Somorrostro, le quartier qui a disparu à côté de la Barceloneta

Comme un fantôme dont personne ne se souvient, au XXIe siècle, le quartier de Somorrostro est à peine un murmure, une sorte de dinosaure qui a traversé la Terre, mais dont il ne reste même plus un squelette ou un vestige pour prouver qu’il a bien existé et qu’il était vivant. Somorrostro n’est plus. Pas plus que l’usine qu’il bordait autrefois. Son absence, à vrai dire, n’est pas très perceptible. Beaucoup ne savent pas que sur la plage de Somorrostro, à côté de la Barceloneta, il y avait autrefois un quartier. Encore moins les millions de touristes qui visitent la ville chaque année…

Des conditions de vie inhumaines

Julia Aceituno est arrivée à Barcelone en 1952. Elle et sa famille fuyaient la misère des représailles de la guerre civile qui planait sur eux à Alcaudete, un village de Jaén. “Mais quand nous sommes arrivés à Somorrostro et que nous avons vu la barraca, le ciel nous est tombé sur la tête. Sur moi, ma mère et mon frère”, raconte Aceituno dans le documentaire Barraques. La ciutat oblidada. “C’était inhumain“, ajoute-t-elle.

La Rambla à Barcelone au XXe siècle

La Rambla à Barcelone au XXe siècle | Wikimedia

Somorrostro était un bidonville qui s’étendait entre les actuels quartiers de San Martín et Ciutat Vella entre les XIXe et XXe siècles, en bord de mer. Il était bordé par l’actuel Hôpital del Mar, qui s’appelait alors l’Hôpital municipal des maladies infectieuses, et par l’usine à gaz Lebon, aujourd’hui disparue, dans le quartier de Pueblo Nuevo.

15 000 personnes dans 2 400 baraquements

Bien que l’on ne sache pas avec certitude quand il est né, c’est dans la seconde moitié du XIXe siècle que son existence est devenue officielle. Ses premiers colons sont venus de différentes parties du pays avec l’intention de trouver de meilleures conditions de vie, comme dans tant d’autres périphéries de grandes villes. En outre, de nombreux résidents y sont des travailleurs, dont les salaires ne leur permettent pas de payer un loyer.

Les expositions internationales d’Espagne de 1888 et 1929 qui se sont tenues à Barcelone, ainsi que les délocalisations nationales provoquées par l’après-guerre dans les années 1940, ont été des moments forts de l’expansion de Somorrostro. Ainsi, dans les années 1950, on a recensé jusqu’à 2 400 baraquements dans lesquelles vivaient quelque 15 000 personnes dans des disparue faites de pierres, de tôles, de plastique et de bois, entre autres matériaux.

La maison de la danseuse de flamenco Carmen Amaya

Ainsi, le quartier de Somorrostro était principalement un quartier ouvrier et parmi ses baraquements se trouvait également une importante colonie de gitans. C’est dans l’une de ces cabanes, plus précisément au numéro 48, qu’a grandi la célèbre bailaora Carmen Amaya, une danseuse de renommée mondiale qui a mis Somorrostro sur la carte.

C’est alors que le bidonville devient le décor du film Los Tarantos, réalisé par Francisco Rovira-Beleta en 1963 et dans lequel joue la bailaora. Somorrostro est également un endroit mentionné à plusieurs reprises par des écrivains et des journalistes de l’époque. La pauvreté était parfois reléguée au rang de romantisme. Cependant, peu de Barcelonais osaient s’aventurer dans un quartier qui vivait dans l’ombre de la ville.

Photo du film Los Tarantos. Au centre, la bailaora Carmen Amaya.

Photo du film Los Tarantos. Au centre, la bailaora Carmen Amaya.

Un bidonville à la merci de la mer

Dans le quartier de Somorrostro, il n’y avait ni eau, ni électricité, ni, bien sûr, de rues asphaltées. La vie dans ces baraquements était une lutte constante pour la survie, soumise aux conditions météorologiques et aux caprices de la mer qui, de temps à autre, détruisait une partie du quartier. Entre 1957 et 1961, la construction de la promenade en bord de mer a laissé les maisons encore plus exposées aux éléments de la nature. C’est ainsi que les baraquements ont disparu. C’était le début de la fin de Somorrostro.

