Destination Méditerranée (I) : la Catalogne par le bord de mer

Il est de plus en plus courant de prendre sa voiture et de partir sur des routes qui non seulement relient une ville à une autre, mais offrent aussi des paysages qui valent la peine d’être découverts. En ce sens, voyager le long de la Méditerranée espagnole, en suivant ce littoral sinueux rempli de villages de pêcheurs traditionnels et de criques de rêve, est l’une des meilleures expériences de voyage que l’on puisse vivre aujourd’hui.

Cet itinéraire essayera de servir de guide à tous ceux qui veulent parcourir la Méditerranée par le bord de mer. Si l’on prend la Catalogne comme point de départ, les villages suivants sont l’endroit idéal pour respirer, s’émerveiller, profiter de la gastronomie locale, se promener, se baigner ou simplement se détendre. Le voyage commence.

De la frontière au point le plus à l’ouest de la péninsule.

Portbou

Portbou. | Shutterstock

Au plus près de la frontière avec la France, Portbou accueille depuis des siècles les touristes qui franchissent cette ligne invisible le long de la Méditerranée. C’est la première ville après la frontière, celle qui offre un prologue à ce que le voyageur trouvera une fois sur la Costa Brava.

Ce village, malgré le tourisme, est encore petit et entouré par la nature. Les bateaux qui peuplent ses côtes ne sont plus dédiés à la pêche, mais à la découverte de la mer. Les innombrables criques qui se trouvent tout autour justifient le voyage. De retour sur la terre ferme, promenez-vous tranquillement pour visiter Portbou et profiter de l’architecture et des couleurs que l’on s’attend à trouver sur la côte catalane.

Monastère Sant Pere de Rodes avec la Costa Brava en arrière-plan

Monastère Sant Pere de Rodes avec la Costa Brava en arrière-plan. | Shutterstock

Après avoir quitté ce premier village, la route traverse une profusion de plages, de criques et de panoramas de toutes sortes. Il faut surtout faire un détour jusqu’au monastère Sant Pere de Rodes, dont les ruines romanes témoignent de l’important passé médiéval de la région. Situé au sommet de la chaîne de montagnes de Rodes, la mer n’est jamais hors de vue depuis sa tour.

Cadaqués

Cadaqués. | Shutterstock

Ainsi, petit à petit, sans se presser, cet itinéraire vous mènera à ce qui est probablement la destination la plus populaire de la Costa Brava actuellement : Cadaqués. Située au Cap de Creus, à l’extrême est de la péninsule, cette ville est une enclave blanche où les couleurs de la Méditerranée sont fort présents. Le quartier ancien conserve encore des vestiges de son passé médiéval. Ses eaux ont attiré de nombreux artistes au siècle dernier. La preuve en est l’un des tableaux les plus célèbres de Salvador Dalí, Jeune fille à la fenêtre, dans lequel la sœur du peintre contemple le paysage d’un air absent.

Pour profiter du panorama au maximum, il faut monter jusqu’à l’église Santa María du XVIe siècle, construite sur le site d’un temple antérieur du XIIIe siècle qui a été gravement endommagé par des attaques de pirates aux XIVe et XVe siècles.

Passé et présent sur la Costa Brava

Site archéologique d'Empúries

Site archéologique d’Empúries. | Shutterstock

Une heure sépare Cadaqués de Begur, la destination suivante, toujours sur la Costa Brava. Avant d’arriver, les ruines d’Empúries peuvent se vanter d’être l’un des grands sites archéologiques de la péninsule. Des traces du passage de la civilisation grecque ont été retrouvées, une visite s’impose donc.

Begur

Begur. | Shutterstock

Une fois à Begur, la ville elle-même indique clairement les raisons pour lesquelles elle mérite d’être visitée : “ciel bleu, eau transparente, plages et criques”. De la nature, oui, mais aussi une ville pleine de bâtiments historiques. Par exemple, son château médiéval, dont la première référence remonte au XIe siècle. Il est construit sur une colline, avec des intentions stratégiques claires et moins esthétiques. De nos jours, il est recommandé de monter jusqu’au château pour contempler l’horizon infini.

