La Algameca Chica, un petit miracle appelé Shanghai de Carthagène

La Algameca Chica ne ressemble à aucun autre endroit. On le perçoit dès la première approche de ce petit village de Carthagène, situé à l’embouchure de la Rambla de Benipila en face de la Méditerranée. Il est connu, depuis quelques années, par une comparaison. La Algameca Chica, dit-on, est le Shanghai de Carthagène. On y a construit les maisons pratiquement sur l’eau, comme la capitale économique de la Chine, mais en réalité, elles ne pourraient pas être plus éloignées l’une de l’autre.

La Algameca Chica cherche à survivre et à s’adapter à son époque, mais il n’a jamais oublié ses origines. En fait, ce village les a maintenus avec fierté. Il n’a pas non plus laissé détruire l’ambiance qui a toujours régné dans ses rues étroites, où des gens continuent de vivre. Ne pas résister, simplement vivre.

Un peu d’histoire

La Algameca Chica, irrémédiablement liée à la mer

La Algameca Chica, irrémédiablement liée à la mer | Shutterstock

La Algameca Chica est née d’une nécessité. Il s’agissait d’une réponse à l’époque, qui, au XVIIIe siècle, a commencé à aller trop vite pour une communauté de pêcheurs qui se sont soudainement retrouvés hors de chez eux. Quand il n’y avait pas de place pour eux à Carthagène, ils ont trouvé un nouveau départ dans ce petit coin.

La première référence à cette colonie remonte à 1778. On sait qu’un siècle plus tard, cinq maisons étaient déjà concentrées autour de la même zone, qui s’est progressivement agrandie, formant une communauté solide de différentes familles qui sont plus que des voisins. Dans cette communauté, les maisons ont toujours été cédées d’une poignée de main. Aujourd’hui, on ne peut pas construire plus que ce qui est déjà là. Beaucoup de maisons qui existent, héritées des parents et des grands-parents, ont été rénovées.

C’est le lieu de résidence d’une vingtaine de personnes. Sa population augmente en été, où elle se multiplie par centaines. Ceux qui  y sont nés reviennent dès qu’ils le peuvent. Des personnes qui quittent leur domicile habituel à Carthagène ou à Murcie pour s’installer dans cette oasis de paix qu’est La Algameca Chica.

Cela semble impossible, mais c’est

Cet accord semble être un petit miracle

Cet accord semble être un petit miracle. | Shutterstock

Les plus jeunes continuent de courir autour des maisons comme s’il n’y avait aucun danger, car cet endroit ne génère certainement pas cette sensation. Ils se promènent avec une canne à pêche à la main et s’aventurent parfois en mer, les bateaux attendant à la porte de nombreuses maisons.

Cette mer fait partie de leur identité. Ils ont grandi avec une proximité maritime permanente, quelque chose qui les marque à jamais. Ils ont aussi grandi dans le calme de ceux qui laissent leur porte ouverte à leurs voisins, de ceux qui les attendent dans la fraîcheur des nuits d’été, de ceux qui n’ont pas besoin de plus de confort que ce qui est nécessaire pour prendre soin d’eux et respirer.

Actuellement, chacune des maisons est équipée de panneaux solaires qui leur permettent d’obtenir l’électricité nécessaire à leur fonctionnement. Ils ont également des réservoirs d’eau, un terrain de football et une taverne qui va bientôt avoir 100 ans. Les maisons, de couleurs différentes, sont situées des deux côtés de la rue principale. Le flanc droit est plus ancien que le gauche. Elles sont reliées par un pont qui s’est effondré trois fois ces dernières années. Lorsque cela se produit, ce sont les voisins eux-mêmes qui le reconstruisent. En dehors de la collecte des déchets, ils n’ont aucun autre service.

Et bien qu’à première vue le village puisse sembler être un endroit marginal, peut-être même proche de la pauvreté, ce jugement ne pourrait être plus erroné. Il suffit de découvrir que des centaines de personnes viennent ici chaque année à la recherche de la tranquillité exclusive que l’on ressent ici. Il ne s’agit pas de marginalité, ni de pauvreté, ni d’un manque de ressources. C’est un mode de vie différent, plus proche de la proximité et de la simplicité du passé que de la précipitation et des excès du présent. Cela semble impossible, mais ça l’est.

L’avenir de La Algameca Chica

Carte postale de La Algameca Chica

Carte postale de La Algameca Chica. | Shutterstock

Ces voisins s’organisent sans problème. En fait, leurs méthodes et leurs règles sont simples. Ils ont une association de quartier où les questions pertinentes sont discutées et un tableau d’affichage commun auquel tout le monde prête attention. L’atmosphère ne pourrait pas être plus familière.

Il est agréable de penser qu’il y a un avenir, mais La Algameca Chica existe dans une sorte d’état alégal qui pourrait être défié à l’avenir. Cette colonie ne peut pas être reconnue officiellement, mais il est rassurant de savoir qu’elle ne peut pas non plus être détruite. Il y aurait alors une réponse sociale, car La Algameca Chica ne peut pas disparaître. C’est le sentiment de tous ceux qui la connaissent. C’est un élément fondamental de l’histoire de Carthagène et donc du pays. Un lieu unique, petit et isolé qui existe encore, même si, de nos jours, cela semble un miracle.


About the author