Les mines de Riotinto, 2 000 ans d’industrie minière dans un cadre martien

L’exploitation minière fit de l’Hispanie un territoire prioritaire pour Rome. En témoignent des environnements tels que Las Médulas. Puis vinrent les Arabes, les royaumes chrétiens et l’Espagne même. Mais ce sont les étrangers qui révolutionnèrent à nouveau l’industrie minière espagnole et sa sidérurgie. Des entreprises anglaises firent de territoires tels que les Asturies, Malaga, Biscaye ou Huelva des zones prospères d’extraction et de raffinage de minéraux. Le cas le plus représentatif est l’environnement de la rivière Tinto, avec Minas de Riotinto en tête. Dans son voisinage, une série de fosses et de galeries furent exploitées qui, dans certains cas, continuent de marquer l’exploitation minière de la Comarque de Huelva.

Río Tinto

Cours du Río Tinto. | Shutterstock

Une rivière martienne couleur de vin

La forte concentration de minéraux dans les environs de la voie navigable de Huelva, dans les contreforts de la Sierra Morena, la fait absolument saturée de composants chimiques. Ceux-ci lui donnent une couleur rougeâtre caractéristique. Ce sont aussi des conditions d’enfer pour presque toute la vie. En fait, il est même très difficile de voir des oiseaux à proximité. C’est un pH très acide, de 1,7, inférieur même à celui d’un citron. Celui d’une eau normale est à sept. C’est le résultat de l’action abondante du soufre; avec à la fois une suspension de métaux lourds de toutes sortes, depuis le fer jusqu’ au cuivre et au manganèse.

 Río Tinto

Les eaux du Río Tinto. | Shutterstock

Ce cocktail toxique pour presque toutes les créatures est cependant l’endroit idéal pour que certains micro-organismes exotiques prospèrent. Ce sont pour la plupart des unicellulaires. Des bactéries, des algues et des champignons qui ont été étudiés par diverses entités dont la NASA. Il était prévisible qu’il y aurait des bactéries extrémophiles, qui résisteraient à des environnements aux caractéristiques aussi difficiles que celles de la rivière Tinto. Parmi elles, celles qui se nourrissent de minéraux et de métaux sont les plus intéressantes.

Un environnement martien

Il est encore plus surprenant d’y trouver des cellules avec leurs noyaux, les soi-disant eucaryotes. Leur existence prouve que leur résistance dans des environnements extrêmes est bien supérieure qu’on ne le pensait auparavant. Pour cette raison, la NASA a élargi ses expectatives de trouver de la vie sur Mars. L’environnement de la planète rouge a été maintes fois comparé avec celui de la rivière Tinto. Ainsi, la vaste colonie cellulaire existante est un joyau biologique avec une multitude d’espèces endémiques. En fait, ce sont les sédiments qui donnent la couleur ocre sombre. L’eau en soi est généralement verte et noirâtre en raison de la vie locale.

Ce n’est qu’à la fin de son cours, à la hauteur de Moguer et de Palos, que ses eaux cessent d’être rouges. Le mélange avec celles de l’Atlantique marque un changement d’écosystème qui prédomine sur environ 80 kilomètres. Une descente en douceur vers la mer qui traverse des endroits comme Niebla.

rio Tinto

Formations de la rivière Tinto. | Shutterstock

L’exploitation industrielle millénaire de Riotinto

Bien qu’il s’agisse du chef-lieu régional, Minas de Riotinto, le village le plus célèbre, l’industrie minière couvre toute une région de Huelva, la comarque Minière. Au total, l’environnement de Riotinto reçoit en quelques kilomètres les marques les plus notables que l’extraction a laissées dans la province. Un simple coup d’œil par satellite suffit pour se faire une idée de l’ampleur de l’exploitation. Cependant, les traces vues en surface sont pour la plupart modernes. Ce qui ne veut pas dire que la zone n’est pas été creusée depuis des milliers d’années.

rio tinto

Mine ressamblant un arc-en-ciel sur la Peña de Hierro. | Complexe Minier de Riotinto

Les peuples autochtones de la péninsule à l’époque grecque et phénicienne eurent une concentration minière à Tinto et ses environs. Associé au légendaire Tartessos, dont les villes sont encore perdues, l’argent extrait de Rio Tinto arriva en Méditerranée orientale. Déjà, antérieurement, le cuivre en abondance avait contribué à développer l’ère du même nom. Par conséquent, dans le Chalcolithique, l’endroit était déjà célèbre pour sa richesse minérale.

