Que visiter à Séville en trois jours

L’une des capitales espagnoles, Séville est la ville la plus importante du sud. Depuis sa fondation, du temps des romains jusqu’à nos jours, elle a développé un patrimoine et une culture uniques. Sa qualité a augmenté de façon spectaculaire à l’époque des Almohades, puis de la découverte de l’Amérique. Tout ceci signifie que pour la voir, il vous faudra plusieurs jours. Voici une proposition de ce que vous pouvez faire à Séville en trois jours bien remplis.

1er Jour : Séville, ville Patrimoine Mondial

La vieille ville de Séville, la partie antérieure aux agrandissements dus à la révolution industrielle, est l’une des plus grandes d’Europe. Par conséquent, s’il est difficile de visiter la vieille ville en une journée dans une cité normale. Pour Séville, cela sera absolument impossible. Que faire à Séville en trois jours, commence par les plats de résistance : la Cathédrale, l’Alcázar et les Archives générales des Indes qui tous trois forment un Patrimoine de l’Humanité à voir obligatoirement et qui vous occupera la plus grande partie de la journée.

Extérieur de l’hôtel Alfonso XIII à Séville

Extérieur de l’hôtel Alfonso XIII à Séville. | Marriot

Cathédrale de Séville et la Giralda

L’ensemble formé par la cathédrale et le clocher est probablement le plus connu de Séville. Mais il y a autour bien d’autres endroits de renom, comme l’impressionnant Hôtel Alfonso XIII. La cathédrale de Séville, dédiée à Santa María de la Sede, est la plus grande de style gothique de la planète. Une œuvre magnifique conçue par le consistoire au début du XVe siècle. La construction principale ne fut achevée que près de cent ans plus tard, en 1507.

Cathédrale de Séville

Cathédrale de Séville. | Shutterstock

Étant donné que son horaire d’ouverture normal commence à 11 h (une demi-heure plus tôt l’été), avant d’aller à la cathédrale de Séville, vous pouvez prendre le petit déjeuner dans la vieille ville, en évitant les locaux attrape-touristes. Vous pouvez d’abord  faire le tour  de l’immense ensemble et observer ses façades. A l’intérieur, en plus de son importante exposition d’art sacré, l’amplitude des nefs en impose. La tombe de Christophe Colomb ou la chapelle royale, avec des tombes de rois de Castille comme Alfonso X el Sabio ou Fernando III el Santo. Il existe d’innombrables autres points d’attention à ne pas rater et ce peut être une bonne idée d’acheter l’audio-guide.

Intérieur de la Cathédrale de Séville

Intérieur de la Cathédrale de Séville

La grande cathédrale de Séville fut édifiée sur une grande mosquée et en a conservé quelques éléments. Le Patio de los Naranjos, que les musulmans utilisaient pour leurs ablutions de purification, s’est conservé. On voit ce type d’espaces dans d’autres temples arabes comme la Mosquée de Cordoue.

La Giralda de Séville

La Giralda de Séville. | Shutterstock

Aussi d’origine musulmane est la Giralda, du nom de la girouette qui la couronne, le Giraldillo. C’était le minaret de la mosquée, une tour d’où l’on appelait à la prière. Transformée en clocher, ses quatre côtés sont différents.

Les Archives des Indes

Les Archives des Indes

Les Archives des Indes.| Shutterstock

Le deuxième personnage du trio d’édifices sévillans du Patrimoine Mondial de l’Humanité est l’Archive des Indes. Il est situé tout à côté de la cathédrale de Séville. Ce qui n’est pas un hasard, car un différend au XVIe siècle entre religieux et marchands mena à que soit donné l’ordre royal de construire cet édifice qui en est aujourd’hui le siège. Il servait antan de Bourse commerciale, un lieu où les affaires ne concluaient pas sur un terrain sacré. De cette façon, le consistoire épiscopal comme le civil étaient satisfaits.

