Les grottes d’Ajuy, un ancien monument naturel au bord de la mer

Les grottes d’Ajuy sont situées dans la petite ville du même nom sur l’île de Fuerteventura et sont incluses dans le parc rural de Betancuria. Dans la municipalité de Pájara, le village est facilement accessible par la route FV-621. Ces grottes naturelles sont le résultat de la formation de coulées de lave dans les falaises. On peut y accéder par la mer, mais il est également possible de suivre un chemin qui part de la plage d’Ajuy.

Monument naturel des grottes d'Ajuy

Monument naturel des grottes d’Ajuy. | Shutterstock

D’une grande valeur géologique, paléontologique et culturelle, il est possible d’y observer des échantillons de la croûte océanique telle qu’elle s’est formée il y a 70 millions d’années. Un véritable monument naturel qui constitue sans aucun doute l’un des lieux les plus importants des îles Canaries. Ce n’est pas en vain, c’est l’une des plus anciennes terres des îles.

Les grottes d'Ajuy dès l'intérieur

Les grottes d’Ajuy dès l’intérieur. | Shutterstock

Origine des grottes d’Ajuy

On estime que son origine géologique est antérieure à la formation de l’île de Fuerteventura, il y a plus de 70 millions d’années. Les roches ont émergé de la croûte même de l’océan à une profondeur de 3 000 mètres, ce qu’on appelle le complexe basal. Ainsi, ils ont été exposés au-dessus du niveau de la mer. Cela en fait l’un des rochers les plus anciens de tout l’archipel. Un fait qui rend les grottes et la zone où elles sont situées encore plus intéressantes.

La légende veut que de nombreux pirates aient gardé de nombreux butins et trésors à l’intérieur. Entre-temps, sur le plan historique, Jean de Béthencourt, le conquérant des îles Canaries, a envahi l’île de Fuerteventura à partir de ce point. Au XVe siècle, après avoir pris le contrôle de Lanzarote et d’El Hierro, il a été reconnu par la Castille comme le seigneur des îles Canaries. Parmi ses mérites, on lui attribue également la fondation de Betancuria, l’ancienne capitale de l’île.

Déferlement de la mer dans les environs d'Ajuy

Déferlement de la mer dans les environs d’Ajuy. | Shutterstock

En 1987, il a été déclaré Monument naturel grâce à la grande variété de sédiments ignés et volcaniques qu’on y trouve. L’Union internationale des sciences géologiques estime qu’elle mérite de figurer parmi les 150 régions du monde présentant le plus grand intérêt géologique. Quelque chose qui se combine avec le lieu spectaculaire qu’ils forment, en regardant directement la mer.

Itinéraires autour des grottes d’Ajuy

Les grottes d'Ajuy depuis la côte

Les grottes d’Ajuy depuis la côte. | Shutterstock

Une rampe côtière de 1,5 km permet l’observation de ces cavités du Crétacé d’une grande valeur esthétique. Au début de la promenade, on atteint le Mirador d’Ajuy, un endroit idéal pour prendre des photos. Ainsi, il est possible de voir comment la mer atteint le rocher et est fortement repoussée par les souffleurs. Sur le chemin, vous pouvez également observer un groupe de roches pétrifiées sous l’effet de l’érosion. Ils sont formés par des fossiles de gastéropodes marins, des formations rocheuses et toutes sortes de sédiments océaniques.

Un peu plus loin se trouvent deux fours à chaux. Ce matériau, nécessaire pour blanchir les maisons traditionnelles des îles, était abondamment commercialisé. Cela a contribué à maintenir l’économie de l’île, au-delà de l’agriculture céréalière. Il est possible de descendre les escaliers jusqu’à l’embarcadère d’où partaient les bateaux pour la Grande Canarie et Ténériffe. De même, des poutres en béton ont été construites, toujours visibles, pour soutenir une rampe d’où les marchandises étaient descendues.

Ouverture des grottes d'Ajuy

Ouverture des grottes d’Ajuy. | Shutterstock

A la fin de la visite, il y a les escaliers qui descendent vers les grottes. Une promenade à l’intérieur des grottes permettra au visiteur de vivre une expérience préhistorique, mais avec le confort d’une lampe de poche à piles. Le lieu fait 40 mètres de haut, très humide et l’obscurité est accentuée par les murs de basalte. En outre, il s’agit d’un voyage dans le passé géologique lointain de l’archipel des Canaries. Il convient de noter que l’accès n’est pas adapté aux personnes à mobilité réduite.

Ajuy

Ajuy. | Shutterstock

Au-delà des grottes

La visite de la petite ville d’Ajuy est un complément parfait à la visite de ses grottes. C’est un petit village de pêcheurs qui possède de belles maisons blanchies à la chaux et génère une atmosphère évocatrice, calme et à l’écart des grandes villes. Pendant ce temps, sa plage est de sable fin volcanique. La forte houle qu’elle affiche lui a valu le nom de Playa de los Muertos (plage des morts). Ce malheureux nom est donné par les corps des noyés qui y sont venus par l’effet des courants marins. Quoi qu’il en soit, les couchers de soleil sur le banc de sable rendent la visite presque obligée.

L'île de Lobos

L’île de Lobos. | Shutterstock

Une autre visite recommandée serait celle des dunes de Corralejo et de l’îlot de Lobos. Deux parcs naturels et des zones protégées. L’îlot abrite plus de 130 espèces végétales et animales. Ses merveilleux fonds marins méritent une mention spéciale. Cette enclave était célèbre pour être l’une des maisons des phoques moines, qui ont malheureusement été pratiquement exterminés. Heureusement, depuis 2019, elles ont été réintroduites.

Plage de Cofete

Plage de Cofete. | Shutterstock

La visite des nombreuses plages de l’île est une autre possibilité d’élargir l’escapade, un classique du tourisme dans la région. A ne pas manquer Cofete, l’une des plus longues plages d’Espagne. Un environnement plein de légendes, par exemple sur l’existence d’une base sous-marine nazie secrète dans la Villa Winter. Elle offre également de magnifiques vues sur la péninsule de Jandia. En témoignage de l’origine volcanique de toutes ces îles, il convient de mentionner le volcan Calderón Hondo. Les amateurs de trekking apprécieront de faire le tour du site et pourront même apercevoir son cratère.


About the author