Château d’Arteaga en Espagne, un palais pour la dernière impératrice de France

Le château d’Arteaga se dresse catégorique, encadré dans un paysage d’une grande beauté. À première vue, il est facile de l’imaginer comme le protagoniste d’un monde de rêve, une sorte de transition temporelle. Peut-être fait-il partie du décor d’un film d’époque, avec des princesses, des chevaliers et même une sorcière sur le point d’entrer en scène. Mais de près, la robustesse de sa stature choque l’œil avec une dose de réalité tangible.

Sur la carte de la commune de Gautegiz-Arteaga, à 40 kilomètres de Bilbao, au cœur de la province de Biscaye, la présence de cette forteresse néo-gothique s’impose. La réserve de biosphère d’Urdaibai sert à son tour de toile de fond et de protagoniste d’une histoire dans laquelle les fils infinis du temps et de l’espace s’entremêlent. En les rassemblant, il est possible de voyager depuis sa construction au Moyen Âge jusqu’à sa restauration au XIXe siècle, avec un caractère français marqué. Tout cela est possible en acceptant l’invitation à parcourir un passage chronologique, éclairé par la lumière des histoires à découvrir.

Un château en Espagne pour l’impératrice de France

Pendant des siècles, le château d’Arteaga a été le témoin silencieux d’événements historiques qui ont laissé leur propre empreinte sur ses murs. Sa silhouette imposante, visible à l’horizon dès l’estuaire d’Urdaibai ou de Gernika, ravive l’idée que les pierres parlent. Les histoires que ses murs pourraient raconter depuis sa construction, avec des pierres provenant des carrières de Gautegiz-Arteaga, sont infinies.

Vue du château d'Arteaga

Vue du château d’Arteaga | Shutterstock

La première forteresse, du XIIIe siècle, consistait en une enceinte fortifiée avec un donjon central et quatre tours, une à chaque coin. Mais tout au long du XVe siècle, sa physionomie se modifie, en raison des intempéries d’une géographie marquée par le climat du golfe de Gascogne. Mais surtout en raison des guerres et des batailles qu’il a dû affronter à de nombreuses reprises. Il a même été détruit en 1358 par Pierre Ier de Castille.

Plus tard, pendant les guerres carlistes, il a été pris par les troupes du général Velasco, et est devenu la résidence personnelle de ce dernier. Mais même avant cet épisode, l’avenir du château d’Arteaga semblait incertain. Il ne reste plus grand-chose de la splendeur de ses célèbres tours, Arteaga et Gautegiz, ainsi nommées en l’honneur des terres qu’elles gardaient. Il ne reste pas grand-chose des douves ou des ponts-levis. Il est resté muet, visité seulement par l’air marin provenant des plages et des falaises voisines.

Tampon avec l'image de l'impératrice Eugénie de Montijo

Tampon avec l’image de l’impératrice Eugénie de Montijo | Shutterstock

C’est au XIXe siècle qu’un mariage impérial inattendu défraie la chronique politique et sociale du Vieux Continent. Le 30 janvier 1853, Louis Napoléon Bonaparte, neveu du légendaire Napoléon, épouse une Espagnole, Eugénie de Montijo. L’entrée du château d’Arteaga dans l’équation impériale est due à l’ascendance de la belle Eugénie. L’impératrice était liée à cette province historique en raison de sa parenté avec les seigneurs d’Arteaga et de Gasteiz. Sur la base de cette ascendance, les Assemblées générales de Biscaye ont décidé en 1856 de faire du fils de l’empereur un Biscayen d’origine. Ainsi, Eugène Bonaparte devient le propriétaire légitime de cette forteresse située dans la partie sud du Pays basque.

Peu de temps après, à la demande des empereurs, les travaux de restauration et de rénovation de l’édifice ont commencé, confiant cette tâche à Couvrechet, l’architecte de la cour. Après sa mort, succédée par Ancelet, la transformation du château se traduit par la construction d’un donjon néo-gothique. Ainsi, entouré de jardins conçus par Newman, jardinier de la maison royale française, un palais néo-médiéval a été érigé au-dessus du bleu foncé de l’estuaire de Gernika. Le fils d’Eugénie et de Napoléon III n’a jamais vécu ici, même s’il a envoyé du personnel et des ouvriers de France.

Détail du blason sur la façade

Détail du blason sur la façade | Shutterstock

Finalement, la propriété est restée entre les mains de la Maison d’Alba. Un oratoire orné de vitraux, une immense chambre impériale au premier étage et, sur la façade principale, un gigantesque blason. Ce ne sont là que quelques-uns des éléments qui composent les quatre étages, reliés par un escalier en colimaçon. De l’entrée à la terrasse surplombant la vallée, le château est un rêve devenu réalité dans un décor de conte de fées.

Une enclave magique

Vue aérienne de la réserve de biosphère d'Urdaibai

Vue aérienne de la réserve de biosphère d’Urdaibai | Shutterstock

Le château d’Arteaga est situé dans une enclave privilégiée, au cœur de la réserve de biosphère d’Urdaibai. Un espace déclaré par l’UNESCO en 1984, qui occupe une géographie changeante et surprenante. À quelques kilomètres de là, en un clin d’œil, le voyageur peut se retrouver au milieu d’une nature qui le submerge complètement. La visite peut commencer par un passage à travers des forêts luxuriantes habitées par une énorme variété d’oiseaux. L’Urdaibai Bird Centre est un arrêt obligatoire pour les amateurs d’ornithologie. Après cela, il faut emprunter un chemin jusqu’à arriver à la chapelle San Pedro de Arratxe, où profiter des vues spectaculaires.

En suivant le périmètre de la réserve, petit à petit, il est possible de suivre l’histoire de sa vie. En chemin, on trouve des grottes millénaires, comme celle de Santimamiñe, dans la partie sud du mont Ereñozar. Un établissement humain, orné de peintures rupestres, datant de quelque 14 000 ans, déclaré site du patrimoine mondial. En poursuivant le parcours, les traces de l’art et de la nature se rejoignent à nouveau dans la pinède décorée en couleurs par Agustín Ibarrola dans la forêt d’Oma.

Pinède dans la forêt d'Oma

Pinède dans la forêt d’Oma | Shutterstock

Au-delà des arbres, on peut entendre le rugissement de la mer Cantabrique qui s’approche et s’éloigne. Ses courants entourent l’île légendaire d’Izaro, se brisent contre San Juan de Gaztelugatxe, criant, dans une vague, le nom de Mundaka. À l’embouchure de la rivière Oka, le magnifique jardin botanique de l’île de Txatxarramendi nous attend, avec le secret du port romain de Portuondo ancré sur sa rive. Pendant ce temps, le Moyen Âge attend au sommet de l’Ereñozar, plein de légendes et de vestiges fortifiés. De là, la vue se perd sur les montagnes de Durangaldea.

À ne pas manquer les villes et villages qui se trouvent aux environs du château d’Arteaga. De Gernika à Bilbao, Bermeo ou Saint Sébastian ou, de l’autre côté de la frontière, à Biarritz, pour suivre les traces d’Eugénie de Montijo. Et dans l’épilogue, encore une fois le château comme fin du voyage, où contempler l’horizon depuis une de ses tours.


About the author