Panthéon et palais de Sobrellano, une merveille néogothique à Comillas

La puissance des colons espagnols riches est présente dans le nord de l’Espagne plus que partout ailleurs. En Cantabrie et dans les Asturies notamment, les signes de pouvoir des marchands qui ont “fait les Amériques” sont abondants. Des œuvres d’art, surtout architecturales comme le palais de à Comillas, dans l’un des plus beaux villages de Cantabrie. Ce n’est pas en vain que le paradigme des colons revenant en Espagne, Antonio López y López, le premier marquis de Comillas, y est né. Cette figure controversée est celle qui a promu la construction du magnifique palais de Sobrellano et de sa chapelle-panthéon.

Vue du Palais de Sobrellano sur la façade principale

Vue du Palais de Sobrellano sur la façade principale. | Shutterstock

Un palais néogothique anglais à Comillas

À première vue, le palais de Sobrellano nous rappelle des histoires d’horreur romantiques. Un décor qui pourrait être attribué à l’œuvre de Poe, Bécquer ou Shelley. Son plan néo-gothique est complété par des détails modernistes afin de générer un ensemble écrasant. Sa construction a commencé au début des années 1880. Joan Martorell i Montells était chargé de sa conception. Cet architecte de Barcelone, ville célèbre pour son modernisme, a été l’un des maîtres et collègues de Gaudí. Il a utilisé un dessign inspiré du gothique anglais du XVIe siècle, qui s’intègre parfaitement à l’atmosphère verte et campagnarde de la Cantabrie.

Vue nocturne du Palais de Sobrellano

Vue nocturne du Palais de Sobrellano. | Shutterstock

Les travaux furent prolongés jusqu’en 1888, de sorte que le premier marquis de Comillas ne put les voir terminés, étant mort en 1883. Lors de la visite du roi Alphonse XII dans la ville en 1881, année où il accorda l’échelon de Grandesse d’Espagne à Antonio López y López.

Le IIe Marquis a achevé un bâtiment qui sera une maison d’été. Tout le palais de Sobrellano est une démonstration du pouvoir que les hommes d’affaires avaient acquis au cours du XIXe siècle. Un étalage bourgeois d’un plan rectangulaire qui commence par la spectaculaire façade principale. Plein de détails, il est fait en pierre de Carrejo, une ville de Cantabrie près de Cabezón de la Sal. Cela donne une coloration inégale qui met en valeur les galeries à colonnades, abondamment décorées. En outre, il convient de mentionner l’œuvre sculpturale extérieure de Joan Roig i Solé.

Salle du trône du Palais de Sobrellano

Salle du trône du Palais de Sobrellano. | Gouvernement de Cantabrie

L’air majestueux est également transféré à l’intérieur. Son hall distribue les couloirs aux différentes pièces, escaliers compris. La pierre domine à côté des bois nobles dans un ensemble très élégant. Les vitraux abondent partout générant un curieux éclairage, qui se distingue surtout dans l’escalier mentionné ci-dessus. Lors de la visite guidée, les principaux espaces du premier étage sont visités, tels que la salle de billard ou la bibliothèque.

Bibliothèque du Palais de Sobrellano

Bibliothèque du Palais de Sobrellano. | Shutterstock

Cependant, la salle dite du trône se distingue des autres. Comme s’il s’agissait d’une salle royale, les peintures exécutées par Llorens i Masdeu passent en revue les jalons associés aux Ier et IIe marquis de Comillas. C’est ce dernier qui a choisi les scènes représentées, dès l’aide au roi dans la guerre de Cuba de 1969 à l’inauguration du séminaire en 1887. La feuille d’or et les vitraux font ressortir encore plus la pièce.

La petite cathédrale près du palais de Sobrellano

Si Antonio López y López n’a pas pu voir le palais terminé, il a pu profiter de la chapelle-panthéon lorsqu’il vivait. Malgré sa petite taille, comparable à celle d’une chapelle, son aspect est semblable à celui d’une cathédrale, même avec des gargouilles. Sa fonction, en plus d’accueillir des services religieux, était de servir de lieu de repos éternel pour le Ier marquis et sa famille. Un espace conçu également par Joan Martorell i Montells et achevé en 1881.

