L’Ouest sauvage andalou, la véritable origine des cow-boys

Dans les marais du bas Guadalquivir, des troupeaux de chevaux mesteño courent en liberté dans ses paysages désolés. Ces terres, immergées sous l’eau une partie de l’année et brûlées par le soleil pendant les longs mois d’été, partagent l’espace avec quelques fous qui se consacrent encore à une activité ancestrale dans la région : l’élevage. Les éléments du Far West américain sont donc concentrés dans cette enclave, dont le point culminant est la célébration du rodéo annuel connu sous le nom de Saca de las Yeguas. Mais l’origine des cow-boys est-elle vraiment nord-américaine ?

L’origine espagnole des chevaux des cow-boys : un échange fructueux

Chevaux sauvages dans les marais du Guadalquivir, la véritable origine des cow-boys

Chevaux sauvages dans les marais du Guadalquivir, la véritable origine des cow-boys | Shutterstock

Il y a 10 000 ans, les chevaux préhistoriques se sont éteints sur le continent américain. Ce n’est donc qu’en 1493 que leur histoire a repris dans ce continent alors nouvellement découvert. Christophe Colomb était sur le point d’entamer son deuxième voyage en Amérique avec l’intention de la conquérir. Les Rois Catholiques, avant le départ de l’expédition, ont signé un document ordonnant qu’au moins 12 chevaux et juments soient envoyés avec les navires.

En principe, il devait s’agir de splendides spécimens hispano-arabes, mais les commerçants sévillans ont échangé au dernier moment les superbes étalons contre de simples pencos, c’est-à-dire des chevaux maigres et disgracieux. Cependant, l’historien Borja Cardelús affirme que l’échange a réellement eu lieu pour des spécimens provenant des Marismas del Guadalquivir, connus sous le nom de chevaux mesteño ou retuerta. Cette espèce, habituée aux terres dures des marais, est résistante aux longs trajets, robuste pour le travail et facile à monter. Ainsi, lorsque les bateaux ont atteint le continent, le cheval est retourné aux Amériques. La graine qui a donné naissance aux cow-boys était déjà plantée.

Pendant ce temps, dans les marais de Doñana, l’élevage bovin était courant depuis l’Antiquité, avec des espèces uniques comme les vaches dites marismeñas, qui étaient également exportées vers ce que l’on appelle le nouveau monde. De même, selon les anthropologues Juan Carlos González et Michael D. Murphy, pendant des années, les marais ont été la “destination du bétail de travail de Séville et des troupeaux transhumants du centre et du nord de la péninsule”. Dans la région, on pratiquait les rodéos, on utilisait des éperons, on portait des chapeaux à larges bords… Les gauchos de la Pampa, les llaneros du Venezuela et de la Colombie et les cow-boys américains ont seulement hérité de ce mode de vie, mais ils ne l’ont pas conçu.

L’origine des cow-boys

Un cow-boy à cheval dans le parc tribal Navajo à Monument Valley

Un cow-boy à cheval dans le parc tribal Navajo à Monument Valley | Shutterstock

Dans ce qu’on appelait alors la Nouvelle-Espagne, qui est aujourd’hui le sud-ouest des États-Unis, le climat était sec et l’herbe était rare. Les éleveurs devaient parcourir de grandes distances pour trouver des enclaves où ils pouvaient nourrir leurs animaux. Pour rendre le voyage plus court et moins fatigant, les éleveurs ont commencé à utiliser des chevaux, comme l’avaient fait les Espagnols, qui s’étaient répandus sur tout le continent. Ainsi est née la figure du cow-boy dans cette partie de la planète, imitant les vaqueros des Marismas et leur maniement équestre. En revanche, les chevaux qui se sont échappés ou ont été abandonnés sur le continent ont donné naissance aux fameux mustangs, étalons sauvages et indomptés. Au fil du temps, les vagues migratoires successives des colons européens ont également introduit de nouvelles espèces de chevaux.

La figure du cow-boy est devenue plus célèbre dans la seconde moitié du XIXe siècle. La demande de viande avait augmenté et le développement du chemin de fer a rendu possible le transport du bétail par train. C’est ainsi que sont apparues les routes du bétail qui allaient du Texas et du Chihuahua vers le nord des États-Unis. Cette tradition d’origine espagnole s’est répandue comme une traînée de poudre sur le continent et le pays nord-américain, stimulé par l’industrie hollywoodienne, a fait sienne l’image du cow-boy. La légende du Far West était née.

Les chevaux dans les tribus amérindiennes

Chevaux sauvages dans le désert de l'Utah

Chevaux sauvages dans le désert de l’Utah | Shutterstock

Aux États-Unis, les Indiens des Grandes Plaines vivaient de la chasse et de l’agriculture. De vastes troupeaux de bisons parcouraient la terre. Pour les chasser, ces gens se déplaçaient deux fois par an, au début de l’été et après l’automne. L’adoption du cheval pour ces tâches a facilité la vie de ses habitants.

À l’origine, selon la loi espagnole, l’équitation était interdite aux Amérindiens. Cependant, l’histoire raconte que les indigènes se sont rebellés contre la règle, tandis que dans certains cas, ce sont les envahisseurs qui ont décidé d’enfreindre leur propre règle parce qu’ils n’avaient personne pour s’occuper de leurs animaux. Ainsi, les indigènes sont également devenus d’habiles cavaliers et la nouvelle découverte s’est répandue dans les différentes tribus.

La Saca de las Yeguas dans les marais : un rodéo des temps modernes

L'événement andalou Saca de la Yegua dans le village d'El Rocío

L’événement andalou Saca de las Yeguas dans le village d’El Rocío | Shutterstock

La Saca de las Yeguas est une fête d’élevage dont l’origine remonte à avant l’année 1504, date à laquelle a été officialisée. Depuis lors, la tradition est célébrée chaque 26 juin et constitue l’un des événements historico-culturels les plus importants de Doñana. Le but de l’événement est d’emmener les juments dites marismeñas, qui vivent en liberté, des marais au village d’Almonte. C’est là qu’a lieu une foire agricole et d’élevage où cet animal est acheté et vendu.


About the author

Pourquoi le 12 octobre est-il célébré comme le Jour de l’Hispanité ?

La fête nationale espagnole a lieu le 12 octobre, une journée de célébration où les institutions de l'État sont très Read more

Les vierges noires espagnoles, une tradition mystérieuse

En général, c'est le blanc immaculé qui est associé à la vierge. La tradition artistique occidentale, en particulier celle de Read more

Ende, la grande miniaturiste du Xe siècle | Femmes éternelles 1

Le mystère qui entoure Ende est total, à commencer par son nom même. Tout ce qui a transcendé sa personne Read more

Luisa de Medrano, la professeure qui vit dans une lettre | Femmes éternelles 2

Pour comprendre cette histoire, il faut d'abord imaginer une salle de cours aménagée pour l'enseignement, au début du XVIe siècle. Read more

Le théâtre romain de Mérida : le théâtre 2 000 ans après | 7 merveilles de l’Espagne antique

Le théâtre romain de Mérida étonne d'un point de vue purement visuel. Pour la dimension de ses formes, pour les Read more