La situation commerciale exclusive de Séville avec les colonies américaines se reflétait dans les Archives des Indes comme nulle part ailleurs. Ce fut en 1785 que Charles III ordonna la création de l’entité en tant que telle. La volonté était de rassembler des documents liés à la découverte de l’Amérique et à sa colonisation. Une prétention issue du rationalisme qui devrait servir à écrire l’histoire de ce processus.

Intérieur des Archives des Indes

Intérieur des Archives des Indes. | Shuttestock

Il y a en tout 80 millions de pages provenant des principales entités historiques espagnoles liées à l’Amérique, telles que la Casa de la Contratación ou le Conseil des Indes. Dépendant aujourd’hui du ministère de la Culture et des Sports, cette visite est gratuite.

L’Alcázar Royal de Séville

L’Alcázar de Séville

Malgré leur proximité la visite de la cathédrale et des Archives des Indes prend généralement toute la matinée. Pour cette raison, avant d’aller voir l’Alcázar Royal de Séville, il est conseillé d’y déjeuner. Comme toute grande ville, il y a des options pour tous les goûts. De plus, comme vous êtes dans l’épicentre touristique, ce ne serait pas une mauvaise idée de vous en éloigner un peu et de flâner à la recherche d’un recoin plus traditionnel et meilleur marché.

Porte du Lion

Porte du Lion

Porte du Lion

Le ventre plein, il est temps de se rendre à la forteresse palatiale la plus connue de la ville. C’est toujours une résidence de la famille royale, ce qui en fait la plus ancienne en activité du Vieux Continent. Au temps des Omeyades, son terrain faisait partie de l’enceinte fortifiée. Peu à peu, tout un complexe fut créé qui serait la genèse de l’ensemble actuel des forteresses médiévales et modernes.

Façade du palais Mudéjar depuis le Patio de Montería

Façade du palais Mudéjar depuis le Patio de Montería

Comme dans le reste de Séville, avec les Almohades, tout l’ensemble se développa considérablement. Ces islamiques fondamentalistes envahirent Al-Andalous et une partie des royaumes chrétiens au XIIe siècle. La prise chrétienne par Ferdinand III ne changea pas son importance. Alphonse X fut qui ordonna la construction du palais gothique, tandis que Pierre Ier fut le responsable du mudéjar. Par la suite, de multiples réformes eurent lieu, jusqu’à nos jours, laissant des échantillons d’autres styles artistiques.

Royale Fabrique de Tabacs

Pendant des siècles, l’Empire Espagnol  conserva le monopole du commerce du tabac. Il va donc de soi que Séville ait été un centre commercial exclusif  avec l’autre côté de l’Atlantique, que ce fut là où la première usine de tabac ait été construite. Ce fut dans le premier tiers du XVIIIe siècle que fut construite cette immense et belle masse architecturale dont l’étendue n’est surpassé que par le monastère de San Lorenzo de El Escorial.

Fabrique Royale de Tabacs

Fabrique Royale de Tabacs. | Shutterstock

Un fossé tout autour empêchait la contrebande. Pendant ce temps, les ouvrières de l’usine créaient leur propre folklore que l’on voit reflété dans des œuvres comme Carmen. Le style d’architecture de la Fabrique Royale de Tabacs est très sobre, avec des touches herrériennes. La visite intérieure est limitée, car c’est de nos jours le siège du rectorat de l’université locale. Cependant, la simple vision extérieure vaut la peine.

C’est maintenant l’heure de dîner dans le centre et d’attendre le deuxième jour de ce programme des meilleures choses à faire à Séville en trois jours.

2ème jour : De la Chartreuse à la Place d’Espagne en passant par Triana

Il est temps de passer de l’autre côté du Guadalquivir pour continuer à jouir de Séville. On a décidé de commencer la journée dans le plus beau monastère de la ville, La Cartuja. De là, il faudra aller dans l’un des quartiers les plus célèbres de la capitale. Et pour le final de cette deuxième journée on déambulera à travers une place et des jardins dignes d’une super production de cinéma.

