11 villages côtiers d’Espagne où l’on peut vraiment sentir la mer

Toute la côte n’est pas une plage. Le long des milliers de kilomètres de côtes espagnoles, on trouve également de remarquables villages de côtiers en Espagne. Des endroits où la mer nourrit la majorité des gens depuis longtemps. Déjà grâce à la pêche, aux chantiers navals ou au commerce portuaire, ces environnements ont prospéré. Aujourd’hui, ils mêlent leur tradition basée sur la mer au tourisme. Des enclaves parfaites à découvrir chaque fois que cela est possible.

Mutriku, Guipúzcoa

Mutriku

Mutriku | Shutterstock

Entre Deba et Ondarroa se trouve ce petit village de pêcheurs. Sa baie abrite un port actif qui garde les bâtiments de Mutriku sur les hauteurs. Ce facteur vertical est fourni par le Mont Arno, la principale montagne de la région. Grâce à cela, il existe un contraste reconnaissable entre les montagnes et la mer qui caractérise le golfe de Gascogne. Bien qu’il y ait encore quelques bateaux de pêche, une activité qui était la principale activité de l’économie locale dans le passé, le tourisme et la petite industrie sont les moteurs actuels de la population.

Sa liaison maritime, en plus du charmant port, est évidente à travers deux espaces culturels. Il s’agit des musées Nautilus et Bentalekua. Le premier concerne le flysch noir de Mutriku, une formation géologique intéressante. Le second est situé dans le marché aux poissons et explique comment la pêche a soutenu la ville pendant des siècles. Les églises, les palais et l’excellente gastronomie complètent les attraits de ce lieu de Guipúzcoa.

Armintza, Biscaye

Armintza en Biscaye

Armintza en Biscaye. | Shutterstock

Bien qu’il ait toujours été un petit quartier de la municipalité de Lemóniz, Armintza a gagné du terrain sur le reste des villages de la région grâce au grand cadre dans lequel il se trouve. Ses origines remontent au Moyen Âge, comme village de pêcheurs et lieux de repos pour les petits bateaux. Cependant, avec l’essor du tourisme au cours du XXe et du XXIe siècle se développe un côté plus touristique. Malgré cela, cette ville de Biscaye est toujours un endroit calme et très lié à la mer à deux pas de Bilbao.

Navia, Asturies

Navia dans les Asturies

Navia dans les Asturies. | Shutterstock

Nichée dans l’estuaire où le fleuve qui lui donne son nom et la mer Cantabrique se rejoignent, cette ville asturienne s’élève imposante. Les chantiers navals jouent toujours un rôle crucial dans ce lieu. En plus de cela, il existe une industrie et un secteur de l’élevage puissants. La pêche a considérablement diminué ces dernières années, bien qu’elle soit toujours présente au sein du Conseil. Il fait partie du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, et son pont sur l’estuaire est donc l’un de ses éléments les plus connus. Il possède également des plages intéressantes et se trouve à proximité de sites tels que Luarca, Cudillero ou la Regalina.

Tazones, Asturies

Tazones

Tazones. | Shutterstock

La commune de Villaviciosa est connue pour son cidre, étant une route de pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle. En outre, l’un de ses points forts historiques a été le premier débarquement en Espagne du jeune Charles Quint. Il l’a fait par l’intermédiaire de Tazones, un village de pêcheurs qui a toujours eu un grand charme. En parfaite harmonie avec la mer, c’est une enclave de pêche idéale pour déguster les produits du Golfe de Gascogne. Il possède aussi un ensemble d’attractions spectaculaires : des empreintes de dinosaures, une maison faite de coquillages et un beau phare.

O Porto do Barqueiro, La Corogne

O Barqueiro

O Barqueiro. | Shutterstock

L’Estaca de Bares est le point géographique qui sert habituellement à délimiter l’Atlantique et la mer Cantabrique. Sur le côté oriental du cap, inséré dans un estuaire, O Barqueiro apparaît comme le village le plus septentrional d’Espagne. La localité partage son nom avec le petit estuaire où elle est située. C’est précisément le besoin traditionnel de traverser en bateau qui a donné naissance à ce nom.

Sa rivière, la Sor, accueille des saumons pendant les saisons correspondantes. Les oiseaux de mer, dans leurs mouvements migratoires, s’arrêtent également aux alentours d’O Barqueiro. Les plages et les itinéraires de randonnée augmentent le potentiel de toute escapade sur place. Cependant, la forme du port, avec les maisons qui l’entourent, est la carte postale la plus remarquable.

