La citadelle de Jaca, la seule forteresse en étoile espagnole encore intacte

Jaca, dans la province de Huesca, a toujours été l’un des grands, sinon le plus grand, bastion pyrénéen espagnol. Cette petite ville a été plongée dans la bataille en raison de sa position stratégique par rapport à des postes frontières aussi importants que Somport ou Portalet dans la vallée du Tena. C’est pour cette raison qu’elle possède l’une des forteresses les plus impressionnantes d’Espagne. Originaire du XVIe siècle, la citadelle de Jaca ou château de San Pedro est presque parfaitement conservée, arborant le style italien qui l’a marquée dès le début.

Abords, ponts et clocher de la Citadelle de Jaca

Abords, ponts et clocher de la Citadelle de Jaca | Shutterstock

Le complot de Philippe II pour défendre la frontière avec la France

Entre 1592 et 1595, les travaux de la citadelle de Jaca ont commencé. L’Aragon et Philippe II ne s’entendaient pas bien à l’époque. Suite à la chute du secrétaire royal Antonio Pérez del Hierro, un conflit s’est engagé qui se terminera par la disparition du maire aragonais de Justice, Juan V de Lanuza, sans tête. En plus de mener la légende noire contre l’Autriche, Perez a organisé une tentative d’invasion avec les huguenots, des protestants français. Soutenu par la Navarre, il a échoué, mais le monarque est resté inquiet.

Des cerfs dans le fossé

Des cerfs dans le fossé.

C’est pourquoi il a mis le célèbre architecte Tiburzio Spannocchi à la tête du projet d’une forteresse italienne pentagonale, qui sera connue jusqu’au XIXe siècle sous le nom de château de San Pedro. Comme celui de Pampelune, il a été conçu pour de nouvelles formes de guerre. Ses murs étaient beaucoup plus bas que les châteaux médiévaux comme Gormaz ou Burgalimar. L’artillerie avait fait en sorte que les hauts murs cessent d’être un avantage. La section Renaissance de la citadelle de Jaca est claire. Dans le style des villes idéales, la géométrie parfaite a également permis de composer un système défensif complet qui couvre tous les fronts.

Un lieu appelé le Burnao a été choisi pour construire la citadelle. Comme il y avait déjà un mur extérieur, il fallait un point fort pour le compléter. Les glacis, ou pentes douces, précédaient un grand fossé aujourd’hui habité par des cerfs. De là, des murs imposants ont été érigés en un pentagone régulier complété par cinq bastions. Ceux-ci permettent une défense avancée et une couverture des tirs croisés.

Poudrière

Poudrière. | Shutterstock

Un bastion contre les Français qui a fini par défendre les Gaulois

L’achèvement de la citadelle de Jaca a pris beaucoup de temps. En fait, ce n’est qu’au XVIIIe siècle qu’il a été entièrement achevé. Son église est de la fin du XVIIe siècle, baroque et confiée à San Pedro. Le développement a finalement laissé une forteresse de grande capacité, capable d’accueillir des centaines d’hommes. Avec son homologue de Pampelune et des forts aussi puissants que celui de Santa Elena, près de Biescas et qui garde l’entrée de la vallée du Tena, elle était un point de référence pour la défense des Pyrénées.

Ironiquement, cependant, son moment de gloire dans la guerre n’est pas venu en se défendant contre les Français, mais en leur offrant une protection. L’invasion napoléonienne a pris la forteresse de Huesca par surprise, et avec peu de soldats, elle est rapidement tombée avec le reste de Jaca. Le changement de mains a eu lieu le 21 mars 1809.

Bastion de la citadelle de Jaca

Bastion de la citadelle de Jaca | Shutterstock

Les actions locales des guérillas de Francisco Espoz et Mina ainsi que l’avancée de Wellington vers Vitoria ont conduit à une situation curieuse. Durant l’été 1813, une force de plus de 10 000 soldats napoléoniens arrive à Jaca en provenance de Saragosse, Huesca et Navarre. Ils décident de partir pour la France, laissant quelque 800 défenseurs dans la ville aragonaise, dirigés par le commandant Déshorties.

Une attaque décisive d’Antonio Oro, commandée par Espoz et Mina, oblige les Gaulois à se réfugier derrière les murs le 13 septembre. Un échange constant, au cours duquel les Français ont réussi à se réapprovisionner à plusieurs reprises, a conduit à l’intensification du siège par un autre soldat espagnol, Marcelino Oráa. C’est lui qui a réussi à prendre les murs et la ville en décembre. Finalement, seule la pénurie à cause de la famine fait que les soldats français se rendent, avec les honneurs.

Place principale du château de San Pedro de Jaca

Place principale du château de San Pedro de Jaca. | Shutterstock

Musée et miniatures de la grande forteresse pentagonale espagnole

Malgré la canonnade constante, les tirs d’obusiers et les mines qu’Espoz a effectués, le château de San Pedro est arrivé jusqu’à aujourd’hui en un seul morceau. Après le conflit avec Napoléon, il n’a plus eu beaucoup d’importance tactique, bien qu’il soit resté utilisé par l’armée jusqu’à récemment. Entre-temps, elle a vécu des périodes sombres, comme lorsque la citadelle de Jaca était un camp de concentration sous le régime franquiste. Quoi qu’il en soit, son apparence actuelle est due aux réformes de 1968. Celles-ci visaient à préserver l’aspect original, à assurer les structures.

Bastions et guérites de la citadelle de Jaca

Bastions et guérites de la citadelle de Jaca. | Shutterstock

Elle est actuellement gérée par le consortium du château de San Pedro, fruit de la collaboration entre la mairie, le ministère de la défense et le conseil provincial de Huesca. L’accès au complexe se fait aujourd’hui par la porte principale. Elle est située en face d’un autre monument de Jaca, sa cathédrale romane. Les rues défensives et un pont fixe sont prolongés par un autre pont-levis, clé de son ancienne utilisation défensive.

La visite nous permet de voir les principaux éléments de la citadelle de Jaca, de l’ascension des bastions à la compréhension du fonctionnement des guérites. La poudrière, les zones de ventilation, l’église ou le terrain de parade sont d’autres lieux très remarquables. Dans le dernier, il y a une statue de Philippe II, promoteur du château de San Pedro, un fait rare en Aragon.

Vue aérienne du château de San Pedro

Vue aérienne du château de San Pedro. | Shutterstock


About the author

Tarifa, entre les vents de l’Atlantique et de la Méditerranée

Tarifa, le bastion de Guzmán el Bueno Située à l'extrême nord de la péninsule ibérique, Tarifa occupe une position stratégique Read more

Jerez de la Frontera, la ville du vin et du cheval

La ville Jerez de la Frontera est connue dans le monde entier grâce à ses vins et ses chevaux. Ses Read more

Salobreña, un beau village de la Costa Tropical de Grenade

Salobreña est une belle ville de Grenade, située sur les rives du fleuve Guadalfeo, connue pour sa culture traditionnelle du Read more

San Juan de la Peña

[vc_row][vc_column][vc_custom_heading text="Le monastère sous la roche" font_container="tag:h2|text_align:left|color:%23000000" google_fonts="font_family:PT%20Sans%20Narrow%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_column_text]C’est un ensemble monumental insolite, situé à sept kilomètres de la localité de Read more

Jaca
Dónde dormir en Jaca

[vc_row][vc_column][vc_custom_heading text="La première capitale de l’Aragon" font_container="tag:h2|text_align:left|color:%23000000" google_fonts="font_family:PT%20Sans%20Narrow%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_column_text]La richesse de son histoire, de son patrimoine et de ses environs ont Read more