L’héritage d’Al-Andalus à travers les grands bâtiments arabes en Espagne

La marque d’Al-Andalus est, sans aucun doute, l’une des plus significatives et appréciées dans l’énorme patrimoine historique que possède l’Espagne. Sept cents ans de domination musulmane sont encore vivants aujourd’hui dans ses grands monuments architecturaux, où est préservée la splendeur d’une civilisation qui a atteint un degré extraordinaire de développement et de raffinement artistique. Les mosquées, les palais et les forteresses sont les meilleurs représentants de l’héritage andalou, d’authentiques œuvres architecturales islamiques qui sont nées pour rester et faire partie de la culture hispanique.

Alhambra de Grenade

Alhambra à Grenade

Alhambra à Grenade. | Shutterstock

Grenade est la ville d’Al-Andalus par excellence. Ce fut le dernier territoire à rester sous domination musulmane dans la péninsule ibérique jusqu’en 1492, lorsque Boabdil remit le joyau islamique au christianisme, l’Alhambra. Avec la Sierra Nevada en toile de fond, cette splendide ville-palais andalouse est un point de référence pour l’architecture et l’art musulmans en Espagne. La splendeur qui subsiste dans ses jardins, ses fontaines et ses décorations géométriques date du XIVe siècle, lorsque le royaume nasride s’est installé à Grenade et y a construit sa résidence. L’harmonie et le raffinement de sa conception et de sa décoration ont atteint un niveau de perfection presque inégalé.

Deux siècles plus tard, les rois chrétiens ont construit un palais de la Renaissance mais ont conservé les structures musulmanes. L’enceinte de l’Alhambra est parfaitement conservée, malgré les explosions effectuées par les troupes napoléoniennes au XIXe siècle qui ont presque entièrement détruit l’enceinte. Heureusement, il est aujourd’hui possible de se promener parmi ses colonnes et ses arcs de style andalou, décorés de citations du Coran. Ainsi que la visite du Patio des lions et des jardins qui maintiennent le système hydraulique prédominant dans les architectures musulmanes.

Mosquée-Cathédrale de Cordoue

Mosquée-Cathédrale de Cordoue

Mosquée-Cathédrale de Cordoue. | Shutterstock

Construite entre 786 et 988, la mosquée de Cordoue est le premier monument de tout l’Occident islamique et l’un des plus importants de toute l’architecture musulmane. Sa valeur historique et sa richesse artistique lui ont valu le titre de site du patrimoine mondial.

L’émir Abderame Ier a été la force motrice de la mosquée, qui est devenue le meilleur exemple de la force du califat omeyyade de Cordoue. Depuis la reconquête chrétienne en 1236, il a servi de cathédrale, avec toutes les transformations que la conversion du temple au culte catholique a entraînées. Au siècle dernier, la restauration de l’actuelle Mosquée-Cathédrale de Cordoue a été réalisée. Grâce à cela, vous pouvez aujourd’hui profiter à la fois de la forêt de colonnes arabes et de la basilique chrétienne de la Renaissance.

Médina Azahara, Cordoue

Medina Azahara de Cordoue

Medina Azahara de Cordoue. | Shutterstock

Depuis le début du Xe siècle, l’émirat de Cordoue a connu un siècle de splendeur qui en a fait le royaume le plus puissant d’Occident. Sous le règne d’Abderame III, Cordoue s’est imposée comme la ville la plus importante d’Europe, tant en termes de population que comme un phare culturel et politique de référence. Ainsi, le calife ordonna la création d’une ville palatine destinée à devenir le siège du califat de Cordoue, récemment inauguré. C’est ainsi qu’est née Medina Azahara, au pied de la Sierra Morena et à huit kilomètres de la capitale.

La ville palatine a été détruite à la fin de la dynastie omeyyade, restant en ruines jusqu’à sa restauration au 20e siècle. Aujourd’hui, ce site archéologique a été déclaré patrimoine mondial par l’UNESCO. Actuellement, seuls 10% de la surface des remparts de la ville ont été fouillés, ce qui correspond au noyau central de l’Alcazar royal qui possède trois terrasses entourées d’un mur. De riches marbres rouges et violets, des pierres précieuses et de l’or, en plus du soin artisanal des meilleurs tailleurs de pierre et des apports byzantins, ont contribué à l’essor de Medina Azahara.

La Giralda et la Tour de l’Or de Séville

La Giralda de Séville

La Giralda de Séville. | Shutterstock

La Giralda est l’un des grands héritages arabes de Séville, également considéré comme l’icône de la ville. Elle résume plusieurs siècles d’histoire sur sa propre physionomie, pleine de différents styles architecturaux des cultures qui ont vécu dans la ville. Aujourd’hui, il s’agit de l’imposant clocher de la cathédrale, mais il était à l’origine le minaret de la mosquée. Les deux tiers inférieurs de la tour sont précisément ceux de construction musulmane, reconnaissables à première vue par leur ornementation arabe caractéristique. Pendant des centaines d’années, il a été le plus haut bâtiment d’Espagne et l’un des plus proches du ciel en Europe.

