La villa romaine de Noheda, la plus grande mosaïque romaine du monde dans les montagnes de Cuenca

Pendant la domination romaine sur l’Hispanie, celle-ci joua un rôle important aux temps de la république et de l’empire. Depuis la 2e guerre punique jusqu’à l’invasion des barbares, elle a évolué et fut pleinement intégrée à l’État romain. Des empereurs, des penseurs et des militaires renommés naquirent dans la péninsule. La richesse du territoire permit que surgissent des villes, maintenant abandonnées, comme Cáparra ou Itálica, et des maisons luxueuses, aujourd’hui des ruines délabrées. À ce dernier groupe appartient la villa de Noheda, près de la capitale provinciale de Cuenca. Un endroit qui recèle une mosaïque presque sans égale.

Noheda

Détail de l’histoire de Pélops et Hippodamie sur la mosaïque romaine de Noheda. | Consejeria de Cultura de Castilla-La Mancha

Un luxueux endroit agricole tardo-romain

Dans toute l’Espagne, il existe un grand nombre de restes de villas romaines. Olmeda (Saldaña) à Palencia, Puras à Valladolid, celle de Camarzana de Tera à Zamora… Dans le cas de Noheda, une villa de Cuenca associée à Villar de Domingo García, on pense qu’il s’agissait d’un ensemble agricole de la fin de l’empire. Il fut créé dans une période allant du III au V siècle après J.-C. Il contrôlait une vaste zone, comme en témoignent les restes trouvés tout autour.

Les villas de cette époque étaient des environnements généralement associés à l’aristocratie. Au cours du troisième siècle, il y eut une grande crise politique et civile dans l’empire qui a conduisit à une déconnexion notable entre les villes et l’environnement agricole. Ainsi, les propriétaires fonciers augmentèrent leur pouvoir en marge des villes autrefois beaucoup plus puissantes comme Augusta Emerita (Mérida) ou Tarraco (Tarragone).

La somptuosité qui se dégage des découvertes dans la villa romaine de Noheda montre clairement que son propriétaire était très riche. Il semble qu’il y ait des preuves que le site avait déjà des ruines datant de l’Époque Moderne. Cependant, les travaux scientifiques commencèrent à partir de la fin du XIXe siècle. Descriptions et petites trouvailles se succédèrent. Ainsi, dans les années 1960, on déclara que c’était une mansio Ces ensembles étaient situés sur les routes à un certain nombre de kilomètres et servaient aussi d’auberge et de poste officielle. Il en existe de très bons exemples en Estrémadure le long de la Route de l’Argent.

Nohada

Une partie du mythe de Pélops et Hippodamie de la mosaïque de Nohada. | Consejeria de Cultura de Castilla-La Mancha

En 1984, la chance voulut que les propriétaires de la ferme trouvassent une partie de la mosaïque pendant qu’ils labouraient. Un lent processus dériva donc à une fouille importante en 2005. C’est alors que l’on découvrit l’une des plus grandes mosaïques figuratives romaines que l’on pense exister jusqu’à ce jour. On propose actuellement des visites guidées pour la contempler. C’est réellement tout un monument culturel de première importance à Cuenca, Segóbriga ou les Lagunes de ses Montagnes.

L’énorme mosaïque romaine de Noheda

La mosaïque de la villa romaine de Noheda occupe plus de 230 mètres carrés. C’est une bonne partie de la pièce d’environ 14 mètres par 18 qui la contient, étant d’environ 300 mètres carrés de surface. Un travail capital effectué avec une technique soignée. La pièce est le triclinium, connue sous le nom de pièce triabside. Cela vient du fait d’avoir trois exèdres ou absides, extensions semi-circulaires utilisées pour se réunir et s’asseoir.

Noheda

Pugilistes sur la grande mosaïque romaine de Noheda. | Consejeria de Cultura de Castilla-La Mancha

L’ensemble des images figuratives est immense. Il y a six secteurs principaux sur le sol de cette pièce principale. La partie centrale endommagée montre des éléments associés à la mer. Deux autres, sur les côtés, très similaires sont considérés comme représentant des compagnies de théâtre. En dessous, il y a d’autres motifs, comme des pugilistes. La partie manquante est la plus impressionnante, et des scènes mythologiques sont ses protagonistes.