Cependant, comme d’habitude, ce furent les Romains qui élevèrent le niveau. La deuxième guerre contre Carthage, celle qui a conduit Anibal à traverser les Alpes avec ses éléphants, amena Rome dans ce qui est aujourd’hui l’Andalousie. Les cultures locales qui soutenaient les Puniques cédèrent à la poussée républicaine. De plus, de bons rapports s’établirent entre les colonies commerciales et Scipion l’Africain, le général vainqueur de la guerre, très favorable aux Grecs. Ainsi, Itálica, par exemple, fut fondée près de Séville.

rio tinto

Mine Arcoiris ou arc-en-ciel. | Complexe Minier de Riotinto

Au fil des siècles, l’empire monterait et chuterait. Environ sept siècles au cours desquels quelque 20 millions de tonnes de matières résiduelles furent générées, selon la Fondation Riotinto. Cuivre, fer, argent ou l’or en faisaient l’un des endroits les plus productifs de l’exploitation minière romaine. Par exemple, à la suite de travaux métallurgiques, on a localisé du plomb en provenance des mines de Riotinto dans la glace de Groenland. Le village s’appelait Urium et en restent plusieurs galeries ouvertes le siècle dernier et celui-ci.

À La fin de l’époque romaine et au début du Moyen Âge ont continua à profiter de la richesse du fleuve Tinto et de ses environs. Les Arabes achevèrent cette première étape au XIIIe siècle, lorsqu’ils perdirent les lieux. Ce qui fut suivi d’une longue période d’inactivité malgré les tentatives de réouverture menées par Philippe II.

La résurgence anglaise de Riotinto

Au XVIIIe siècle, on se mit à extraire à nouveau. L’influence étrangère fut décisive dès le départ. Par exemple, dans le premier quart de ce siècle, ce fut un suédois, Liberto Wolters, qui dirigea le projet d’extraction. Différents patrons finiraient par rentabiliser la mine. L’industrialisation favoriserait encore plus après les années difficiles de la guerre d’indépendance. Ainsi, il y eut un avant et un après de 1873. C’est alors que fut réalisée la création de la Rio Tinto Company Limited.

Riotinto

Restes des organisations minières anglaises de Riotinto. | Shutterstock

Il y avait déjà eu des tentatives de privatisation, au début du XIXe siècle. Cependant, cela signifiait laisser l’une des grandes régions productrices de cuivre qui existait à l’époque entre des mains étrangères. Des filons comme celui de San Dionisio ou le Sud furent exploités d’une manière spectaculaire qui modifierait à jamais le paysage. Les mines “courtes” ou à ciel ouvert abondèrent et marquèrent la géographie. Corta Atalaya fut la plus notable. Si à Tharsis, à Andévalo, la société minière homonyme a extrait de la pyrite pour obtenir de l’acide sulfurique, ici le cuivre était le roi. L’or, l’argent, le plomb et le zinc ne manquaient pas non plus.

Des millions de tonnes de matières furent extraites au cours des plus de 80 années de Rio Tinto Company Limited. Dans le village aujourd’hui appelé Minas de Riotinto fut établi  le quartier anglais de Bellavista. L’influence de l’entreprise s’est étendue à des endroits comme Valverde del Camino ou la capitale de la province. Les Anglais ont apporté le chemin de fer, transformé aujourd’hui en voies vertes, et les dernières techniques de construction dans la région, de sorte qu’elles étaient les plus importantes de la planète pour extraire le cuivre. Il y a eu également des moments chaotiques et répressifs, comme lorsque, en 1888, l’armée a massacré entre 45 et 300 travailleurs lors de manifestations contre les abus de l’entreprise.

Riotinto

Maison 21 du quartier de Bellavista. | Mairie de Minas de Riotinto

Mais il nous faut signaler un autre effet secondaire plus positif : la naissance du football espagnol. Elle se produisit à Minas de Riotinto grâce à la colonie anglaise qu’y vivait. Un fait dont les gens se souviennent tout autant que de l’esprit minier. Le Rio Tinto Foot-ball Club précéda le Recreativo de Huelva de onze ans, car il fut créé en 1878. Celui-ci évolua au cours des décennies à mesure que de nouvelles équipes surgirent dans la ville : jusqu’à 20 au début du XXe siècle. Certains des joueurs du premier club de football d’Espagne étaient connus internationalement. Par exemple, la mairie des lieux souligne que Charles Robert Julian fut même joueur olympique.

Riotinto

Image du Rio Tinto Foot Ball Club. | Mairie de Minas de Riotinto

En outre, la Rio Tinto Company Limited a également joué un rôle crucial dans la création des «scouts». Ces institutions de jeunesse eurent leurs pionniers espagnols au Alto Patronato de Exploradores en Minas de Riotinto. Fondée en 1924, elle voulait capter la vision exploratrice et patriotique qui caractérise le mouvement des jeunes des lieux associés à l’entreprise. Comme tout, cette étape s’acheva. En 1954, lorsque les deux tiers de la société furent nationalisés

La Corta Atalaya et le quartier de Bellavista

On ne peut omettre le plus grand trou généré à Riotinto : La spectaculaire Corta Atalaya. Cet immense cône en forme d’ellipse échelonnée et un gouffre artificiel de 350 mètres de profondeur. Un tel fond est généralement recouvert d’eau. Il s’étend sur plus d’un kilomètre de longueur et presque un autre de largeur. C’est l’une des plus grandes mines à ciel ouvert de la planète et à son ouverture fut un point de repère. Fruit d’une grande explosion, il surgit peu de temps après l’apparition des Anglais. De cette façon, il rejoignit d’autres énormes complexes espagnols comme celui d’Almadén.

