Les autres aqueducs romains en Espagne

L’héritage romain constitue toujours une grande partie du présent de l’Espagne. La qualité des services qu’ils ont développés pour leurs citoyens, tels que les bains publics, les murs, les routes ou les systèmes d’égouts, a été préservée au fil des siècles. Les aqueducs sont l’exemple parfait du génie civil romain au service des villes. Bien qu’ils n’aient pas été les seuls à développer des systèmes de transport de l’eau, ils ont mis en place cette structure, qui est la plus efficace pour acheminer l’eau vers les centres de population. Ils fournissent également des informations sur les villes qui étaient les plus importantes à l’époque. En Espagne, quand on parle de ce type de construction, il est impossible de ne pas penser au majestueux et célèbre aqueduc de Ségovie, le meilleur exemple, le plus grand et probablement le mieux conservé. Mais il y en a beaucoup d’autres, certains plus petits ou ceux que le temps a traités un peu moins bien, ou qui ont simplement moins de renommée. Ce sont tous les cas, sauf celui que vous connaissez le mieux.

Aqueduc de la Peña Cortada, Chelva

Aqueduc romain de la Peña Cortadada

Aqueduc romain de la Peña Cortadada. | Communauté de Valence

Selon des recherches récentes, c’est la plus longue de la péninsule. Dans ses différentes sections, il aurait atteint près de 100 kilomètres de long. Elle a été construite pour alimenter en eau une ville importante de l’époque, car c’était Valence, alors appelée Valentia Edetanorum. Son parcours va de la Serranía de Valencia à la capitale elle-même. L’aqueduc et les infrastructures qui y sont liées ont été mis en service après la chute de l’Empire romain. Les peuples successifs qui ont envahi la péninsule l’ont adaptée en fonction de leurs besoins, mais sur la base de ce qui avait déjà été construit.

Il existe différents itinéraires naturels où il est possible de trouver l’aqueduc romain en pleine nature. Par exemple, vous pouvez encore visiter certains des tunnels qui faisaient partie de l’œuvre originale. La région offre également de nombreuses zones d’intérêt touristique qui méritent d’être visitées.

Aqueduc de Les Ferreres, Tarragone

Aqueduc de Les Ferreres ou Pont du Diable

Aqueduc de Les Ferreres ou Pont du Diable. | Shutterstock

Cet aqueduc romain est né entre le 1er siècle avant J.-C. et le 1er siècle après J.-C., en réponse à la nécessité d’alimenter un centre aussi important que Tarraco, aujourd’hui Tarragone. À cette époque, l’empereur Auguste était en charge. Il se trouve à la périphérie de la ville et conserve une grande partie de sa double arche. Il est également connu sous le nom de Puente del Diablo (Pont du Diable) car, selon la légende, ce ne sont pas les travailleurs à plein temps des Romains qui l’ont élevé, mais le diable lui-même pour obtenir une bonne.

L’aqueduc a fonctionné jusqu’au XVIIe siècle environ, soit probablement quelques années de plus que la plupart des bâtiments construits aujourd’hui. Son état de conservation lui a valu le statut de site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Aqueduc Albarracín-Gea-Cella

Aqueduc d'Albarracín, Gea y Cella

Aqueduc d’Albarracín, Gea y Cella. | Shutterstock

En poursuivant la route vers l’intérieur de la péninsule, l’Aragon contient d’importants vestiges romains, et pas seulement ceux de Césaragouste, l’actuelle Saragosse. L’aqueduc d’Albarracín, qui s’étendait sur 25 kilomètres, est un ouvrage impressionnant de l’ingénierie romaine dans la région, bien qu’il n’ait pas été relié à des centres de population particulièrement importants. Le fait qu’elle ait plus de 2 000 ans ajoute une autre particularité : elle est creusée directement dans la roche. Bien que l’image archétypale soit celle des grandes arches des aqueducs, ils n’ont pas toujours eu cette partie. Tout dépendait de l’orographie locale elle-même.

La route des aqueducs romains en Espagne, notamment à travers l’Aragon, a également un arrêt obligatoire à Uncastillo, avec les restes de l’aqueduc de Los Bañales, qui conserve encore une grande partie des piliers d’origine. Il est également possible de visiter d’autres vestiges romains dans la ville, tels que les thermes.

Aqueduc de Puente Moros, Alcanadre

Aqueduc d'Alcanadre ou Pont des Maures

Aqueduc d’Alcanadre ou Pont des Maures. | Ministère de l’agriculture, de la pêche et de l’alimentation

Cet aqueduc transportait l’eau de la région d’Alava à Calahorra elle-même, Calagurris, avec un parcours d’environ 30 kilomètres. Elle est très proche de la frontière entre La Rioja et la Navarre, et est facilement accessible par la route. Malheureusement, le passage du temps et le pillage des pierres de taille pour la construction d’un barrage ont laissé en une douzaine d’arches seulement les 108 que les chercheurs pensent qu’il avait à l’origine. Cela ne rend pas ses vestiges moins intéressants et c’est une visite, sans doute, recommandée. Il est considéré comme un Monument historique et artistique national depuis 1970.

Aqueduc de Tiermes

Le complexe archéologique de Tiermes, à côté de son aqueduc

Le complexe archéologique de Tiermes, à côté de son aqueduc. | Shutterstock

Ségovie n’est pas la seule ville castillane qui possède encore les canaux romains d’approvisionnement en eau. Tiermes, dans la province de Soria, possède des sites archéologiques intéressants de cette époque, ainsi que de son passé celtibère. L’aqueduc romain est creusé dans la roche et des visites guidées sont organisées tout au long de ce vaste parcours. Le complexe hydraulique comprend diverses constructions, dont un tunnel de 140 mètres de long. Vous pouvez même passer par certaines sections souterraines.

