11 recoins des Asturies que vous ne connaissez probablement pas

Il y a des recoins dans la région des Asturies que vous ne connaissez peut-être pas encore, chargés d’histoire et de paysages qui méritent d’être découverts. Les Asturies sont une terre de contrastes, avec des plages, des falaises et des forêts, et de charmants villages, certains mariniers et d’autres montagnards. Vous avez peut-être déjà vu les endroits les plus emblématiques de la région, mais nous vous mettons au défi de découvrir ces sites un peu plus retirés des Asturies

L’église de la Regalina

Église de la Regalina

Église de la Regalina | Shutterstock

Sur la côte ouest des Asturies se trouve ce petit joyau, tout juste dans le village  de Cadavedo, à mi-chemin entre Cudillero et Luarca, reliés par l’A-8. Complétant ces beaux villages, parcourus par les pèlerins du Chemin du Nord, L’église est une  curieuse  chapelle toute simple située dans un lieu d’une beauté exceptionnelle d’où vous pourrez profiter de l’une des plus belles vues de la côte asturienne. Avec ses couleurs blanches et bleues, elle se détache sur la mer, le ciel bleu et les falaises. La plage la plus fréquentée de Cadavedo est également visible depuis l’église de la Regalina. C’est La Ribeirona, située sur la droite. L’église date de 1931 et depuis cette année-là un pèlerinage annuel y a lieu pour honorer la Vierge de Riégala, patronne de la ville  qui est dénommée avec reconnaissance “la Regalina”.

Cascades d’Oneta

Cascades d’Oneta

Cascades d’Oneta | Shutterstock

Depuis le village d’Oneta part un itinéraire à travers l’un des sites les plus magiques des Asturies. Trois cascades sont les étapes de cet itinéraire à travers la forêt. La première des cascades d’Oneta s’appelle La Firbia et est située près du village, avec une chute d’eau de 15 mètres de hauteur. Un peu plus bas se trouve un ancien moulin. La seconde est connue sous le nom de La Firbia de Abajo. Pour y accéder, il faut traverser une pente raide. Elle se cache entre la végétation. Enfin, la troisième est la Maseirúa, mais c’est la plus inaccessible, il suffit donc de voir les deux premières.

Santa Cristina de Lena

Santa Cristina de Lena

Santa Cristina de Lena | Shutterstock

Dans le Conseil Lena se trouve l’un des endroits les plus méconnus mais aussi entre les plus intéressants des Asturies : l’église de Santa Cristina de Lena. Il s’agit d’une église préromane érigée au milieu du IXe siècle sur une colline. Elle est cataloguée au Patrimoine mondial de l’Unesco. L’une des curiosités de cette église est son plan en forme de croix grecque, inhabituel dans l’architecture asturienne.

Intérieur du presbytère de l’église de Sta. Cristina de Lena

Intérieur du presbytère de l’église de Sta. Cristina de Lena | Depositphotos

Son intérieur original est de plus surprenant, un temple voûté et conçu traversé d’arcs en plein cintre. Il existe plusieurs théories au sujet de son architecte, car ses origines ne sont pas documentées. Elle est située au sud de Mieres et est bien reliée à Oviedo.

Le Phare d’Avilés

Phare de San Juan

Phare de San Juan | Shutterstock

Situé sur la Punta del Castillo de la péninsule de Nieva, dans le conseil de Gozón, se dresse le phare d’Avilés aussi appelé le phare de San Juan. Il est situé sur la marge orientale de l’entrée du célèbre estuaire d’Avilés, sur de hautes falaises. L’endroit où se trouve le phare était autrefois occupé par le château de San Juan, défendant l’entrée du port. De ce point, on jouit d’une magnifique vue panoramique sur la côte, avec les plages de Salinas et d’El Espartal au premier plan.

Église de Nuestra Señora de los Dolores

Église de Nuestra Señora de los Dolores

Église de Nuestra Señora de los Dolores | Shutterstock

Ce n’est peut-être pas l’église la plus monumentale mais si l’un des endroits les plus méconnus et les plus beaux des Asturies. Nous parlons de l’église de Nuestra Señora de los Dolores, à Barro, un village de la municipalité de Llanes. Lorsque l’eau atteint le mur qui entoure l’église et le cimetière par derrière, l’ensemble se reflète dans les eaux de l’estuaire de Barro créant une image bucolique. Formant une petite péninsule, ce paysage peut être vu depuis la route qui part de Barro, utilisée par les pèlerins se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Ensemble Ethnographique de Teixois

Ensemble Ethnographique de Teixois

Ensemble Ethnographique de Teixois | Shutterstock

L’un des sites les plus intéressants des Asturies est le village inhabité d’Os Teixois, un hameau situé tout près de Taramundi. Actuellement, l’enceinte est devenue un complexe ethnographique conservé pour le tourisme. C’est un composé d’anciens moulins hydrauliques qui sont conservés et entretenus de manière exceptionnelle. Ces machines peuvent être visitées avec des responsables de l’ensemble qui donnent les explications pertinentes sur leur histoire et leur fonctionnement. De plus, l’environnement dans lequel ces moulins et autres structures sont situés est particulièrement beau, parmi les montagnes, les sentiers et les ruisseaux des environs.