Noheda

Mythe de Pâris et cortège de Dionysos sur la Mosaïque de Noheda. | Asociacion Villa Romana de Noheda

À l’extrémité supérieure, se trouve le dit Cortège dionysiaque. C’est une continuation de la tradition hellénistique liée à Dionysos, Bacchus pour les Romains. Dieu du vin, de la fertilité et du théâtre, qui était vénéré dans des frénésies orgiastiques qui sont à l’origine des représentations théâtrales grecques. Le cortège mythique composé de satyres et de ménades, des féminines et parfois complété par des participants mortels. C’est ce que représente la magnifique mosaïque de Noheda.

Noheda

Détail de la partie Dionysiaque de la Mosaïque de Noheda. | Diputacion de Cuenca

Dans cette partie figure l’histoire de Paris. Le moment de son jugement et de l’enlèvement postérieur qui provoqua la mythique guerre de Troie. Le premier événement consistait en une compétition entre Hera, Aphrodite et Athénée pour juger de qui était la plus belle. Dans ce processus, Zeus désigna le prince troyen comme juge et la déesse de la beauté, victorieuse, lui promit l’amour de la plus belle femme qui soit ; qui, bien sûr, fut Helene, qu’il enleva, déclenchant le conflit le plus célèbre de la littérature grecque.

Noheda

Une partie du mythe de Pélops sur la mosaïque romaine de Noheda. | Consejeria de Cultura de Castilla-La Mancha

La dernière des scènes appartient au mythe de Pélops, héros et amant de Poséidon et Hippodamie. Le jeune homme a affronté le père de sa bien-aimée, le monarque grec Œnomaos, dans une course de chevaux. Diverses astuces lui ont permis de gagner. Après cela, il a engendré deux fils, dont la mythologie situe l’un comme le père ou l’ancêtre direct d’Agamemnon et de Ménélas.

D’autres éléments de la Villa Romaine de Noheda

On a découvert trois secteurs jusqu’à présent à cet endroit. L’un est la résidence, où se trouve la mosaïque décrite précédemment. Dans les pièces reliées au hall central, il y a des œuvres picturales de différents types. De plus, des marbres et quelques restes sculpturaux. D’autre part, le Pars Rustica, qui fait partie du complexe agricole lui-même. C’est le morceau de celui-ci qui était consacré à loger les travailleurs. Il ne reste que des parties de fondations et des tronçons de murs. Les travaux de labour continus subis par la parcelle ont généré une dégradation très importante.

Noheda

Pars Rustica de la Villa romaine de Noheda. | Consejeria de Culture de Castilla-La Mancha

Enfin, il y a le dit Balneum. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un complexe thermal. De grande amplitude, on peut voir les restes des pièces qui le composaient. Son entrée, les vestiaires ou les vestiges des séjours et des bains sont quelques-uns de ses éléments.

Noheda

Balneum de la villa romaine de Noheda. | Consejeria de Cultura de Castilla-La Mancha

Les visites guidées dans ce coin perdu ne sont proposées que les vendredis, samedis, dimanches et jours fériés à heures fixes. Elles coûtent à peine trois euros. Les autres jours, sauf le lundi, sont réservés aux visites de groupe. La réservation est obligatoire. De plus, à Villar de Domingo García, il existe un remarquable centre d’interprétation avec des informations complémentaires sur la villa romaine de Noheda.


About the author

Autres nouvelles intéressantes
L'exploitation minière fit de l'Hispanie un territoire prioritaire pour Rome. En témoignent des environnements tels Más información
La puissance des colons espagnols riches est présente dans le nord de l'Espagne plus que Más información
Entre les villages de Guijo de Granadilla et Oliva de Plasencia, un ensemble de ruines Más información
L'une des capitales espagnoles, Séville est la ville la plus importante du sud. Depuis sa Más información
Aujourd’hui nous vous proposons une promenade à travers la Quinta de Cudillero, un beau jardin, Más información