10 paysages pour voyager sur Mars depuis l’Espagne

Sur terre, il existe des lieux si insolites qu’ils donnent l’impression d’être en pleine hallucination. Ces endroits nous transportent vers des mondes lointains, des décors de science-fiction qui défient les lois de la physique, entre vaisseaux spatiaux et tirs laser. Aujourd’hui, nous enfilons notre combinaison d’astronaute pour voyager sur Mars depuis l’Espagne.

Un voyage spatial pour voyager sur Mars depuis l’Espagne

Le Parc Minier de Riotinto

Parc Minier de Riotinto

Parc Minier de Riotinto. | Shutterstock

Notre voyage dans les étoiles débute dans la province andalouse de Huelva, dans la municipalité de Minas de Riotinto. Cette région, dont la longue tradition minière remonte à l’époque romaine, a été exploitée tout au long de l’histoire par différentes nations. Des activités d’extraction arabes et britanniques y ont notamment eu lieu. Normal, lorsque l’on sait que c’est la grande concentration de minéraux qui donne à ce paysage les teintes rougeâtres intenses qui le caractérisent.

Impossible de ne pas évoquer la NASA, si l’on parle de visiter la planète rouge, et c’est encore plus vrai si l’on évoque le Parc Minier de Riotinto. En effet, la célèbre institution, elle-même, a utilisé ce site pour mener des expériences en lien avec l’exploration de Mars.

Les mines abandonnées de Mazarrón

Mines de Mazarrón

Mines de Mazarrón. | Shutterstock

L’argent, le plomb et le zinc sont quelques-uns des minéraux qui étaient extraits autrefois dans ces mines situées au sud de Murcie. Abandonnées à la fin des années soixante, on y trouve toujours une série de bâtiments solitaires et les grottes dans lesquelles se déroulaient les activités minières. Les Romains ont également exploité ce paysage, et l’on peut encore y trouver des vestiges de leurs excavations.

Une visite aux mines de Mazarrón vous permet de vous fondre dans un tableau aux tons ocre, jaunes et rougeâtres qui n’ont rien à envier à Mars. Un décor post-apocalyptique où se promener parmi les ruines, les structures oxydées et les masses d’eau d’un rouge intense !

Le paysage de Las Médulas

Las Médulas

Las Médulas. | Shutterstock

Tout semble indiquer que l’intervention romaine a une étrange relation avec la formation de paysages qui semblent tout droit sortis d’une production de George Lucas. Bien que cela puisse être difficile à croire, le paysage époustouflant des Médulas, dans la province de León, a été façonné par l’extraction d’or menée par l’empire le plus célèbre de l’histoire. Ce lieu est considéré comme la plus grande mine d’or à ciel ouvert de l’Empire romain.

Cet environnement inouï a été célébré avec de nombreux titres comme celui de Bien d’Intérêt Culturel, Monument Naturel, Espace Culturel et Patrimoine Mondial de l’UNESCO. De nombreux itinéraires et sentiers permettent d’explorer cet espace exceptionnel qui promet un voyage vers des galaxies très, très lointaines en un claquement de doigts.

La Rambla de Barrachina

La Rambla de Barrachina

La Rambla de Barrachina. | Shutterstock

À moins de 10 minutes en voiture de Teruel, se trouve un portail vers une autre planète. Il prend la forme de hautes falaises de couleur ocre. Un mur de coupes verticales vertigineuses façonné par l’érosion du vent et de l’eau !

Un itinéraire circulaire d’environ 10 km nous rapproche d’un paysage extraordinaire où la palette de couleurs rappelle un désert aride. Les vautours observent depuis les ravins ce magnifique spectacle. De bonnes chaussures et la batterie de votre appareil photo chargée sont indispensables pour cette expédition vertigineuse.

Les Cárcavas de Valdepeñas de la Sierra

Les Cárcavas

Les Cárcavas. | Shutterstock

Célèbres pour leur proximité avec Madrid, dont elles se trouvent à un peu plus d’une heure de route, les Cárvacas de Valdepeñas de la Sierra se situent en réalité dans la province de Guadalajara. Aussi appelées Les Cárcavas, elles ne pouvaient pas manquer dans ce voyage à travers les terres martiennes.

Ce monument naturel crée un fascinant labyrinthe de formes orangées et pointues. C’est l’escapade populaire depuis la capitale espagnole ! La terre argileuse que l’on peut y voir a été sculptée par les pluies et l’eau, qui lui ont donné un aspect extraterrestre qui ne cesse d’émerveiller ceux qui le voient pour la première fois. C’est un endroit qui invite à se perdre dans ses sentiers et à admirer un paysage d’un autre monde.