Chapelle-panthéon de Sobrellano

Chapelle-panthéon de Sobrellano. | Shutterstock

Ce caractère d’hommage este prsent grâce au déambulatoire, un espace qui élargit l’abside et permet de la traverser. Son utilisation s’est répandue pendant la période romane pour permettre le culte des pèlerins, par exemple à Saint-Jacques-de-Compostelle. La zone du mausolée est un grand exemple de l’école catalane de l’époque. José Llimona a réalisé les travaux associés au frère d’Antonio López y López et à son épouse. Venancio Vallmitjana était responsable de la tombe du premier marquis et de son épouse.

De la nef, se détachent le plafond à caissons, l’autel et les vitraux polychromes. De plus, l’ensemble du mobilier a été conçu par Gaudí. Comillas est également le siège de son célèbre Capricho. Les sièges les plus remarquables suivent le style néo-gothique de la chapelle, ainsi que les chaises à genoux qui y sont attachées. Ils sont en bois, avec des parties métalliques, et en velours rouge. Les bancs ont également été fabriqués par le célèbre moderniste.

Le meilleur exemple de l’art catalan à Comillas

Il peut sembler curieux que Comillas soit l’un des exemples les plus abondants du modernisme en Espagne. Cela est dû à l’influence du premier marquis de Comillas. Pendant son adolescence, il a été contraint d’émigrer à Cuba. Il y a créé un petit magasin d’articles à bas prix. Cependant, il a réussi à épouser la fille de son propriétaire, Luisa Bru Lassús. C’est ce fait qui l’a lié à Barcelone. Il est resté plusieurs années sur l’île où sont nés ses trois enfants. À cette époque, il a créé les bases de sa fortune, s’enrichissant de la traite des esclaves en tant qu’intermédiaire.

Chapelle-panthéon et palais de Sobrellano

Chapelle-panthéon et palais de Sobrellano. | Shutterstock

Ces sombres questions ne l’ont pas empêché de prospérer et de retourner à Barcelone. Il réussit à côtoyer la plus haute bourgeoisie catalane et les meilleurs artistes de Barcelone. Par conséquent, sa ville natale n’a rien à envier, en termes de modernisme, à des endroits comme Reus ou Melilla. Son quatrième fils est finalement son héritier, tandis que sa première fille épouse Eusebi Güell, un célèbre collaborateur de Gaudí et promoteur du parc qui porte son nom.

Façade latérale du Palais de Sobrellano

Façade latérale du Palais de Sobrellano. | Shutterstock

L’héritage conçu par Joan Martorell i Montells est sans aucun doute le plus remarquable, avec le triumvirat formé par la chapelle-panthéon, le palais Sobrellano et l’université pontificale. Bien que ce soit le style néoclassique qui domine, des contributions telles que les sculptures de Joan Roig i Solé et l’intégration de ces éléments particuliers dans l’ensemble apportent une vision moderniste à l’ensemble. El Capricho est un autre grand incontournable qui se rattache à Antonio López y López car il a été commandé par le frère de sa belle-sœur, également colon revenant d’Amérique, Máximo Díaz de Quijano.

Le palais de Sobrellano et le film d’horreur

Le plan du palais de Sobrellano et de sa chapelle a attiré l’attention de plusieurs réalisateurs. Le film d’horreur espagnol qui s’est tant développé au cours des années 1970 et 1980 a utilisé le palais comme lieu de tournage. Par exemple, c’était l’extérieur de La Residencia, un film avec lequel Chicho Ibáñez Serrador a fait ses débuts au grand écran. Des éléments de terreur et de suspense gothiques se mêlent dans le film, reflet fidèle des particularités du cinéaste. Avec des références à Hitchcock et Shelley, la censure a réduit la charge érotique et violente d’un film basé sur la répression.

Un autre attrait à ne pas manquer

Intérieur du Palais de Sobrellano

Intérieur du Palais de Sobrellano. | Shutterstock

Les heures d’ouverture du palais et de la chapelle sont très étendues. Le prix de chaque visite guidée est de 3€. Tout près se trouve le Capricho de Gaudí, dans le même parc qui abrite les protagonistes de cet article. Au sommet du terrain, il y a des belvédères et des arbres, tandis qu’aux pieds, il y a un vaste champ d’herbe. La grande beauté du lieu en fait l’un des plus beaux jardins de sa communauté. L’exceptionnel cimetière gothique du village brille également. Vous pouvez visiter aussi des endroits comme San Vicente de la Barquera, Santillana del Mar, les grottes d’Altamira ou Santander lui-même. Un autre atout de la région est le Chemin de Compostelle du Nord traversant quelques-uns de ces villages.


About the author