Le château de Santa Bárbara, la forteresse médiévale qui domine la côte levantine

Le château de Santa Bárbara est une forteresse médiévale située sur le mont Benacantil, le point le plus stratégique de la ville d’Alicante, qui s’élève à 166 mètres de la plage de Postiguet. Il n’y a pas si longtemps encore, si quelqu’un voulait se dire propriétaire du Levant, il devait courir le risque d’affronter ses murs imposants, qui sont maintenant devenus un point de vue paisible et magnifique d’où l’on peut jouir de l’une des meilleures vues de la Méditerranée.

Les plus de mille ans de vie que possède le château de Santa Bárbara cachent une histoire passionnante de carrefour entre royaumes et cultures, étant le théâtre d’épisodes importants à l’époque de la Reconquête et aussi pendant la Guerre de Succession. En 1961, il a été déclaré Monument historique nat ional.

Belvédère du château de Santa Bárbara

Belvédère du château de Santa Bárbara | Shutterstock

Aujourd’hui, vous pouvez visiter et parcourir les différentes enceintes qui composent le musée, qui sont divisées selon la période de domination : une partie est islamique, une autre christiano-musulmane, suivie de la Renaissance et des XVIIe et XIXe siècles plus récents. Cependant, l’aspect actuel de la forteresse a été acquis sous le règne de Philippe II, lorsque de nombreuses salles ont été construites, dont certaines abritent aujourd’hui le musée de la ville.

L’Alcazaba médiévale

Le mont Benacantil a une position stratégique de grande valeur, dominant toute la plaine de la baie d’Alicante. C’est peut-être la raison pour laquelle elle a été choisie par toutes les cultures qui ont traversé ces terres pour leur installation, puisque des vestiges archéologiques de l’âge du bronze et de l’époque romaine ont été trouvés au sommet de la pente. Cependant, la première description du château de Santa Bárbara date de la période islamique et remonte à la fin du IXe et au début du Xe siècle. La construction du même pourrait être donnée comme système de défense avant la croissance militaire des fatimíes de l’Égypte, qui à ce moment commençaient à étendre son autorité pour la côte de l’Est.

Le château de Santa Bárbara au sommet du mont Benacantil

Le château de Santa Bárbara au sommet du mont Benacantil | Shutterstock

Le nom actuel de la forteresse est cependant né après la fin de l’occupation islamique des terres levantines, lorsque l’enfant castillan, le futur Alphonse X le Sage, a conquis la ville d’Alicante le 4 décembre 1248, jour de la fête patronale de Santa Bárbara.

Les deux vagues de la Reconquête, la castillane et la catalane-aragonaise, ont convergé dans cette région du Levant. Ainsi, quelques années après la domination de la Castille, la pression du nord est intervenue et Jaume II a pris le château, passant ces terres aux mains de la couronne d’Aragon et son incorporation ultérieure au royaume de Valence, en 1308. Cette occupation n’était pas seulement militaire, mais aussi culturelle et linguistique, car Alicante était le dernier bastion du Catalan-Valencien sur la côte.

Une partie de l'intérieur du château de Santa Bárbara

Une partie de l’intérieur du château de Santa Bárbara | Shutterstock

Malgré l’autorité chrétienne, la forteresse a conservé sa structure islamique jusqu’à l’arrivée du monarque Pedro IV le Cérémonieux et la guerre castillano-aragonaise des “Deux Pierres”, dont l’origine était précisément la revendication de la couronne de Castille des terres centre-sud d’Alicante. Comme il ne pouvait en être autrement, les murs du château ont subi des dommages importants, de nombreux travaux de réparation ont dû être effectués afin de s’adapter aux nouvelles formes de combat. Ces réparations se sont poursuivies au XVe siècle, lui donnant un style typiquement médiéval avec une nouvelle façade murée.

La zone de cette période est connue sous le nom de “La Torreta”, car c’est le site de l’ancienne Tour de l’Hommage, dont les fondations contiennent des pierres de la forteresse arabe d’origine. Les vestiges les plus anciens de toute la forteresse, datant des XIe et XIIe siècles, sont conservés dans cette enceinte.  Dans cette première partie de l’enceinte, vous pouvez également voir le Baluarte des Anglais et la Miason du Gouverneur, ainsi que le “Macho del Castillo”, qui est la plus haute esplanade et où se trouvait l’ancienne citadelle. De là, on peut voir les vues les plus spectaculaires de la ville.

