La Giralda de Séville, le symbole de la ville andalouse

Considérée comme la grande icône de la ville andalouse, la Giralda mérite une mention spéciale dans toute revue de la ville de Séville. Elle appartient à la cathédrale de Santa María de la Sede à Séville composant un parcours exotique vers le passé arabe de Séville, ainsi qu’un complément indispensable à la plus grande cathédrale gothique du monde. Ce n’est pas en vain, il a été pendant des centaines d’années le plus haut bâtiment d’Espagne et l’un des plus proches du ciel en Europe.

Giralda

La Giralda et la cathédrale de Séville. | Shutterstock

L’un des grands héritages arabes de Séville

Le XIIe siècle a marqué le début de cette tour. La capitale de Séville est également devenue la capitale des Almohades. Grâce à cela, elle a été fortifiée et a cimenté sa grandeur future. L’impulsion de ces guerriers islamiques ultra-conservateurs a été énorme au début, mais la pression des royaumes chrétiens médiévaux était évidente. Ces conditions ont marqué les projets défensifs et religieux qu’ils ont réalisés. Par exemple, celle de la mosquée qui précédait la spectaculaire cathédrale de Séville.

Inspirée de celle de Cordoue et des temples maghrébins, comme la Koutoubia à Marrakech, l’agressivité dont ont fait preuve les Castillans a fait de leur éventuelle défense une priorité. Ainsi, lorsque la grande tour de guet fut projetée, il fut décidé qu’il faudrait l’insérer dans les murs, dont quelques vestiges restent encore, comme la tour de l’Or. La Giralda a subi une construction intermittente, fruit de la politique convulsive des Almohades.

Giralda

Giralda de Séville. | Shutterstock

En 1198, le projet a été complété par l’installation de quatre sphères au sommet. Placées sur ordre de l’émir, elles sont appelées yamur. Typiques des minarets almohades, elles avaient la forme de pommes. Le matériau dont elles étaient faites était le bronze, bien que leur aspect soit doré. Le leader Abu Yaacub al-Mansur, vainqueur d’Alarcos, avait réussi à terminer la construction d’une tour dont les murs mesuraient près de 65 mètres de haut. Même à l’époque, elle avait quatre façades différentes.

Cependant, les Arabes subiront un grave revers près d’un demi-siècle plus tard. Ferdinand III, roi de Castille et Léon, a pris Séville aux musulmans. Un coup qui a fait que la mosquée et La Giralda se sont converties au christianisme. C’était un lieu d’un grand symbolisme, car la ville était un point de repère en Al-Andalous. Au cours de ces premières étapes de contrôle castillan-léonais, la tour deviendra un clocher et perdra les boules d’or susmentionnées en raison du tremblement de terre de 1356.

Mosquée de la Koutoubia

Mosquée de la Koutoubia, bâtiment qui a servi de référence pour la Giralda de Séville. | Shutterstock

La maison du Giraldillo

Une fois aux mains des chrétiens, la survie de La Giralda est remise en question. Selon les documents de l’époque, les travaux de la cathédrale gothique envisageaient sa démolition. Heureusement, il a finalement été décidé de l’intégrer dans le bâtiment, ainsi que dans la cour des Naranjos. Diverses périodes ont vu l’évolution de la tour jusqu’à ce qu’elle retrouve son aspect actuel. Par exemple, au milieu du XVIe siècle, le développement de peintures murales extérieures a été encouragé. Commandés par le chanoine Francisco Pacheco, ils ont survécu jusqu’à leur disparition au XIXe siècle.

À cette époque, la tour de guet religieuse avait la couleur qui allait donner son nom à l’Alhambra de Grenade, le rouge. Un ton perdu à côté des peintures en stuc susmentionnées. Ce fut un coup dur pour les œuvres d’art de Séville. La partie supérieure que l’on peut voir aujourd’hui sur le minaret arabe date de cette même période, ainsi que la statue qui le couronne et qui donne son nom au complexe. Le projet a consolidé l’œuvre comme le clocher de La Giralda, qui abrite 24 de ces instruments.

Le Giraldillo, représentation de la Foi victorieuse qui couronne la tour, est l’œuvre de Bartolomé Morel. Maître métallurgiste extraordinaire, il a choisi le bronze comme matériau pour l’une des girouettes les plus célèbres d’Espagne, avec d’autres comme le coq de San Isidoro à León. Son bouclier et sa lance lui permettent d’indiquer la direction du vent et montrent des éléments d’inspiration médiévale, comme sa couronne.

Giralda

La Giralda de Sevilla à côté de la Cathédrale de Santa María. | Shutterstock

D’autres œuvres de Morel se distinguent dans les cloches. Ce sont les vases avec des lys. Comme dans le cas du Giraldillo, il a collaboré avec l’architecte Hernán Ruiz pour concevoir ces détails. Les décorations florales arriveront au XVIIIe siècle. Ces symboles de pureté ont été dorés et exécutés par le maître Basilio Cortés, qui a également intervenu dans l’amélioration du ballon qui soutient le Giraldillo.

Dès la terrasse des lys, où se trouvent les vases, se déploient les dernières parties de la Giralda, dont le point culminant est la statue décrite ci-dessus. Ce sont des environnements pleins de curiosités. Le premier sert à abriter une horloge de 1765, fabriquée par José Cordero. Sur celui-ci, le corps des Étoiles, avec la plus ancienne cloche de la tour et entourée de la plus célèbre phrase du monument. Sa traduction du latin est la suivante : “La tour la plus forte est le Nom du Seigneur”. La tour atteint au total104,1 mètres de hauteur.

Giralda

La Giralda de Séville dès la place Virgen de los Reyes. | Shutterstock

La Giralda aujourd’hui

Avec les Alcázares et les Archives des Indes, la Giralda est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Sa renommée est telle qu’elle a inspiré de nombreux autres bâtiments. L’église de Nuestra Señora de Granada à Moguer (Huelva) ou la réplique à Arbos (Tarragone) en sont quelques exemples. Même le Madison Square Garden avait une réplique de ce bâtiment dans les années 1920. Au Kansas, ville jumelée avec Séville, il existe une réplique de la tour.

Pour y accéder, vous devez acheter un billet combiné pour la cathédrale et pour le musée. Cependant, cela en vaut la peine en soi. D’une part, il y a la montée vers la partie supérieure, avec l’un des meilleurs points de vue qui existent à Séville. Avec le Giraldillo en vue, à côté des lys, il est possible de contempler une ville qui a un passé qui remonte à l’époque romaine. L’effort de l’ascension est plus que gratifiant pour pouvoir contempler cette ville sur le Guadalquivir. À l’intérieur, différentes pièces couvrent les murs de la Giralda, de l’époque arabe.

Belvédère des champignons de Séville

Belvédère des champignons de Séville. | Shutterstock

La visite extérieure est également essentielle car l’une des caractéristiques les plus remarquables de la Giralda est que ses quatre visages sont différents. Un bon endroit pour cela est la place Virgen de los Reyes. Une autre solution consiste à utiliser le belvédère moderne des champignons de Séville ou Las Setas. Bien qu’elle perde des détails à mesure qu’on s’éloigne, vous y verrez la tour de guet dans l’horizon de Séville surplombant la ville.


About the author