Quartier de Triana à Séville

Quartier de Triana à Séville.| Shutterstock

La journée commence dans la Chartreuse de Séville

Le monastère de Santa María de las Cuevas allie dans son histoire les deux éléments qui ont le plus caractérisé Séville : religion et commerce. Avant d’être un monastère de Chartreux, ordre monastique particulièrement austère, il y avait sur son territoire une fabrique de céramique almohade. Une église y fut construite par la suite.

La Chartreuse de Séville

La Chartreuse de Séville. | Shutterstock

Ruy González de Medina, seigneur sévillan, fut le responsable de ce que les chartreux prirent en charge l’église. Cela se fit grâce à ses relations avec le monastère madrilène d’El Paular. Au cours du XVe siècle, l’édifice fut construit, lequel au fil des ans prendrait les caractéristiques du gothique-mudéjar jusqu’au baroque. Ses possessions s’étendaient sur Alcalá de Guadaíra,  Dos Hermanas ou Santiponce, célèbre pour les ruines de la ville abandonnée d’Itálica.

Au XIXe siècle les amortissements libéraux la remirent entre les mains d’un industriel anglais, Carlos Pickman. Avec lui, elle retrouva son rôle de fabrique d’objets en céramique. La reconversion du monastère en usine respecta une bonne partie de la structure et donna son nom à l’un des plats les plus traditionnels d’Espagne. De cette façon, les cheminées sont devenues une partie fondamentale de l’ensemble.

Entrée de la Chartreuse

Entrée de la Chartreuse | Shutterstock

En 1982, elle revint aux mains du gouvernement. Depuis lors, elle eut diverses utilisations, parmi lesquelles : le pavillon royal de l’Exposition universelle de 1992. C’est actuellement le siège du Centre Andalou d’Art Contemporain. Visiter le monument et ses expositions ne revient pas cher

Le Quartier de Triana

En allant vers le sud, vous visiterez l’un des quartiers les plus typiques de Séville. Entre l’île de La Cartuja et le complexe historique de Triana se trouve le Pavillon de Navigation qui fut construit lors de l’Exposition universelle de 1992 et est aujourd’hui un musée intéressant dont le thème est dans son nom.

Tout en visitant cet espace, vous pouvez faire un déjeuner à base de tapas. L’objectif est la place Altozano et le marché de Triana. Autrefois on y traversait la rivière avec des barques. Le marché occupe le site où se trouvait le château de San Jorge. En plus de protéger le passage du fleuve, il servait à l’Inquisition de prison et de quartier général local. Il fut reconstruit à la fin du siècle dernier, car la structure du XIXe siècle était en très mauvais état.

Chapelle du Carmen près du Pont de Triana

Chapelle du Carmen près du Pont de Triana. | Shutterstock

Le caractère populaire du quartier de Triana domine l’individuel. Cependant, certains jalons valent au moins un coup d’œil. Par exemple, l’église de Nuestra Señora de la O, siège de la célèbre confrérie qui participe aux processions de la Semaine Sainte. Curieusement, l’Association des amis du Chemin de Compostelle de Séville est très proche. Son importance jacobine réside dans le fait que la ville est un point de départ habituel de la Vía de la Plata, une alternative à Mérida. Les chapelles du Carmen, à l’Altozano, et celle des marins, un peu plus au sud, sont également des points à ne pas rater.

Le Pont de Triana

Au XIXe siècle, l’ancien pont de barques qui reliait le quartier de Triana au centre fut remplacé par un pont en fer. Le plus ancien d’Espagne connu qui soit conservé construit avec ce matériel, est le pont de Triana. Cependant, son nom officiel est le pont Isabel II. Le principal défi était de permettre le trafic fluvial entre Cordoue et Sanlúcar de Barrameda.

Pont de Triana

Pont de Triana. | Shutterstock

Les travaux furent très compliqués mais le pont fut finalement inauguré en 1852. Les fêtes et processions célébrant son ouverture donnent une idée de son importance à la fin des travaux. Depuis lors il a été bien amélioré et sa position renforcée. La chapelle du Carmen actuelle de 1929 de l’architecte régionaliste andalou Aníbal González a dû être surélevée car une des réformes du pont obligea à démolir l’ancienne.