Plage de Somorrostro, Barcelone

Plage de Somorrostro, Barcelone | Shutterstock

“Quand il y avait beaucoup de houle dans la mer, on grelottait de peur toute la nuit. On surveillait sans cesse pour voir si la mer envahissait nos maisons…” raconte l’ancien habitant de Somorrostro José Aceituno dans le documentaire Barraques. La ciutat oblidada. Mais la mer a fini par jeter sa cabane, comme celle de tant d’autres habitants du bidonville. Pour José et Julia Aceituno, c’était la fin de leur séjour dans le quartier.

La visite de Franco qui a mis fin au quartier

En 1966, environ 600 maisons étaient encore debout, mais la célébration de la première Semaine navale de la ville, à laquelle Franco lui-même a assisté, a été la sentence définitive pour Somorrostro. Il a donc été décidé de supprimer par la force le bidonville afin que le dictateur ne voie pas toute la misère qui s’installait sur la plage. Leurs habitants ont été relogés, dans des conditions non moins précaires, dans d’autres bidonvilles comme le Camp de la Bota, des appartements à Sant Roc ou dans des lieux supposés temporaires comme le stade de Montjuïc ou le pavillon de la Belgique de l’Exposition de 1929, qui se sont prolongés.

Malgré tout, la Barcelone de la misère n’a pas disparu avec Somorrostro, car la relocalisation des habitants ne s’est pas faite par solidarité, mais en raison des intérêts de développement urbain qui croissaient de manière exponentielle dans une ville qui a embrassé le boom touristique avec élan. La situation précaire de nombreux Barcelonais ne pouvait être combattue que par une opposition de quartier dans des zones telles que Badalona, Trinitat et El Carme.

Récupérer la mémoire

Avec la célébration des Jeux olympiques de 1992, tout ce qui pouvait rester de Somorrostro a été enterré avec une intention malveillante. Heureusement, grâce aux initiatives du quartier et à ceux qui n’ont jamais oublié, la mémoire du quartier de Somorrostro a été progressivement récupérée à l’aide de livres, d’expositions…

Ainsi, en 2011, un tronçon de la plage de la Barceloneta a été rebaptisé plage de Somorrostro, avec sa plaque correspondante, celle qui prouve que ce bidonville a existé et était réel. ” C’est joli maintenant. Même les touristes viennent ici, mais à l’époque personne ne voulait venir à la plage de Somorrostro. C’était comme si nous avions la peste”, raconte Agustí Mataró dans le documentaire, lui aussi ancien voisin de la banlieue.

Coucher de soleil sur la plage de Somorrostro

Coucher de soleil sur la plage de Somorrostro | Shutterstock

Peut-être, alors, le début de cet article est-il erroné, car il y a des traces de Somorrostro. Dans les histoires qui ont été écrites, dans les danses de Carmen Amaya, dans le sable d’une plage qui a été foulée par des dizaines de milliers de travailleurs condamnés à la précarité et dans le nom de la plage, qui est un hommage à ce qui n’aurait jamais dû être oublié.


About the author

El primer muerto de la Guerra de la Independencia

[vc_row][vc_column][vc_column_text]En octubre de 1807 las tropas francesas comenzaron a entrar en España como cumplimiento del Tratado de Fontainebleau; éste preveía Read more

Le tremblement de terre de Lisbonne, la grande catastrophe patrimoniale de l’Espagne du XVIIIe siècle

Le matin du 1er novembre 1755, à la Toussaint, un tremblement de terre dont l'épicentre se trouvait dans l'océan Atlantique, Read more

Les mille et une origines du nom de Grenade
Coucher de soleil à l'Alhambra de Grenade

L'histoire d'Hercule avec l’Andalousie est très vaste. Son amour pour l'Andalousie, alors qu'elle n'était même pas l'Andalousie, a commencé il Read more

Indalo, le voisin le plus connu d’Almería
Indalo d'Almería

Dans le cas d'Almeria, vous ne pouvez pas manquer son symbole par excellence, l'Indalo. Cette figure représente une silhouette humaine Read more

L’Université de Salamanque, l’une des plus belles du monde

Les secrets, les mystères et les curiosités de l'université de Salamanque sont des ombres sur un trottoir, qui apparaissent ou Read more