A Guarda, Pontevedra

A Guarda à Pontevedra

A Guarda à Pontevedra. | Shutterstock

L’un des plus grands villages de cette revue, A Guarda, attend juste à la frontière avec le Portugal, face à l’Atlantique et à l’embouchure du Miño. En fait, le ferry est toujours l’un des moyens de passer d’un côté à l’autre du fleuve. La pêche est encore très vivante et se reflète dans l’architecture. Grâce à cela, la qualité de ses poissons et fruits de mer est excellente. Ainsi, le port de pêche est la principale référence du village, à côté de la promenade.

Las Negras, Almería

Las Negras à Almería

Las Negras à Almería. | Shutterstock

Bien que vous ne puissiez pas voir un port en tant que tel, les bateaux sur les plages indiquent l’origine de Las Negras. Cela marque dans une large mesure l’offre gastronomique locale. Autour du centre de ce petit village s’élèvent des montagnes volcaniques qui donnent un grand sentiment d’isolement. Ceci, ajouté à l’agréable climat méditerranéen, fait que plus de la moitié de la population soit étrangère.

Dans tous les cas, une visite sur place permet de découvrir des coins intéressants. Par exemple, la crique de San Pedro, où un petit groupe de maisons prospère sous la forme d’une commune hippie à côté des vestiges d’une forteresse réutilisée par la Guardia Civil. Un cas similaire à celui du village voisin de San José, également à Almería. Un ensemble de dunes fossilisées complète le littoral de cette partie du parc naturel de Cabo de Gata-Níjar. La randonnée est une autre activité populaire lors d’un voyage à Las Negras, ainsi que les sports de mer.

Moraira, Alicante

Plage El Portet à Moraira

Plage El Portet à Moraira. | Shutterstock

Faisant partie de la municipalité de Teulada, Moraira est moins connu que les villages voisins comme Denia, Javea ou Calpe. Un petit fort de 1744, qui comme les tours de guet de Cadix, Malaga ou Grenade servaient à protéger le lieu des attaques berbères, a permis à ce village de se développer. La fin de la piraterie au XIXe siècle a signifié sa consolidation. Au-delà de la pêche, la sécurité de ses côtes lui a permis de servir au stockage et au chargement des raisins secs.

L’emplacement qui l’a rendu sûr, à côté des montagnes typiques de cette région d’Alicante, a également servi à devenir un environnement touristique de première classe au XXe siècle. Une reconversion qui a amélioré son port et ses infrastructures. Cependant, il n’a pas perdu l’atmosphère entre la mer et l’agriculture qui caractérisait la Moraira primitive.

Llafranc, Girona

Llafranc sur la Costa Brava

Llafranc sur la Costa Brava. | Shutterstock

La Costa Brava est un endroit où il est difficile d’échapper à la surpopulation. Llafranc réussit en partie. Ce village de Palafrugell est situé dans une petite baie avec une belle plage, port de plaisance compris. Durant la seconde moitié du XXe siècle, il a connu la même explosion touristique que ses voisins, mais il a conservé une bonne partie des maisons et bâtiments historicistes construits il y a plusieurs décennies. Grâce à cela, malgré le fait qu’en été il a tendance à être saturé, il conserve son air quelque peu démodé.

La Caleta de Vélez, Malaga

La Caleta de Vélez

La Caleta de Vélez. | Shutterstock

Ce village de pêcheurs est semblable à Moraira et Llafranc. Tous se trouvent dans des zones où la pression touristique est énorme, mais ils ont réussi à préserver leur essence. En fait, le caractère côtier de ce noyau de Vélez-Malaga n’a fait que s’accroître ces dernières années. Ainsi, son port est l’un des plus importants pour cette activité sur la Costa del Sol. Grâce à cela, vous pouvez manger du excellent pescaíto frito (poisson frit).

Il était autrefois connu sous le nom de Pago de Trayamar, en référence à sa proximité avec la rivière Algarrobo et une ancienne nécropole phénicienne. Bien qu’il ait conservé son mode de vie maritime traditionnel, c’est aussi un endroit qui présente un grand aspect touristique.

Agaete, Grande Canarie

Agaete aux îles Canaries

Agaete aux îles Canaries. | Shutterstock

Le port de ce village canarien a joué un rôle clé dans la conquête de l’île de Grande Canarie par la Castille. Connu sous le nom de port de Las Nieves, c’était un point de débarquement qui a permis la création d’une base de référence. Au fil du temps, la pêche est devenue le centre de l’activité locale. Sa valeur historique, qui couvre toute l’histoire de l’île, est complétée par un environnement accidenté, beau et blanc.


About the author