Begur possède également une belle série de maisons indianas, construites par les habitants de Begur qui ont émigré en Amérique au XIXe siècle pour échapper à la crise économique. On y trouve également des tours de défense datant du XVIe siècle, construites pour faire face aux pirates, comme c’était le cas le long de la côte méditerranéenne. Un total de huit criques et plages vous permettront de vous détendre au bord de la Méditerranée.

Calella de Palafrugell

Calella de Palafrugell. | Shutterstock

À 15 minutes de Begur se trouve Calella de Palafrugell, un ancien village de pêcheurs de 700 habitants. Un village à la silhouette traditionnelle, avec ses rues étroites et son littoral rocheux. Il est situé au nord du paysage naturel Castell-Cap Roig, idéal pour toutes sortes de promenades. En somme, il est clair que vous devez visiter Calella de Palafrugell, même si ce n’est que pour une courte pause.

Tossa de Mar

Tossa de Mar. | Shutterstock

Le paradis bleu est toujours présent à Tossa de Mar, à un peu plus d’une heure de Calella en suivant le littoral. C’est le seul exemple de ville médiévale fortifiée qui existe encore sur la côte de la Catalogne. Cette enceinte fortifiée, construite au XIIIe siècle, conserve presque intégralement la forme sous laquelle elle a été conçue, avec ses sept tours qui se détachent dans l’ensemble. Il est aussi essentiel d’aller jusqu’au phare de Tossa. Plus que centenaire et situé dans la partie la plus élevée de la ville, il offre un panorama impressionnant.

Jardins et cinéma face à la Méditerranée

Jardin botanique de Marimurtra

Jardin botanique de Marimurtra. | Shutterstock

Toujours à Gérone, à une demi-heure de Tossa de Mar, Blanes vous attend avec quatre kilomètres de plages où profiter de l’atmosphère paisible de cet endroit. Blanes possède également l’un des endroits les plus curieux de la côte catalane : le jardin botanique de Marimurtra. Il a été fondé en 1920 par l’Allemand Karl Faust, dans le but d’élargir les connaissances sur les plantes et les paysages de la Méditerranée.

Sitges

Sitges. | Shutterstock

On arrive alors à la province de Barcelone. C’est ici qu’on trouve de vastes paysages naturels tels que le parc naturel Montnegre i el Corredor, où les forêts rencontrent la mer. Une fois quitté Barcelone, on arrive à Sitges. Née d’un ancien village de pêcheurs appelé Blanca Subur, la ville de Sitges, toujours ensoleillée, peut se vanter de célébrer l’un des festivals de cinéma les plus acclamés. Une ville pour profiter aussi du modernisme catalan. Il faut donc flâner dans ses rues blanches et se baigner sans souci sur les 17 plages de la région.

Parc naturel du Delta de l’Èbre

Altafulla

Altafulla. | Shutterstock

Sur la Costa Dorada, à Tarragone, Altafulla est un village tranquille où profiter du beau temps et de la gastronomie méditerranéenne. Le voyageur peut découvrir la villa romaine d’Els Munts, l’une des résidences aristocratiques les mieux conservées d’Hispanie, déclarée patrimoine mondial par l’UNESCO il y a plus de vingt ans. Près d’Altafulla, le château de Tamarit, débout depuis le XIe siècle, est l’un des exemples les plus représentatifs de l’architecture romane catalane. C’est une région très riche dans tous les sens du terme.

Poblenou del Delta

Poblenou del Delta. | Shutterstock

On ne peut pas quitter la Catalogne sans visiter l’un de ses sites les plus importants : le parc naturel du Delta de l’Èbre. Pour le découvrir, rien de mieux que de séjourner à Poblenou del Delta. Son environnement est unique. Des rizières sont disséminées un peu partout et il y a deux espaces naturels très importants à proximité : les lagunes Encanyissada et Tancada. Si vous en avez l’occasion, et avant de poursuivre le voyage vers la Communauté valencienne, visitez l’ancienne jetée de Les Madalenes. Les levers de soleil sont magnifiques ici.


About the author