Riotinto

Corta Atalaya dans les Mines de Riotinto. | Shutterstock

Un village au départ des plus pauvres donna naissance à un autre plus grand. La Mine, comme on l’appelait, fut absorbée par l’élargissement de la coupe et l’aspect d’aujourd’hui s’est transformé peu à peu. Utilisé jusqu’au milieu des années 1990, la Corta Atalaya était autrefois un endroit populaire. Avec des vues impressionnantes, la fermeture des activités en 2001 a conduit à l’interdiction des visites. Heureusement, à l’heure actuelle sous la direction de la mairie, les visites ont repris.

Riotinto

Corta Atalaya en Minas de Riotinto. | Shutterstock

Le quartier de Bellavista est situé sur une hauteur près de la Corta dans les Minas de Riotinto. C’est un bel exemple des quartiers anglais que les entrepreneurs anglais ont développés dans tant d’endroits, à Malaga par exemple. Un ensemble victorien utilisé par les dirigeants de l’entreprise. De cette façon, ils sont séparés des travailleurs espagnols et pouvaient rester dans une ambiance similaire à celle de la Grande-Bretagne. Très bien conservé, ce quartier mérite une petite promenade.

Riotinto

Maisons du quartier de Bellasvita. | Mairie de Minas de Riotinto

Les dernières décennies de Riotinto, exploitation minière et tourisme

Après plusieurs réajustements de la part de la société en charge, tout s’est bien passé jusqu’aux années 1980. Puis une crise affecta le secteur minier, mettant pratiquement fin à toute compétitivité possible. Avec le prix du métal à zéro, l’activité baissa jusqu’en 1995, l’exploitation passa alors aux mains des travailleurs. Cela s’est produit à la suite d’un curieux pacte dans lequel la société vendit les actions pour une peseta. Malgré les efforts, en 2001, les machines s’arrêtèrent.

Au cours de cette impasse forcée, Minas de Riotinto a été contraint d’évoluer. Depuis 1987, la Fondation Riotinto qui existait déjà, était, en grande partie responsable de la muséalisation de la région à travers le parc minier de Riotinto. Par exemple, l’excellent musée minier Ernest Lluch date de 1992. De plus, de vieilles galeries furent aménagées pour permettre des visites dans la Peña de Hierro, près de Nerva. On y trouve des vestiges depuis Rome jusqu’à la scène anglaise et nationale. La visite guidée est combinée avec la partie supérieure de la rivière Tinto elle-même. La façon la plus frappante de le faire est d’utiliser un train diesel restauré, bien que pendant quelques mois par an, un train à vapeur fonctionne également.

Riotinto

Peña de Hierro près de Minas de Riotinto. | Shutterstock

L’activité industrielle est revenue en 2015 grâce à une entreprise chypriote. Atalaya Mining qui a profité du rebond du cuivre et d’autres métaux pour développer un projet à grande échelle à Cerro Colorado. Elle exploite plusieurs veines et a un minimum de 17 ans de vie. Une dizaine de millions de tonnes de minerai sont extraites chaque année.

Riotinto

Musée minier de Riotinto. | Wikimedia

L’endroit a gagné sur un autre front sous la forme du Chemin de Compostelle du Sud qui va de Huelva à Zafra, en passant par Riotinto, Aracena et la chaîne de montagnes homonymes. Ensuite, il connecte avec la Route de l’Argent. Les pèlerins empruntent la même route que le trafic minier lourd, ce qui n’est pas sans danger. Quoi qu’il en soit, la proximité de capitales telles que Séville, Huelva ou Cadix ajoute au fait que non loin de là se trouvent de magnifiques recoins comme la Grotte des Merveilles pour valoriser le lieu en tant que destination touristique.


About the author

Autres nouvelles intéressantes
On vous présente aujourd’hui nombreux itinéraires de randonnée dans la région des Asturies, traversant la Más información
Il y a toujours eu un conflit entre ceux qui veulent aller sur la côte Más información
La marche est la façon la plus simple de faire de l'exercice et aussi découvrir Más información
La route à travers la vallée de Boí encadre huit églises romanes et une petite Más información
La célèbre Route des villages blancs d'Andalousie comprend une série de localités situées dans les Más información