La Tour de l’Or

Le complexe défensif local almohade était très puissant. L’un de ses éléments les plus importants était la Torre del Oro, qui défendait le port de Séville et le passage vers ce qui est aujourd’hui la vieille ville. Elle appartient au type de fortifications appelées albarranas, tours construites hors des murailles et qui servent de point de défense avancé. Une muraille la reliait à la tour célèbre connue comme la Tour de l’Argent, très proche et qui avait une fonction similaire.

Tour de l’Or et le Guadalquivir

Tour de l’Or et le Guadalquivir. | Shutterstock

On arrive à ce fortin en descendant par la promenade Alcalde Marqués de Contadero, une promenade fluviale mais similaire à une promenade en bord de mer. On aperçoit en arrière-plan, des éléments charmants du premier jour de ce petit guide sur ‘tout ce que l’on peut visiter à Séville en trois jours’ comme la cathédrale. On distingue aussi La Real Maestranza de Caballería, ou arènes de Séville que l’on verra au début du troisième jour de notre visite.

Couturier de la Reine

Couturier de la Reine. | Shutterstock

La promenade jusqu’à la Place d’Espagne et le parc de María Luisa dure environ 25 minutes. À la fin, vous pouvez voir le curieux édifice appelé Couturier de la Reine. C’était le poste des gardes des jardins du palais de San Telmo, résidence de l’infante María Luisa Fernanda de Borbón et de son mari, le duc de Montpensier. Construit en 1893, ce fut le premier exemple de neo-mudéjar à Séville. Plus tard, ce style deviendra très populaire, en particulier à la suite de l’Exposition ibéro-américaine de 1929.

Place d’Espagne

Place d’Espagne.

Place d’Espagne. | Shutterstock

Pour cette exposition on construisit la Place d’Espagne dont les travaux durèrent de 1914 à 1929. En conséquence, on élabora un espace aussi caractéristique de la ville de Séville que la cathédrale elle-même ou le Royal Alcázar. Aníbal González fut le responsable de la conception et dirigea le projet pendant une grande partie de son développement.

Les Bancs de la Place d’Espagne de Séville

Les Bancs de la Place d’Espagne de Séville | Shutterstock

C’est, sans aucun doute, l’une des places les plus spectaculaires d’Espagne. Elle s’ouvre sur le parc voisin de María Luisa, générant un ensemble impressionnant. Elle est en forme d’ellipse coupée dont l’espace central est entouré d’eau. Ses tours, fontaines et décorations représentent le jumelage entre les territoires espagnols et américains. De plus, ses célèbres bancs en céramique évoquent chaque province du pays.

Le Parc de Maria Luisa

Pour terminer le deuxième jour, après avoir fait une promenade tranquille autour de la Place d’Espagne, c’est maintenant le tour de ce qui fut le premier parc moderne de la ville. Son nom vient de la bienfaitrice qui l’a rendu possible. María Luisa Fernanda de Borbón qui céda les jardins du palais de San Telmo la même année où le dit Couturier de la Reine fut construit, en 1893.

Parc de María Luisa

Parc de María Luisa | Shutterstock

Très spacieux et romantique, ce n’est qu’au cours de la deuxième décennie du XXe siècle que la mairie locale décida d’y intervenir. Le responsable de la rénovation fut le Français Jean-Claude Nicolas Forestier. Qui s’inspira pour ses créations de divers parcs d’Espagne, depuis la Alhambra de Grenade jusqu’aux jardins du Buen Retiro de Madrid. Le résultat en fut un espace exceptionnel plein d’art, qui s’est amélioré au fil des ans.

3ème jour : Un itinéraire dans la partie nord de la vieille ville de Séville

La partie nord de la vieille ville concentre le final de nos visites à Séville en trois jours. Depuis ses arènes impressionnantes, vous traversez la partie la plus ancienne de la cité jusqu’à atteindre les alentours de La Macarena. Un trajet purement urbain pour découvrir l’essence de la ville.

