Les plus beaux villages de Guipuscoa

Des trois provinces basques, Guipuscoa est probablement celle qui est le plus intéressante pour le tourisme. Tant le littoral tout comme les villes de ses principales vallées intérieures créent des paysages d’une grande beauté. Il faut y ajouter une culture locale particulière dont une gastronomie entre les plus avancées du pays, en plus de la tradition des fermes basques ou du Chemin de Compostelle. Une province bien communiquée et parfaite pour se perdre ou y passer des vacances plus classiques. N’importe lequel de ses villages, parmi les plus beaux de la région, mérite une escapade.

Zumaia

Vue panoramique de Zumaia

Vue panoramique de Zumaia. | Shutterstock

La confluence des rivières Narrondo et Urola, juste avant qu’elles ne se jettent dans la mer, sert de décor à Zumaia, apportant une belle ambiance marine à une petite ville qui se distingue avant tout par son Flysch. C’est une curieuse formation du rivage, de type sédimentaire. Vue la façon comment ces morceaux de littoral se forment, ils servent en quelque sorte de calendrier géologique d’il y a 110 à 50 millions d’années. De plus, ce Flysch est situé à proximité de plages comme Itzurun.

Autre élément important est l’église San Telmo, connu pour son avoir servi de décor de film. De même, son église de San Pedro, entre gothique et Renaissance, aux lignes dures. Plusieurs plages, un port charmant où l’on peut voir s’entraîner des « traineras » et les falaises environnantes complètent le tableau.

Azpeitia

Sanctuaire de Loyola à Azpeitia

Sanctuaire de Loyola à Azpeitia

En remontant l’Urola, vous arrivez à Azpeitia, une petite ville qui  apparut dans les chroniques au début du XIVe siècle. Cependant, à proximité se trouve la grotte Ekain, qui prouve un peuplement bien antérieur. Les maisons et les palais sont complétés par des églises comme celle de San Sebastián de Soreasu. Outre un orgue exceptionnel, sa pièce la plus célèbre est les fonts baptismaux où saint Ignace de Loyola reçut le premier sacrement.

C’est précisément ce personnage qui apporta a la municipalité  sa raison d’être inscrite  sur la liste : le sanctuaire de Loyola, l’un des plus importants de la communauté avec celui d’Arantzazu. Dès le XVIIe siècle, son épicentre était la maison natale du fondateur des Jésuites. Ce sont eux qui payèrent les frais de l’immense complexe, qui comprend la maison natale comme une relique extraordinaire.

Zarautz

Zarautz et sa plage

Zarautz et sa plage. | Shutterstock

La meilleure définition de Zarautz est dire qu’elle est Seigneuriale. Ses rues distillent l’influence de la bourgeoisie qui s’y est installée depuis le XIXe siècle. Par conséquent, l’atmosphère qui domine est éclectique. Les éléments médiévaux sont entremêlés d’autres de l’époque moderne surtout. Il y a donc, de cette époque, quelques grandes demeures, ainsi que l’église Santa María la Real. Cependant, sa plage, sa jetée et sa promenade maritime sont ce qui attire le plus l’attention. Son port au passé de pêcheurs de baleines est devenu un centre touristique et gastronomique de premier ordre.

Tolosa

Tolosa

Tolosa. | Shutterstock

Tolosa a toujours été un lieu important. Sa situation géographique par rapport à la Navarre et à la France en fait un grand carrefour. D’où le grand nombre de palais et de demeures majestueuses qui se dressent le long de la rivière Oria. Avec son église de Santa María dominant le paysage l’un de ses éléments les plus divertissants est le marché du Tinglado. Là, vous pouvez acheter des produits typiques, dont le plus connu est le haricot de Tolosa. D’autre part, dans les environs, il y a des vestiges du passé lointain local, comme le dolmen d’Añi.

Getaria

Getaria

Getaria

Dans ce charmant et vertical village de pêcheurs basque, deux noms brillent par-dessus les autres. D’une part, Juan Sebastián el Cano. Lequel après avoir pris le commandement aux Philippines, termina l’Expédition des Épices. Une mission que Magellan commença et dirigea jusqu’à sa mort. Aujourd’hui, l’influence du marin à Getaria continue à se manifester sous forme de fêtes d’hommages. D’autre part, il y a Cristóbal Balenziaga avec un musée dans la ville. Ce fut l’un des couturiers les plus influents des milieux du siècle.

La partie basse de Getaria est généralement parcourue par les pèlerins du Chemin du Nord, tout comme Zarautz, Zumaia, Orio ou Pasaia. Ils peuvent voir son petit port, le phare ou la curieuse église de San Salvador. Le temple s’adapte curieusement au terrain sur lequel il est construit : une partie de ses murs reposent directement sur la roche même.

Idiazabal

Église d'Idiazabal

Église d’Idiazabal

C’est sans aucun doute, le village le plus fromager de la liste. Bien que le siège de la AOP soit dans la ville d’Arkaute en Alava, le nom de ce fromage fumé le plus célèbre d’Euskadi est partagé avec cette petite ville de Guipuscoa. À Idiazabal, vous trouverez un centre d’interprétation à cet égard, dont la visite peut être prolongée à une fromagerie voisine. De même, l’église de San Miguel, avec des éléments romans, mérite une visite. Étant proche de Zegama, Zerain ou Segura, vous pouvez faire des excursions ou des itinéraires de randonnée à travers cette région intérieure de Guipúscoa.