Le château de Santa Bárbara à l’époque moderne

L’ère moderne serait un véritable fiasco pour le château de Santa Bárbara, non seulement en raison du remodelage complet et intéressant de ses murs à l’époque de Philippe II, mais aussi en raison des dommages qu’il subirait après l’explosion de la mine pendant la guerre de succession.

Vues du port d'Alicante depuis le château de Santa Bárbara

Vues du port d’Alicante depuis le château de Santa Bárbara | Shutterstock

Bien que Charles Ier ait déjà ordonné la fortification de la ville et du château au début du XVIe siècle, ce n’est que sous le règne de son fils Philippe II que la plus importante réforme du château de Santa Bárbara a été réalisée. Le monarque a converti la forteresse en une structure militaire de la Renaissance, affectant directement la structure défensive médiévale. Parmi tous les ouvrages de la zone intermédiaire, il faut souligner le Salon de Felipe II, une muraille qui tombe face à la mer, la Gran Tenaza, et le Baluarte de la Reina et le Baluarte de Santa Ana comme nouveau système de défense.

L’explosion de la mine

L’épisode dramatique vécu par le château de Santa Bárbara et la ville d’Alicante s’est déroulé pendant la guerre de succession (1706-1709), lorsque Philippe V et l’archiduc Charles se disputaient le trône d’Espagne. La forteresse a vécu l’un des pires moments de son histoire, notamment lorsque la mine a explosé. Au début du conflit, les navires anglais dirigés par l’archiduc Charles bombardent Alicante jusqu’à ce qu’ils s’en emparent. On dit que le château a servi de refuge à de nombreux habitants. Il a fallu plus de deux ans aux Bourbons pour récupérer la ville, et c’est à ce moment-là qu’est survenu l’événement le plus critique de tout le conflit.

Face à la difficulté de chasser les Anglais du château, Philippe V ordonne de creuser une mine pleine de poudre à canon dans les entrailles du mont Benacantil, qu’il fait sauter le 4 mars 1709. De nombreux bâtiments du château ont été enterrés sous les décombres, comme la maison du gouverneur et le bastion. Avec la prise du château de Santa Bárbara, Felipe V de Borbón a récupéré le dernier endroit du territoire valencien qui avait été sous la domination ennemie.

Une partie de l'intérieur du château de Santa Bárbara

Une partie de l’intérieur du château de Santa Bárbara | Wikimedia

La ville ne connaîtra pas d’autre conflit de ce type avant la guerre d’indépendance contre Napoléon, déjà au XIXe siècle. Craignant une nouvelle invasion, les habitants d’Alicante ont décidé de compléter le système défensif de la ville par un nouveau château, San Fernando, en 1813. Pour leur fortune, il n’est jamais entré en service, car Alicante a réussi à résister et à ne pas tomber sous la domination française.

La partie inférieure du château, qui date du XVIIIe siècle, correspond à cette partie historique. Il y a le “Revellín del Bon Repós”, où différentes expositions sont actuellement organisées.

La prison militaire de Santa Bárbara

À partir du XIXe siècle, le château de Santa Bárbara a progressivement perdu l’importance militaire qui le caractérisait depuis les temps les plus reculés, devenant une prison militaire. Ses donjons abritaient des anonymes et quelques personnages historiques, comme le général Juan Prim.

Le château d'Alicante en 1875

Le château d’Alicante en 1875 | Wikimedia

Le château a pu connaître sa dernière défense militaire en 1873, lorsque les rebelles de Carthagène ont tenté de prendre la ville de la baie d’Alicante pendant la Première République. Les habitants d’Alicante, organisés par Eleuterio Maisonnave, ont défendu la ville depuis le port et le château avec succès. Des années plus tard, en 1893, le gouvernement retirera l’artillerie du château de Santa Bárbara, considérant qu’elle n’offre plus aucun intérêt tactique.

Plus tard, en 1919, il est devenu une sorte d’hôpital pour les malades du choléra et quelques mendiants. Cependant, le cours de la vie conduira à la récupération de la fonction de prison du château pendant la guerre civile et la période d’après-guerre, étant utilisé comme lieu de détention par les troupes franquistes.

