6 bâtiments modernistes en Espagne qui ressemblent l’œuvre de Gaudí

L’un des architectes les plus renommés d’Espagne est sans aucun doute Gaudí. Des gens du monde entier apprécient les œuvres de ce qui fut le principal représentant du modernisme. Une attirance pour sa figure que l’on voyait déjà chez certains de ses disciples ou chez de nombreux architectes. Ceux-ci, déterminés à suivre un style très proche du modernisme particulier du catalan, ont créé des constructions qui, à première vue, pourraient passer pour les mêmes. De même, il y a des constructions qui reflètent l’empreinte des maîtres du génie de Reus, ainsi associé à Güell. Parmi eux, six exemples se distinguent et qui captivent au premier abord par leurs couleurs, leurs formes ou leur grande ressemblance avec des bâtiments tels que la Maison Batlló.

Caprice de Cotrina, une maison de conte de fées à Badajoz

Le caprice de Cotrina

Le caprice de Cotrina. | Shutterstock

Lorsque la fille de Francisco González a demandé à son père de vivre dans un château de princesse, il a eu la brillante idée de s’inspirer du style moderniste de Gaudí. Il a donc décidé de transformer sa maison de campagne en un bâtiment digne des rues de Barcelone. Cependant, l’impressionnant ouvrage se trouve à environ 1 000 kilomètres de Barcelone, dans la ville de Los Santos de Maimona, en Estrémadure.

Ainsi, depuis 1988, les curieux qui passent par la région trouvent l’œuvre particulière de González. Tous les détails du modernisme catalan se distinguent : les courbes, les décorations naturalistes et le style néo-gothique. Cependant, sa caractéristique la plus frappante est la mosaïque colorée, faite de grands morceaux de poterie qui contrastent avec le calcaire.

Après la mort de l’artiste en 2016, ses enfants, dont la fille à l’idée princière, ont décidé de poursuivre la construction de l’œuvre. À ce jour, elle est toujours incomplète, tout comme la Sagrada Familia. Mais pour la plus grande joie des visiteurs, la passion et la créativité mises dans l’œuvre sont bien plus grandes que le bâtiment. Pour que les palmiers de verre et les vagues de pierre continuent à briller dans ce petit village d’Estrémadure. Son surnom vient de sa ressemblance avec le Caprice de Gaudí dans la ville cantabrique de Comillas.

Santuari de la Mare de Deu de Montserrat à Tarragone

Monastère Mare de Deu de Montserrat

Monastère Mare de Deu de Montserrat. | Shutterstock

Chaque année, les habitants de Montferri, à Tarragone, avaient la tâche exigeante mais dévouée de faire un pèlerinage au monastère de Montserrat. De cette façon, ils ont montré leur dévotion à la Vierge après la période des vendanges. Une tradition qui a conduit à l’idée du prêtre Daniel Vives d’utiliser une terre familiale pour la construction d’un temple. Ainsi, il ne serait pas nécessaire d’aller aussi loin pour vénérer la Vierge Moreneta. C’est ainsi qu’est né le Sanctuaire de la Vierge de Montserrat.

C’est grâce à son cousin-frère Josep Maria Jujol que le projet a été lancé. Mais l’architecte n’était pas n’importe qui, car il était précédé par sa relation étroite avec Antoni Gaudí. Il a collaboré avec lui dans les célèbres Maison Milà et Maison Batlló. Comme d’habitude, l’église a mis beaucoup de temps à terminer sa construction. La guerre civile a mis fin aux travaux effectués par les habitants eux-mêmes et à l’arrivée des dons, principale source d’argent pour l’entreprise.

Enfin, en 1999, elle a pu être inaugurée. Malgré les es problèmes, le sanctuaire est une œuvre impressionnante qui a été comparée à la Sagrada Familia. Les éléments les plus remarquables  sont les piliers et les dômes faits pour ressembler au massif de Montserrat, qui nous rappellent le monastère qui a inspiré ce beau temple.

Palais de Longoria, mille usages à Madrid

Palais de Longoria, à Madrid

Palais de Longoria, à Madrid. | Shutterstock

Au carrefour des roues Pelayo et Fernando VI à Madrid, se trouve l’un des rares bâtiments de style moderniste de la capitale : le palais de Longoria. Cet élégant bâtiment a été créé en 1902 comme résidence personnelle du financier Javier González Longoria, d’où son nom. L’architecte chargé de la construction était José Grases Riera de Barcelone, inspiré par les techniques modernistes de sa ville, comme l’étaient d’autres artistes de l’époque tels que Dalí.

