9 randonnées aux environs de Madrid en plein air

Bien que l’attention touristique de la Communauté de Madrid se concentre principalement sur sa capitale, ce n’est pas la seule alternative. Son environnement rural est parsemé de lacs de barrages, de rivières et de montagnes, comme vous le prouve un simple coup d’oeil vers ses montagnes. Dans tout cet environnement naturel, vous pouvez faire de la randonnée comme nulle part ailleurs. Plus isolées, plus populaires, avec ou sans  charge culturelle, les possibilités sont très variées. Des itinéraires fantastiques  pour profiter de randonnées dans la province aux environs de Madrid sans en sortir.

La cascade du Purgatorio et El Paular  (15 km)

Monastère de Santa Maria de El Paular

Monastère de Santa Maria de El Paular. | Shutterstock

Cet itinéraire linéaire, entre l’aller et le retour, résulte conformer  une distance respectable. Ce sont  15 kilomètres au cours desquels vous profiterez à la fois de la nature et de l’un des plus beaux exemplaires de monastère de chartreux en Espagne. C’est précisément depuis le monastère de El Paular que commence ce parcours de randonnée dans les environs de Madrid. Très influente, sa communauté  inspira la création de la célèbre Cartuja de Séville. De même la popularité qu’il  atteignit à la fin du XIVe a conduit à la construction d’un édifice pour l’ordre à Grenade. En tout cas, il fut plus ou moins délaissé  pour surmonter le célèbre pont du Perdón. Il convient de noter que l’on y arrive très facilement par l’A-1 et Rascafría.

Une fois traversée la rivière Lozoya, vous marchez au sein d’un bel environnement naturel marqué par les petites voies fluviales locales. Les protagonistes sont les pins ainsi que les saules et les noisetiers. Il n’y a pas trop d’inégalités de terrain, donc  pas trop de difficultés. La récompense finale fait partie du ruisseau que l’on a remonté: les cascades du purgatoire. Son propre nom l’indique c’est une cascade de 10 mètres de hauteur, liée au folklore local. Des légendes les placent comme un lieu où errent les âmes perdues des pêcheurs locaux.

Cancho de la Cabeza depuis Patones de Arriba (12 km)

Patones de Arriba

Patones de Arriba, point de départ de l’itinéraire

Ce village noir, toujours parmi les plus beaux de Madrid, Patones de Arriba est un favori des autochtones et des visiteurs. Cette enclave qui respire l’authenticité par tous ses pores est également idéale pour la randonnée. Parmi les différentes alternatives qui existent, comme voir des ruines antiques dans la Dehesa de la Oliva, la plus populaire consiste à monter jusqu’au dit Cancho de la Cabeza. Cette montagne permet de contempler depuis une certaine hauteur que l’on suppose son point culminant, le village et ses alentours…

Ce sont 12 kilomètres de circuit qui, selon la façon dont ils sont pris, peuvent occuper une bonne partie de la journée. Il a plus de 500 mètres de dénivellation. Rien qui ne puisse être surmonté avec patience mais qui met en difficulté ceux qui n’ont pas l’habitude de bouger. La récompense du couronnement, après avoir traversé un environnement de végétation basse, magnifique aux saisons intermédiaires sont de splendides vues panoramiques sur Patones et le lac d’Atazar.

La Chorrera de San Mamés (8 km)

La Chorrera de San Mamés

La Chorrera de San Mamés. | Wikimedia

Si la cascade du Purgatoire ne vous a pas suffi, le chemin de la Chorrera de San Mamés est un autre itinéraire de randonnée dont le final est une cascade et un paysage spectaculaire. Ici, ce sont environ 30 mètres de chute d’eau. San Mamés est le village d’où part le trajet. Il est facilement accessible depuis Buitrago de Lozoya, où le moyen le plus simple  pour y aller est la voiture par l’A-1. Il y a à peine quatre kilomètres à parcourir, mais étant la marche linéaire, il faut revenir sur ses pas pour revenir au point de départ.

Des chênes et des sentiers marquent le début du parcours. Les montagnes au nord et la proximité de Ségovie marquent une zone de fort caractère montagnard et agraire. Avant d’atteindre la Chorrera de San Mamés, vous traversez un environnement boisé de pins, donc le résultat d’une reforestation au XXe siècle. La brièveté de cet iténéraire le rend idéal pour le réaliser avec des enfants le matin. De cette façon, vous pourrez déjeuner dans le coin et continuer par la visite des terres du Lozoya  l’après-midi.

Les Gariñas à Buitrago de Lozoya (4 km)

 lac de Puentes Viejas près de Buitrago

Les Gariñas et le lac de Puentes Viejas près de Buitrago. | Shutterstock

Buitrago est connue pour son caractère médiéval et fortifié. C’est pour cette raison une destination bien connue, où l’on arrive facilement par l’A-1 et les transports publics. Entourée de cours d’eau, la pinède de Las Gariñas est une option très polyvalente.  Elle est située sur le versant sud du lac de Puentes Viejas. Bien que les sentiers ne soient pas balisés, les itinéraires tout autour sont très faciles à parcourir. Dans ce cas, l’itinéraire de quatre kilomètres qui  est décrit ici,  est une balade adaptée à tous.

Une aire de loisirs à côté du sentier Manjirón traverse une forêt de pins. Si vous suivez la version courte, lorsque vous arrivez à certains édifices, vous devez tourner vers le lac, à gauche et une fois que vous en avez atteint les abords, tournez à nouveau de 90 degrés dans la même direction.  Vous finira par revenir au point de départ. Si vous souhaitez prolonger la promenade, vous pouvez continuer à partir des édifices mentionnés le long de la route de Buitrago à Puentes Viejas. Il existe des variantes de 12 et jusqu’à 20 kilomètres, ce qui prendrait toute la journée. Le printemps est le meilleur moment de l’année pour le faire.