Pasaia

Pasaia ou Pasajes

Pasaia ou Pasajes

Pasaia se compose de quatre groupements de constructions disposés autour du port homonyme. Une municipalité portuaire étroitement liée à la mer. Pour entrer dans l’estuaire, il faut traverser un passage étroit qui permet de rejoindre Pasajes de San Pedro et de San Juan. Les deux sont les villages fondateurs, se disputant pendant des siècles pour finalement devenir des villes au XIXe siècle. Pour aller de l’une à l’autre, sur des rives opposées, il faut prendre un bateau. Chose habituelle pour les habitants, mais surprenante pour les visiteurs ou les pèlerins qui y viennent.

Du côté est se trouve Pasajes de San Juan ou Pasai Donibane. Là, vous avez deux options, en plus de manger du poisson frais. Vous pouvez vous rendre au phare ou monter des escaliers jusqu’à l’église de San Juan, où se trouve l’auberge des pèlerins. De l’autre côté, à Pasai San Pedro, on voit l’église qui donne son nom au site. Le personnage le plus célèbre de la ville qui a appartenu pendant des années à Saint-Sébastien fut Blas de Lezo, l’un des marins les plus illustres d’Espagne.

Aretxabaleta

Place d’Aretxabaleta

Place d’Aretxabaleta. | Mairie des lieux

Au cœur de la vallée de Léniz, Aretxabaleta offre un paysage dominé par la montagne et le lac de barrage d’Urkulu. Une belle carte postale centrée sur ce village, qui tout au long de l’histoire a été continuellement confronté à ses voisins, en particulier  aux gens de Oñati, pour conserver son indépendance. L’ambiance champêtre est claire et se voit encore plus dans les petites bourgades associées à la commune principale. Dans ces dernières on voit différentes maisons-tours et palais, dont beaucoup datent du XVIIIe siècle. Dans les environs, il y a plusieurs itinéraires pour randonnées Le plus curieux est celui qui passe en revue les villages balnéaires que possédait le territoire au XIXe siècle, centré sur ses eaux thermales. Il est également possible de faire le tour des villages dans un environnement particulièrement vert.

Mutriku

Mutriku

Mutriku. | Shutterstock

Entre le mont Arno et la cordillère Cantabrique se trouve ce petit port. Ces dernières années, le tourisme a remplacé l’activité de pêche, bien qu’il y ait encore quelques bateaux qui prennent la mer et la pratiquent. Plusieurs musées permettent d’approfondir ce lien entre Mutriku et la mer. Bentalekua et Nautilus sont leurs noms. Géologiquement parlant, il a un flysch noir, un complément parfait à celui de Zumaia. Une fois le village vu, Deba et Ondarroa sont les alternatives les plus intéressantes à proximité.

Oñati

L’Université d’Oñati

L’Université d’Oñati. | Shutterstock

Situé entre les montagnes, c’est l’un des villages les plus historiques de Guipúscoa. De village, il passa à prendre la tête d’un comté indépendant, statut qu’il  conserva jusqu’au milieu du XIXe siècle. Ce qui provoqua une multitude de conflits sociaux, mais aussi la construction d’un grand nombre de monuments. Ainsi, la pierre et l’histoire marquent toute visite à Oñati. Par exemple, son université date du XVIe siècle et fut la première au Pays basque, maintenant son activité jusqu’au XXe siècle. Il y a aussi plusieurs temples, comme l’église San Miguel Arcángel, et des demeures seigneuriales à visiter.

La montagne est un autre facteur clé à considérer. Le caractère intérieur d’Oñati se voit clairement dans ses monts les plus hauts. Rien que les montagnes d’Aizkorri qui offrent une multitude d’itinéraires intéressants dans un environnement de triple frontière entre Alava, Guipuscoa et la Navarre. Car le bassin auquel appartient le village s’étend jusqu’au Alto Deva. De plus, étant la plus grande municipalité de la province, il y a beaucoup de jolis villages à voir dans les alentours. Quoi qu’il en soit, le sanctuaire d’Aratzazu est le monument le plus impressionnant qui puisse être visité. C’est un immense ensemble religieux marqué par la nouvelle basilique, une grande œuvre d’architecture contemporaine.

Orio

Orio et ses bateaux de pêche

Orio et ses bateaux de pêche. | Shutterstock

Traversé par le Chemin de Compostelle et sur la rive est de l’estuaire de l’Oria, ce lieu centenaire de passage jacobéen est l’image parfaite d’un petit village de pêcheurs. Les traineras sont l’une de ses traditions les plus personnelles, héritière de l’activité de la pêche. Avec les chantiers de constructions navales, c’était l’une des principales entreprises locales, associée surtout aux baleines, jusqu’au siècle dernier. Cependant, il y a encore des bateaux qui partent pêcher depuis Orio de nos jours. Avec le jaune comme couleur principale, l’ensemble prédomine sur l’individuel. C’est aussi l’un des meilleurs endroits de la province pour déguster du poisson frais grillé sur braises.


About the author

Autres nouvelles intéressantes
Le Train de Sóller est l'une des principales attractions touristiques de Majorque, un chemin de Más información
Les montagnes qui séparent l'Espagne de la France ont façonné l'une des frontières les plus Más información
S’étendant depuis la Navarre jusqu’ à la province de Gérone, les Pyrénées forment la frontière Más información
Lointains et presque perdus, de nombreux petits villages ont réussi à prospérer dans des environnements Más información
Pampaneira est l'un de ces villages méconnus de la province de Grenade où il est Más información