Tapia de Casariego

Tapia de Casariego

Tapia de Casariego | Shutterstock

Bien que Tapia de Casariego soit une petite ville jacobine très fréquentée par les touristes l’été, il y a encore beaucoup de gens qui ne la connaissent pas. Elle vaut bien la peine(ou non) d’y venir. Pour cela, vous pouvez prendre l’autoroute A-8, qui la traverse. A proximité se trouvent Navia ou encore Ribadeo. La commune est celle dans laquelle on parle le galicien-asturien c’est à dire l’eonaviego.

Piscines de Tapia de Casariego

Piscines de Tapia de Casariego | Photo: Shutterstock

Ceux qui aiment la plage trouveront ici une oasis de sable et de mer, ainsi que ceux qui aiment surfer. Limitant avec la mer Cantabrique au nord et le conseil de Castropol au sud, ceux qui ne sont pas trop attirés par la plage peuvent profiter de ses piscines marines avec vue sur la mer. Le port de pêche, animé et charmant joue ici un rôle important. Vous pouvez y déguster la gastronomie asturienne dans de nombreux bars et restaurants. De là, vous ne devriez pas manquer de faire une promenade à pied jusqu’au phare.

Plage d’Andrín

Plage d’Andrín

Plage d’Andrín | Shutterstock

Faisant partie du paysage protégé de la côte orientale, cette plage en forme de coquille offre un paysage spectaculaire. Située dans le conseil de Llanes, nous vous recommandons d’observer la plage depuis le belvédère de La Boriza pour bien la voir sous tous ses angles. La plage d’Andrín forme un ensemble de carte postale avec la plage de Ballota et l’îlot de Castro. Cette plage de 200 mètres est protégée par de hautes falaises. Son sable blanc et ses eaux claires sont attirants, mais attention, il faut être prudent, car les courants qui s’y produisent sont dangereux. Elle est facilement accessible en voiture depuis la ville d’Andrín.

Parc naturel de Redes

Parc Naturel de Redes

Parc Naturel de Redes | Alcoyote89

Le Parc Naturel de Redes cache bien des recoins fascinants des Asturies. Déclaré Réserve de Biosphère par l’Unesco, ce parc naturel comprend les conseils asturiens de Caso et Sobrescobio. Vous pouvez y voir la nature dans toute sa splendeur à travers les forêts de hêtres, les grottes, les glaciers et les villages de pierre.

Itinéraire de l’Alba, Parc Naturel de Redes

Itinéraire de l’Alba, Parc Naturel de Redes | Elfodelbosque

Qui veut le connaître doit se rendre au Centre de Réception et d’Interprétation de Redes situé à Campo de Caso. De là, on peut réaliser des itinéraires guidés vers la route d’Alba, avec des cascades impressionnantes ou la route des gorges d’Arrudos jusqu’au lac Ubales.

Les hórreos (greniers) d’Espinaredo

Espinaredo

Espinaredo | Shutterstock

Ne vous laissez pas abuser par ce petit village, car à lui tout seul il conserve ses trésors : 30 hórreos et 6 paneras. Tout un site du patrimoine traditionnel de grande valeur. Les greniers d’Espinaredo, situés dans la région de l’Alto Piloña, sont un exemple de bonne conservation. Ce sont des constructions en hauteur utilisées pour stocker de la nourriture. La plus ancienne de ces structures fut construite en 1548.

Place de Carbayedo

Place de Carbayedo

Place de Carbayedo | Shutterstock

À la recherche de certains des sites les plus méconnus des Asturies, vous pouvez envisager une visite de la curieuse Place de Carbayedo, dans la ville d’Avilés. C’était autrefois une zone boisée, d’où son nom, car le carbayo est le chêne en asturien. Aujourd’hui, la place conserve les vestiges de cet environnement rural, avec les maisons traditionnelles de la région. Le grenier est également conservé, symbole sans équivoque de l’architecture rurale des Asturies. De même, dans le haut de la place, il y a une chapelle dans laquelle il faut voir trois images très populaires à Avilés lors de la Semaine Sainte. Ce sont La Dolorosa, Jesulín de Galiana et Saint Jean l’Évangéliste. Autour de la place, il y a aussi des bars où vous pourrez déguster la bonne gastronomie asturienne de tous genres.


About the author

Autres nouvelles intéressantes
Le Train de Sóller est l'une des principales attractions touristiques de Majorque, un chemin de Más información
Les montagnes qui séparent l'Espagne de la France ont façonné l'une des frontières les plus Más información
S’étendant depuis la Navarre jusqu’ à la province de Gérone, les Pyrénées forment la frontière Más información
Lointains et presque perdus, de nombreux petits villages ont réussi à prospérer dans des environnements Más información
Pampaneira est l'un de ces villages méconnus de la province de Grenade où il est Más información