Séville

Séville. | Shutterstock

De la Maestranza à la Casa de Pilatos

Le bien connu quartier de l’Arenal abrite plusieurs bâtiments intéressants, tels que la Tour de l’Or que nous avons déjà citée. L’une des plus grandes caractéristiques de la ville est ses arènes, la Real Maestranza de Caballería. Qui se situent entre les plus importantes d’Espagne à côté de Las Ventas de Madrid. Depuis leur apparition au XVIIIe siècle, elles ont évolué selon un style régionaliste très caractéristique.

Real Maestranza de Caballeria de Séville

Real Maestranza de Caballeria de Séville

Au sud de la place se trouvent également le Théâtre de la Maestranza et les Reales Atarazanas. Ces chantiers de constructions navales faits de briques datent du XIIIe siècle et étaient les principaux de Séville. Ceux de Barcelone, les aragonais, étaient l’un des plus notoires de l’époque. En direction nord-est, une belle promenade vous attend, qui vous mène  à la mairie, le Musée des Beaux Arts  ou encore la collégiale du Divino Salvador.

Chantiers Navals Royaux de Séville

Chantiers Navals Royaux de Séville. | Shutterstock

L’objectif de cette promenade est d’atteindre la Casa de Pilatos. Son style Renaissance est né des expériences de son deuxième propriétaire, Fadrique Enríquez, premier marquis de Tarifa. Au XVIe siècle, il mélangea les éléments mudéjars et Renaissance qui caractérisent la construction. Aujourd’hui, elle appartient aux Medinaceli.

Maison de Pilate

Maison de Pilate

Les belvédères de las Setas de Séville

On appela officiellement le projet Metropol Parasol, ces structures impressionnantes sont les plus grandes du genre et sont construites en bois provenant du monde entier. Elles ont été conçues par l’allemand Jürgen Mayer, qui s’est inspiré d’autres bâtiments hispaniques tels que la cathédrale. Cette pergola a donné une nouvelle vie à la Place de l’Encarnación et offre l’un des meilleurs points de vue de la ville.

Les belvédères de las Setas de Séville

Les belvédères de las Setas de Séville

À côté des Setas de Séville se trouve le musée appelé Antiquarium. Vous pouvez y voir les vestiges romains des lieux. Des preuves de la grande antiquité de la population qui permet d’en savoir plus sur l’époque où Rome a consolidé l’importance d’Hispalis. Il a des mosaïques remarquables. De plus, il y a aussi des ruines arabes, de ce fait la visite historique qu’elle propose est complète.

Depuis le palais de Dueñas jusqu’au Gran Poder

En zigzaguant dans cette partie de la vieille ville chaotique de Séville, vous pouvez trouver de bons petits restaurants où vous arrêter pour déjeuner. La recommandation est de le faire sur le chemin entre le Palais de Dueñas et la Basilique de Jesús del Gran Poder. Comme la Maison de Pilate, cette dernière demeure palatiale mélange plusieurs styles, dont le mudéjar et le Renaissance,

Palais de Dueñas

Palais de Dueñas

Depuis quelques années, la famille Alba l’a ouvert aux visiteurs. C’est une chance, car en plus de sa beauté architecturale, il abrite une collection complète de peintures. Après avoir vu ses patios, ses salons et ses tableaux, il est temps d’aller jusqu’à la basilique du Gran Poder. Sur le chemin, un petit arrêt à l’église de San Juan de la Palma ou à celle de San Martín de Tours valent la peine

Basilique du Gran Poder

Basilique du Gran Poder. | Shutterstock

Quant à la basilique, elle est située sur la Place de San Lorenzo, à côté de la paroisse gothique-mudéjar du même nom. De style néo-baroque, elle date du milieu du XXe siècle. El Gran Poder est l’un des nombreux temples basiliques que Séville possède, comme celui de La Macarena. On y conserve la figure bien connue du Jesús del Grand Poder, l’un des grands protagonistes de la Semaine Sainte à Séville.