Aqueduc de Los Milagros, Mérida

Aqueduc de Los Milagros

Aqueduc de Los Milagros. | Shutterstock

Cet aqueduc est l’un des exemples les plus impressionnants de l’ingénierie romaine encore préservée dans le sud de l’Europe. Il est l’un des mieux conservés non seulement en Espagne, mais aussi dans le monde. Son surnom, Los Milagros, vient des habitants de la région eux-mêmes en raison de la vue imprenable sur l’ensemble. En ce qui concerne sa fonction, il s’agissait de transporter de l’eau depuis le nord de Badajoz. Plus précisément, du marais connu sous le nom de Proserpina, où l’eau était captée, à la ville de Mérida, Emerita Augusta. Une partie de sa conception originale est allée sous terre jusqu’à l’arcade, adaptée aux différents niveaux du sol.

Il atteint 27 mètres à son point le plus haut et a atteint aujourd’hui plus de 800 mètres de long de l’aqueduc d’origine. Bien qu’il soit possible d’observer une certaine réforme, cet aqueduc fait obligatoirement partie du vaste patrimoine romain de toute l’Estrémadure. De plus, il est librement accessible et vous pouvez passer par là lorsque vous faites la Vía de la Plata. Près de l’aqueduc de Los Milagros se trouve celui de San Lázaro qui a également alimenté Emerita Augusta. Il est situé dans les jardins de la rivière Albarregas et, bien qu’il ne soit pas entièrement romain, son état de conservation mérite une visite.

Les trois aqueducs de Cordoue

Les vestiges de l'aqueduc Aqua Vetus

Les vestiges de l’aqueduc Aqua Vetus | Wikipedia

Une grande ville a besoin d’un service adapté à ses besoins. La plupart des maisons de Cordoue avaient de l’eau à l’époque hispanique. La raison n’est autre que ses trois aqueducs, bien que le palais de Maximianus Herculeus ait déjà eu besoin d’une de ces constructions. Le premier était l’aqueduc de Valdepuentes, ou Aqua Vetus. Mais l’expansion de la ville a rendu nécessaire un second aqueduc, appelé Aqua Nuova Domitiana Augusta, en l’honneur de l’empereur Domitien, au 1er siècle après J.-C. Le troisième, centré sur le palais mentionné, est d’un âge plus avancé, contrairement à la plupart des aqueducs romains en Espagne. Vous pouvez visiter les vestiges archéologiques avec des guides et profiter de l’occasion pour en apprendre un peu plus sur un autre des noyaux romains fondamentaux de la péninsule.

Aqueduc romain de Sexi, Almuñécar

Aqueduc d'Almuñécar

Aqueduc d’Almuñécar. | Shutterstock

Les vestiges de cet aqueduc au nom évocateur sont visibles dans différentes parties des provinces d’Almuñécar et de Grenade. Une partie de son tracé, conçue pour extraire l’eau des aquifères, est souterraine, avec des sections plus superficielles et d’autres creusées à plusieurs mètres de profondeur. Il comporte au total cinq segments depuis son origine jusqu’à son écoulement pratique sur la côte. Le plus populaire, connu sous le nom de La Carrera, est situé près de la place principale et possède également quelques bains romains. Actuellement, certaines parties de l’aqueduc sont encore utilisées comme canaux d’irrigation. Il est considéré comme un Bien d’intérêt culturel depuis quelques années avant la guerre civile espagnole.

Aqueduc de Cadix

Fragment de l'aqueduc de Cadix sur la place Asdrubal

Fragment de l’aqueduc de Cadix sur la place Asdrubal

Cadix était un autre des centres les plus importants d’Hispanie au niveau stratégique et démographique. Bien que l’aqueduc de Gades ne soit pas très connu et ne puisse être admiré que depuis une partie très inclinée de ses vestiges, il atteignait près de 80 kilomètres de long. Cela le placerait parmi les cinq plus longues de l’histoire de l’Empire romain. Elle serait également la deuxième plus grande d’Espagne en termes de kilomètres. Grâce aux Phéniciens, il y avait déjà une certaine infrastructure hydraulique dans la région, qui a été en partie utilisée par les Romains pour ce gigantesque travail d’ingénierie.

Aqueducs de la Rambla de Carcauz

Aqueducs de la Rambla de Carcauz. | Wikimedia

Il s’agit d’un ensemble d’aqueducs qui relient les municipalités de Felix et Vícar, à Almería, au pied de la Sierra de Gádor. Ils sont reliés par un système de fossés et peuvent être visités sur les sentiers de randonnée de la région. Des sections d’arcs allant jusqu’à trois étages ont été conservées et, bien que l’on estime que les matériaux remontent à l’époque romaine, certains éléments indiquent que certains d’entre eux pourraient remonter à l’époque de l’invasion islamique.


About the author

Autres nouvelles intéressantes
Lointains et presque perdus, de nombreux petits villages ont réussi à prospérer dans des environnements Más información
Dans la province de Cadix se trouve cette belle petite bourgade appelée Olvera. Ce qu’il Más información
Rome est entrée dans la Galice actuelle au premier siècle de notre ère. Ses campagnes Más información
L'exploitation minière fit de l'Hispanie un territoire prioritaire pour Rome. En témoignent des environnements tels Más información
De nombreuses civilisations ont traversé la péninsule ibérique depuis des temps immémoriaux. Cependant, peu ont Más información