Le Tolmo de la Pedriza (8 km)

Le Tolmo de la Pedriza

Le Tolmo de la Pedriza. | Shutterstock

Près de Manzanares el Real et au bord du lac de Santillana, La Pedriza est l’un des sommets préférés de Madrid. Encastrée dans le parc de la Cuenca Alta del Manzanares, ses possibilités sont énormes et pour tous les goûts. Entre rochers, hautes roches ou énormes pierres détachées, s’étale l’un des plus clairs exemples de comment la nature peut être sauvage et abrupte. Le Tolmo est une barbarie de pierre qui dépasse 500 tonnes. Un énorme rocher tombé de la montagne de laquelle il faisait partie.

Pour le voir, le mieux est de se rendre à Canto Cochino en voiture. De cette façon, jusqu’à El Tolmo, il n’y a plus que huit kilomètres. Sur le chemin, vous traversez des prairies, une belle campagne et vous voyez aussi quelques abris. Cette partie de La Pedriza est très accessible. Ce qui n’est pas le cas du Yelmo, une hauteur avec des vues panoramiques superbes sur la capitale. Pour l’atteindre, vous devrez augmenter le kilométrage et avoir de vraiment bons mollets pour grimper à travers ces sections rocheuses,  un trajet uniquement pour ceux qui sont en bonne forme.

Route des Campiñas de Brea (18 km)

Alentours sauvage de Brea de Tajo

Alentours sauvage de Brea de Tajo. | Shutterstock

La position centrale de Madrid lui a valu pendant des siècles d’être un point critique dans le réseau de l’agriculture et de l’élevage espagnol. Les routes principales de la Mesta se combinaient avec des sections locales pour permettre de parcourir facilement la région avec du bétail. Une tradition qui se reflète dans des événements comme la journée de la Transhumance ou sur des itinéraires comme celui-ci. Partant de Brea de Tajo, dans la zone sud-est de la communauté près de Guadalajara, 18 kilomètres balisés vous attendent. Le chemin marqué passe par la Cañada Real Soriana, en plus des chemins locaux. Les oliveraies et les cultures conservent leur beauté loin des classiques de la montagne.

La Chaussée des Bourbons à Cercedilla (6 km)

Chaussée des Bourboms à Cercedilla

Chaussée des Bourboms à Cercedilla. | Shutterstock

Près de Cercedilla est ce qui pourrait être considéré comme le précédent direct de l’A-6. La dénommée chaussée des Bourbons construite par Philippe V pour relier son Palacio de la Granja et la capitale à travers la Sierra de Guadarrama. Elle coïncidait en partie avec une voie romaine encore bien plus ancienne dont la mission était de relier Saragosse à Mérida. D’où une certaine confusion entre les deux qui dura jusqu’à la fin du siècle dernier. En tout cas, pendant des années, cette voie royale fut un point de transit vital à Cercedilla.

Actuellement, une partie de l’itinéraire a été récupérée, de sorte que la Communauté de Madrid a organisé une courte voie de randonnée le long de ce trajet tracée avec des  dalles de pierres. Du parking de Majavilán jusqu’au col de Fonfría, il y a près de trois kilomètres, auxquels il faut ajouter ceux du retour. Sur le chemin, vous pourrez profiter d’un sentier historique facile à parcourir dans une vallée qui donne son nom à la hauteur qui en est le but.

Prairie à bœufs de Montejo de la Sierra (5 Km)

Prairie à bœufs de Montejo de la Sierra

Prairie à bœufs de Montejo de la Sierra. | Shutterstock

L’Estrémadure et Huelva sont les premiers endroits qui vous viennent à la pensée lorsque l’on parle de vastes pâturages. Cependant, ce type de prairie communale existe également dans d’autres parties de l’Espagne, comme à Madrid. Montejo en  a une grande et belle, ainsi qu’une voie balisée de cinq kilomètres pour la parcourir. Connue sous le nom de Dehesa boyal, c’est une zone couverte de chênes, calme et  qui jouit d’un aspect particulièrement remarquable en automne. Puisqu’il ne fait que cinq kilomètres et qu’il est circulaire avec un point de départ sur la place de la mairie, c’est un trajet idéal à combiner avec une visite à la forêt de hêtres de Montejo, un site du Patrimoine mondial.

Lagune du Campillo (7 Km)

Lagune du Campillo à Rivas

Lagune du Campillo à Rivas. | Shutterstock

Peut-être le moins isolé des coins de randonnée présentés dans cet article, la lagune de Campillo attend quiconque souhaite la connaître entre Rivas-Vaciamadrid et Arganda.  Elle est parfaitement connectée avec le centre par l’A-3. Vous y trouverez la tranquillité et la possibilité d’observer les oiseaux si vous y êtes au bon moment. Elle est également en de bonnes conditions et le chemin est balisé. Dans les environs, des vestiges préhistoriques ont été trouvés qui apportent une variété culturelle à ce parcours de près de sept kilomètres pratiquement plat. C’est l’une des meilleures options pour une matinée de fin de semaine avec des enfants.


About the author

Autres nouvelles intéressantes
Les montagnes qui séparent l'Espagne de la France ont façonné l'une des frontières les plus Más información
S’étendant depuis la Navarre jusqu’ à la province de Gérone, les Pyrénées forment la frontière Más información
Lointains et presque perdus, de nombreux petits villages ont réussi à prospérer dans des environnements Más información
Pampaneira est l'un de ces villages méconnus de la province de Grenade où il est Más información
La province de Badajoz, en Estrémadure, est un lieu plein d'histoire, d'art et de tradition. Más información