La légende de la Cara del Moro

Son passé remarquable s’accompagne également d’autres traditions et histoires populaires qui, malgré le passage du temps, continuent à susciter l’intérêt de tous ceux qui les écoutent. La plus populaire de toutes est la légende du Visage du Maure, une histoire d’amour qui donne son nom à la pente du mont Benacantil.

Une des portes du château donnant sur la mer

Une des portes du château donnant sur la mer | Wikimedia

La légende veut que lorsque les terres d’Alicante étaient sous domination musulmane, la ville était gouvernée par un calife arabe. De tous ses descendants, il avait une grande prédilection pour sa fille Cántara, qui se distinguait par sa grande beauté. Lorsque la jeune femme est devenue majeure, le calife a décidé de la marier. Parmi les nombreux prétendants qui se sont présentés, seuls deux ont obtenu l’approbation du père : le général cordouan Almanzor et un jeune noble nommé Ali.

Dans le doute quant au choix entre les deux candidats, le calife décide que les charmes de sa fille ne correspondront qu’à celle qui saura le mieux la courtiser. Sans y réfléchir à deux fois, Almanzor s’enfuit en Inde à la recherche des meilleures soies et épices. Au lieu de cela, l’humble et aimable Ali a décidé d’ouvrir un canal qui acheminerait l’eau de la municipalité de Tibi et pourrait ainsi rester près de la jeune femme. C’est ainsi qu’Ali a gagné l’amour de Cántara.

Lorsqu’Almanzor revint de son voyage chargé de cadeaux pour la princesse, le calife fut tellement ravi qu’il décida de donner la main de sa fille au général de Cordoue. Cette nouvelle déchirante a incité Ali à se précipiter dans le vide, dont l’impact du corps sur le sol a ouvert la terre en deux et, miraculeusement, l’eau s’est mise à couler du fond du ravin. Aujourd’hui, cet endroit est connu sous le nom de marais de Tibi.

Le visage du Maure sur le Mont Benacantil

Le visage du Maure sur le Mont Benacantil | Shutterstock

Lorsque Cántara entendit parler de la triste fin de son bien-aimé, la princesse décida de suivre son propre destin et se jeta dans le vide de la chaîne de montagnes de San Julián. La perte de sa fille a fait mourir le calife de chagrin. On dit que, depuis lors, le visage du calife a été gravé à jamais sur la pente du mont Benacantil, un emblème qui est maintenant connu sous le nom de Cara del Moro. Pour cette raison, les voisins, accablés par le romantisme des jeunes, ont décidé de joindre les noms d’Ali et de Cántara pour changer le nom de la ville en Alicante. Depuis la plage de Postiguet, vous pouvez voir ce qui ressemble au profil d’un visage dans les montagnes du château. C’est l’une des images les plus emblématiques de la ville côtière.


Voici la recette des cannellonis à la catalane, le plat typique en Catalogne de la fête de Saint Etienne qui se célèbre le 26 décembre. Il existe de nombreuses recettes…

POURQUOI CHOISIR LE CHEMIN DU NORD. HISTOIRE. Jusqu’à la fin du premier millénaire, les attaques des maures contre les chrétiens et la difficile traversée des Pyrénées à certaines époques de…

La recette du “Cocido Madrilène” est l’une des plus aimées et désirées par les touristes et les gens du pays quand ils sont à Madrid en Espagne-España. C´est une sorte…

About the author

Tarifa, entre les vents de l’Atlantique et de la Méditerranée

Tarifa, le bastion de Guzmán el Bueno Située à l'extrême sud de la péninsule ibérique, Tarifa occupe une position stratégique Read more

Jerez de la Frontera, la ville du vin et du cheval

La ville Jerez de la Frontera est connue dans le monde entier grâce à ses vins et ses chevaux. Ses Read more

Salobreña, un beau village de la Costa Tropical de Grenade

Salobreña est une belle ville de Grenade, située sur les rives du fleuve Guadalfeo, connue pour sa culture traditionnelle du Read more

Que voir à Saragosse, 10 lieux de la capitale de l’Èbre
Que voir à Saragosse

Saragosse est l'une des plus grandes villes d'Espagne. C'est la cinquième plus grande ville d'Espagne, derrière Madrid, Barcelone, Séville et Read more

Que voir à Palma de Majorque

Palma est une ville cosmopolite qui a beaucoup à offrir. Ses monuments et ses plages valent vraiment la peine d'être Read more