Le bâtiment a été restauré deux fois au cours du XXe siècle. La première a eu lieu en 1912, lorsque la société dentaire espagnole l’a acquise pour en faire la maison de son président. Plus tard, il est devenu la propriété de la Société espagnole d’auteurs et éditeurs (SGAE) lors de son achat dans les années 1950. En 1996, le palais nonagénaire a été inclus dans la liste des biens d’intérêt culturel, de sorte que si la SGAE voulait le réformer, elle devrait demander une autorisation spéciale

Les détails les plus frappants du palais de Longoria ont survécu aux multiples rénovations. Parmi ceux-ci, le gigantesque dôme de verre qui protège l’antichambre, son escalier impérial ou les motifs élaborés, presque végétaux, des balcons qui témoignent de son inspiration moderne. Toutes ces caractéristiques font de cette structure l’une des plus marquantes de la capitale.

Can Casasayas et Pensión Menorquina, deux gouttes d’eau modernistes à Palma de Majorque

Can Casasayas et Pension Menorquina

Can Casasayas et Pension Menorquina | shutterstock.com

La brise de la mer Méditerranée touche ces bâtiments frères. Can Casasayas et Pensión Menorquina sont situées en face de la rue Can Santacília, sur l’île de La Palma, aux Baléares. Le plus frappant est qu’ils ressemblent à un même bâtiment, seulement divisé par une rue.

Cette conception attrayante de lignes courbes et de balcons complexes, semblables à des coquillages, est l’œuvre des Majorquins Francesc Roca et Guillem Reynés. Tous deux s’inspirent de l’Art Nouveau et du modernisme qui prédomine dans l’architecture européenne de l’époque. Le travail a été réalisé à la demande d’un confiseur local appelé Josep Casasayas.

Tout comme le palais Longoria, Casasayas a été nommé Bien d’intérêt culturel. En face d’eux se trouve la place du marché de Palma, pleine de boutiques et de bars. À quelques mètres de là se trouve le local de Can Frasquet, qui porte toujours le même nom que lorsque Josep y travaillait. Ainsi, presque comme des jumeaux, ces deux bâtiments coexistent, très dans le style de Gaudí, mais qui n’a rien à voir avec lui.

Palau de la Música Catalana, un temple de l’art à Barcelone

Palau de la Música Catalana

Palau de la Música Catalana. | Shutterstock

Le Palau de la Música Catalana se dresse avec une couleur de terre cuite saisissante et les expressions indéchiffrables des statues qui constituent l’un de ses angles. Il est situé dans la vieille ville de Barcelone. Réalisé à la demande de la Société chorale de l’Orfeón Catalán entre 1905 et 1908, il est une référence du modernisme catalan. Un style qui a défini les grandes œuvres de Gaudí et l’architecte de ce site artistique qui reçoit plus d’un demi-million de visiteurs chaque année.

L’homme en question est Lluís Domènech i Montaner. Ce célèbre professeur, architecte et homme politique catalan a été une figure clé de l’expansion du modernisme. Pendant un certain temps, il a été le professeur de Gaudí. En fait, le Palau est relativement proche des œuvres de son élève comme la Maison Batlló.

L’excentricité des détails intérieurs et extérieurs du bâtiment est le résultat du fait que l’architecte a laissé libre cours aux artisans qui l’ont aidé à le construire. Les colonnes qui donnent sur la rue sont très particulières. Magnifiquement décorées, elles servent également de guichets pour les entrées de l’enceinte. L’intérieur est très décoré de mosaïques et de sculptures. Des jalons même pompeux qui lui ont valu plusieurs prix à l’époque et qui lui ont permis en 1997 de devenir un site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le beau marché central de Valence

Marché central de Valence

Marché central de Valence. | Shutterstock

Le marché central de Valence est une autre des œuvres qui s’approchent à l’essence moderniste de Gaudí. Il suffit de regarder ses colonnes, ses dômes et ses mosaïques. Une similitude qui n’est pas tout à fait étrange, puisque les architectes en charge de ce projet étaient des disciples directs du Catalan : Alejandro Soler March et Francisco Guardia Vial.

Si l’on regarde bien, au sommet de l’ensemble se trouve l’élément le plus intéressant de tout le complexe : une girouette en forme de perroquet et qui donne son nom au Marché. C’est une “cotorra”, une personne qui aime ruminer et parler de tout avec tout le monde. Cette figure contraste avec l’aigle qui pose sur l’église de Santos Juanes, devant le marché.

Le marché de Valence était l’un des plus grands d’Europe, et la construction a commencé en 1910 pour remplacer l’ancien marché en plein air en 1839. Le projet culmine en 1928, avec un espace partagé entre un marché aux poissons, un verger et divers autres produits. Son imposante charpente de toits inclinés protège non seulement la nourriture mais aussi l’histoire de la ville.

Photo principale : Palau de la Música Catalana | shutterstock


About the author

Autres nouvelles intéressantes
Lors de la visite d'un lieu, il y a toujours deux endroits essentiels : l'église Más información
La Bourse de la Soie est l'un des bâtiments les plus caractéristiques de la ville Más información
La province de Valence se distingue par la variété des possibilités de voyage qu'elle offre. Más información
Le Parc naturel de l'Albufera, situé dans la province de Valence, dans la Communauté Valencienne, Más información
Pour savoir que faire à Valence pendant trois jours, il est nécessaire de bien s’organiser. Más información