Tour de l’Or de nos jours

Tour de l’Or de nos jours | Shutterstock

Une autre des grandes constructions d’origine arabe à Séville est la Tour de l’Or, située sur la rive gauche du Guadalquivir. Son nom est dû aux reflets dorés produits par les carreaux qui le recouvraient en son temps. À l’origine, cette tour avait une fonction défensive, faisant partie d’une section du mur qui défendait l’Alcazar de la ville. Le bâtiment est composé de trois corps, dont le premier a été construit en 1221 sur ordre du gouverneur almohade Abù l-Ulà. Les deux autres corps datent des XIVe et XVIIIe siècles, ce dernier à la suite du tremblement de terre de Lisbonne. En 1931, il a été déclaré monument historico-artistique.

Alcazar royal de Séville

Alcazar royal de Séville

Alcazar royal de Séville | Shutterstock

Un autre des monuments hispano-musulmans les plus importants de Séville est le Alcazar royal, un complexe palatial à caractère défensif qui a été déclaré patrimoine mondial de l’humanité depuis 1987. Ses origines remontent au Xe siècle, lorsqu’Abderame III en ordonna la construction comme nouvelle enceinte pour le gouvernement omeyyade. Pendant la taïfa de Séville, le nouvel Alcazar des abbés a été ajouté à ce complexe. Plus tard, elle fut étendue au Guadalquivir avec les Almoravides, jusqu’à ce qu’en 1249, elle passe aux mains de la couronne de Castille.

À ce cadre architectural, il faut ajouter les éléments qui donnent vie à l’Alcazar royal de Séville à chaque instant : les nouvelles utilisations des espaces, les jardins, l’eau des fontaines et des bassins. Des palais tels que le palais gothique ou mudéjar de Pierre Ier ont été construits sur ses structures d’origine à l’époque castillane, où un air islamique a continué à prédominer dans ses pièces. Parmi ceux-ci, la salle des ambassadeurs et son magnifique dôme se distinguent. Ainsi que le Patio des demoiselles ou le Patio des poupées, décoré de carreaux et de plafonds mudéjars.

Bains arabes de Ronda, Malaga

Le hamman de Ronda est l'un des mieux conservés d'Espagne

Le hamman de Ronda est l’un des mieux conservés d’Espagne | Shutterstock

Les bains arabes ou hamman font également partie du grand héritage andalou, même s’ils passent souvent inaperçus dans l’ombre des grandes œuvres architecturales. Ces bâtiments accumulent cependant une grande quantité de connaissances sur la vie quotidienne des sociétés musulmanes, ce qui était totalement inconnu des chrétiens et des juifs de l’époque.

L’un des grands exemples est le hamman de Ronda à Malaga, le mieux conservé de toute la péninsule ibérique. C’est un site archéologique spectaculaire de l’époque nasride, construit au 13ème siècle. À l’intérieur, il conserve la structure de base des bains arabes : vestiaire, salle froide, chaude et chaude. En fait, une grande partie de ce bâtiment est arrivée pratiquement intacte à ce jour. Même le système hydraulique avec la roue hydraulique qui actionnait la voie d’eau a été préservé.

Château de Gormaz à Soria

L'extrême ouest et le champ intérieur du château de Gormaz

L’extrême ouest et le champ intérieur du château de Gormaz. | Shutterstock

Il s’agit d’une forteresse d’origine musulmane située dans le village de Gormaz, à Soria. C’était l’enclave la plus décisive dans la guerre entre les Arabes et les Chrétiens au Moyen Age. C’est aussi le plus grand château que les califes musulmans ont construit en Europe et l’une des plus grandes œuvres d’architecture militaire de l’époque sur le continent. Ses murs ont vu le temps passer sur la plaine de Soria depuis plus de 1000 ans.

La construction a commencé au IXe siècle, sous le califat de Cordoue, sur les vestiges d’un château antérieur, dont on ignore la véritable origine. Au début, seul un petit château a été construit, qui a été reconquis par les chrétiens en 912. Lorsqu’elle est revenue aux mains des musulmans sous le califat d’Alhakén II, fils d’Abderame III, l’expansion de l’actuelle citadelle musulmane a commencé entre 955 et 966. Elle s’est développée de telle manière qu’elle était capable de protéger un corps de commandement ainsi que d’abriter des milliers d’hommes à l’intérieur. Le château de Gormaz est devenu la plus grande forteresse européenne de son époque, avec un périmètre de 1200 mètres de murs, 446 mètres de long, 28 tours et une forme allongée dans le sens est-ouest.

Palais de l’Aljafería de Saragosse

Aljafería de Saragosse

Aljafería de Saragosse. | shutterstock

L’Aljafería de Saragosse a eu différents buts tout au long de son histoire. D’abord c’était la forteresse islamique des Houdides. Plus tard, palais mudéjar médiéval, et résidence à Saragosse des Rois Catholiques. Il a également servi de prison pour l’Inquisition. C’était aussi le siège des Cortes d’Aragon. Ses différentes buts et transformations sont évidentes dans son architecture. Il présente donc différentes extensions, destructions et restaurations.


About the author