Alameda de Hércules ou Peupleraie d’Hercule

Ce parc existe depuis la fin du XVIe siècle. Il est donc considéré comme l’un des plus anciens d’Espagne. Il a servi de modèle pour des espaces similaires dans d’autres villes comme ÉcijaC’était une ancienne zone inondable du Guadalquivir. Cependant, le changement du paysage local, centré sur le déplacement de la rivière, a conduit à la création en 1574 d’une initiative de drainage des terres.

Alameda de Hércules

Alameda de Hércules. | Shutterstock

Le comte de Barajas en fut le responsable. Le nom vient de l’un des mythes sur la fondation de Séville, par lequel le héros grec Hercule est considéré comme le fondateur de la ville. Une sculpture de cette figure mythique apparaît sur l’une des deux colonnes romaines qui marquent le début de la promenade au sud. Sur l’autre est Jules César  qui est considéré comme le fondateur de la colonie romaine. Les deux statues datent de la construction du parc.

La Macarena et les murailles Almohades

En suivant l’Alameda de Hércules jusqu’à son extrémité nord, cet itinéraire de ce que l’on peut voir à Séville en trois jours touche à sa fin. Heureusement, il reste encore deux pièces intéressantes à voir. Tout près se trouve la basilique de la Macarena, la première à avoir obtenu une telle distinction papale dans la ville.

Porte et Basilique de la Macarena

Porte et Basilique de la Macarena.| Shutterstock

Ses heures de visite, fermeture de 14h00 à 18h00, en font une bonne alternative pour clôturer la journée. Comme celle du Gran Poder, elle présente un style néo-baroque et date du XXe siècle. Elle fut construite dans les années 40. La Confrérie de l’Esperanza de la Macarena est l’une des plus importantes de la Semaine Sainte locale. Ses principales images sont la Macarena elle-même, le Jesús de la Sentencia et Nuestra Señora du Rosario.

Murailles romaines et almohades près de la Macarena

Murailles romaines et almohades près de la Macarena. | Shutterstock

La porte voisine de la Macarena appartient à ce qui était autrefois la puissante enceinte fortifiée médiévale. Les pans de murailles almohades sont particulièrement bien conservés dans le quartier de la Macarena. Les Romains avaient déjà fortifié l’endroit, mais ce furent les Arabes qui le renforcèrent le plus. Jusqu’aux agrandissements de la ville, les chrétiens conservèrent les pans de murailles.


About the author

Roquetas de Mar
dónde dormir en roquetas de mar

[vc_row][vc_column][vc_custom_heading text="La capital de la mèr de plastique" font_container="tag:h2|text_align:left|color:%23000000" google_fonts="font_family:PT%20Sans%20Narrow%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_column_text] La deuxième zone urbaine de la province d´Almeria et une Read more

Tabernas, capitale du seul désert existant en Europe et scène de nombreux westerns

Les paysages spectaculaires de Tabernas et de son désert ont été la scène de tournage de nombreux spaghetti westerns. Le Read more

Nijar
Dónde dormir en Níjar

Coïncé entre les cimes de la Sierra Alhamilla et la mer Méditerranée, près du Parc Naturel du Cap de Gata, Read more

Mojacar
dormir en Mojácar

[vc_row][vc_column][vc_custom_heading text="Lieu de coexistence entre musulmans et chrétiens" font_container="tag:h2|text_align:left|color:%23000000" google_fonts="font_family:PT%20Sans%20Narrow%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_column_text]Dans la Sierra Cabrera, (région orientale d´Almeria), nous trouvons Mojacar, qui Read more

Cuevas del Almanzora
dormir en cuevas de almanzora

[vc_row][vc_column][vc_custom_heading text="Des mines millénaires" font_container="tag:h2|text_align:left|color:%23000000" google_fonts="font_family:PT%20Sans%20Narrow%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_column_text]Pendant trois milles ans, les mines de cette région furent exploitées périodiquement, créant des périodes Read more