodes de la Bible. C’est pourquoi il est populairement connu comme “la Bible en pierre”.

Il met en évidence le contraste entre l’ostentation du portique et l’austérité de l’intérieur, mais il y a une explication. À l’époque où le monastère a été construit, la majorité de la population était rurale et analphabète mais savait reconnaître les icônes. Avec ce portique, ils ont cherché à enseigner l’histoire de la Bible à tous ceux qui ne savaient pas lire ou qui ne comprenaient pas le latin.

Les Ancares – Somiedo

Los Ancares est un terrain montagneux de la Cordillère Cantabrique. Il est divisé entre différentes municipalités : entre les régions de Galice et de Castille-et-Léon, plus précisément dans les provinces de Lugo (municipalité de Cervantes) et de Léon (municipalités de Candín et Vega de Espinareda, situées dans la région d’El Bierzo) et, d’autre part, la municipalité de Somiedo, située dans la Principauté des Asturies.

En 2006, Los Ancares a été déclarée réserve de biosphère par l’UNESCO. Ce site est maintenant candidat au statut de patrimoine mondial en Espagne. Ce qui le rend spécial est la caractéristique commune de la braña, un système traditionnel de pâturage basé sur la transhumance, encore utilisé aujourd’hui, qui définit le paysage et la société locale, représentant un patrimoine vivant qui combine de manière unique la nature et la culture. Cette forme de pâturage est pratiquée depuis le XIe siècle et a atteint son apogée aux XVe et XVIe siècles.

Église de San Salvador de Valdediós

Le prochain candidat au patrimoine mondial de l’Espagne est l’église San Salvador à Valdediós. Caché dans un coin inattendu de la commune de Villaviciosa, à Puelles, il conserve intact la spiritualité et le caractère monumental du lieu où l’un des plus puissants rois des Asturies, Alphonse III le Grand, a passé ses dernières années. Ce petit groupe de temples ne comprend que le petit monastère de San Salvador et l’église Santa María de Valdediós. À seulement 40 km d’Oviedo, ce complexe monastique est devenu l’un des lieux les plus importants du Moyen Âge asturien. L’église de San Salvador a été construite en 893 et est considérée comme le chef-d’œuvre de la dernière étape de l’art préroman.

La Rioja et la Rioja d’Alava, un paysage de vignes

Ce candidat sur la liste du patrimoine mondial de l’Espagne se réfère à la zone entourant l’appellation d’origine du vin de Rioja. C’est l’un des meilleurs vins du monde, une position qu’il a atteinte non seulement en raison de sa qualité incontestable, mais aussi de son histoire et de sa culture exceptionnelles. La zone s’étend sur 603 kilomètres carrés des deux côtés de l’Èbre, touchant les deux sous-zones de l’appellation d’origine : la Rioja et la Rioja d’Alava. C’est la partie la plus représentative de la région viticole et celle qui s’est développée sans interruption depuis le début du Moyen Âge, avec des indications que ce processus pourrait remonter à l’époque romaine.

Le parc national des Îles atlantiques de Galice

Les incroyables îles Cíes sont également candidates au patrimoine mondial en Espagne. Mais pas seulement les îles Cíes : la candidature inclut l’ensemble du Parc national des îles atlantiques de Galice, qui comprend les îles Cíes, Ons, Sálvora, Noro, Vionta, Cortegada et Malveiras. Elles sont un véritable paradis naturel et un endroit où l’on peut passer une journée fantastique en été grâce à leurs principales attarits : la nature, la possibilité de faire de bonnes promenades et des parcours de randonnée, des vues et des plages spectaculaires et la possibilité de profiter d’un havre de tranquillité.

Il convient également de souligner la valeur du patrimoine historique et culturel, qui comprend d’importantes pêcheries artisanales et des gisements historiques et préhistoriques associés à la mer. Ce patrimoine naturel et culturel confère à cette région une valeur universelle exceptionnelle.

Ferrol, fille des Lumières

La ville de Ferrol, dans la province de La Corogne, est née comme base navale en raison de sa position géographique privilégiée. Mais ce qui en fait un candidat au patrimoine mondial en Espagne, c’est le district de La Magdalena. Sa construction a été ordonnée en 1761 par le monarque éclairé Charles III et est devenue l’une des propositions de développement urbain les plus intéressantes de l’époque. Elle prend la forme d’une barre de chocolat, formant un rectangle parfait. Il existe encore des maisons du siècle des Lumières qui étaient destinées aux classes aisées. Il s’agit de bâtiments classiques, avec des balcons en fer forgé et des galeries vitrées, qui se sont ensuite étendues à toute la Galice jusqu’à devenir un signe d’identité de la région.

Vallée salée d’Añana

Le prochain candidat au patrimoine mondial de l’Espagne est une ville historique connue depuis l’Antiquité pour ses mines de sel. Il s’agit des Salines de Añana-Gesaltza Añana, à seulement 30 kilomètres de Vitoria. De plus, pendant les mois d’été, cette expérience a l’attrait supplémentaire de contempler le travail artisanal des travailleurs des salines.

La valeur de ce paysage unique de production de sel réside dans son architecture inhabituelle, qui comprend une succession de terrasses en gradins construites par l’homme avec de la pierre, du bois et de l’argile. Il y a aussi les milliers de bacs de cristallisation du sel responsables de la blancheur éblouissante, ou les centaines de canaux pour distribuer l’eau salée dans toute la vallée grâce à un système de distribution dont l’histoire est documentée depuis plus de 1200 ans.


About the author