Les Aguarales de Valpalmas

Aguarales de Valpalmas, paysages de Mars en Espagne

Aguarales de Valpalmas. | Shutterstock

Les Aguarales de Valpalmas sont souvent comparées à la Cappadoce turque. Il n’est vraiment pas difficile de voir les similitudes entre les deux paysages. L’équivalent espagnol se situe dans la région des Cinco Villas, à Saragosse, en Aragon. Tout comme Las Cárcavas, ses formations géologiques en matériau argileux résultent de l’érosion continue de l’eau, créé par un curieux phénomène connu sous le nom de “piping“.

Ce paysage unique est composé de colonnes appelées “cheminées de fées“. Des ravins, des aiguilles et des recoins impossibles viennent s’ajouter à ce décor, qui pourrait figurer dans un space opéra mettant en scène des extraterrestres et des civilisations futuristes.

Les Bardenas Reales de Navarra

Bardenas Reales

Bardenas Reales. | Shutterstock

Le Parc Naturel et la Réserve de la Biosphère des Bardenas Reales, également connu sous le nom de Bardenas Reales ou simplement les Bardenas, est situé dans la vallée de l’Èbre et marque la frontière entre la Navarre et l’Aragon. Il couvre une superficie de 41 845 hectares de semi-désert qui ne cessent de captiver les caméras.

Des ravins, des collines et des plateaux impressionnants protègent les formes surréalistes de ce site sculptées naturellement par l’érosion de l’eau et du vent. Ici, les oiseaux de proie et des steppes survolent un paysage digne d’un décor de film, qui invite inévitablement à fantasmer sur une expédition vers la planète rouge.

Le parc national du Teide

Parque Nacional del Teide, paysages de Mars en Espagne

Parc national du Teide. | Shutterstock

Les îles Canaries, avec la beauté volcanique qui émane de leurs paysages, devaient obligatoirement figurer dans cette compilation des lieux qui permettent de voyager sur Mars depuis l’Espagne. Le parc national du Teide, à Tenerife, a été déclaré site du patrimoine mondial par l’UNESCO en 2007, et ce n’est pas pour rien.

Avec ses 3 718 mètres d’altitude, le sommet du Teide est considéré comme le plus haut pic du pays. Une silhouette majestueuse que les couchers de soleil habillent d’un rouge intense et qui domine l’espace naturel merveilleux dont il porte le nom. En son sein, d’innombrables cônes, cratères, coulées de lave et grottes dessinent un tableau étonnant qui pourrait bien inspirer une utopie.

Le parc national de Timanfaya

Parque Nacional de Timanfaya

Parc national de Timanfaya. | Shutterstock

Une autre île des Canaries mérite amplement sa place dans ce voyage interstellaire : la toujours sublime Lanzarote. Plus précisément, nous nous rendons au parc national de Timanfaya, qui est né de différentes éruptions volcaniques aux XVIIIe et XIXe siècles. Il s’étend sur 5 000 hectares le long de la côte ouest de l’île et les images de cartes postales qu’il nous offre sont dignes d’un récit de science-fiction.

Plus de 25 volcans et d’immenses champs de lave vierges vous attendent dans le spectaculaire Parc National de Timanfaya. Dans leur splendeur menaçante, les Montagnes de Feu pourraient tout aussi bien se trouver dans un récit de Tolkien que dans le cœur d’un monde lointain. Quoi qu’il en soit, visiter cet environnement volcanique aux dimensions colossales ne peut être très différent d’explorer la planète qui porte le nom du dieu romain de la guerre.

Le Lago Verde de Lanzarote

Lago Verde, paysages de Mars en Espagne

Lago Verde. | Shutterstock

Cette aventure à travers des paysages extraterrestres se termine dans un autre endroit insolite, également à Lanzarote. En fait, il se trouve dans le propre Parc National de Timanfaya. Le Lago Verde, aussi appelé Laguna de los Clicos, offre un panorama qui pourrait bien appartenir à cet environnement martien de notre imagination. Une toile avec des touches de vert, de rouge, de noir et de bleu où convergent la mer, le soufre et la terre d’un paradis indompté de volcans et de cratères.

Et c’est avec cette explosion de couleurs héritée d’une nature riche et diversifiée qui nous surprend et qui n’a rien à envier aux mondes imaginaires les plus fous que nous terminons ce pèlerinage à travers les étoiles. À ce stade, inutile de dire que la réalité dépasse parfois la fiction, que nos propres paysages renferment des trésors incroyables qui ont tendance à passer inaperçus, et que même la région la plus petite et oubliée peut abriter des décors qui dépassent les fantasmes les plus ambitieux.

Vous pouvez lire cet article en espagnol ici.


About the author