Route des églises de Tella : roman et nature au cœur de Huesca

La route des églises de Tella est plus qu’une promenade, plus qu’un itinéraire de rando en contact avec la nature. Cette route est un retour aux origines ancestrales des premières populations de cette région des Pyrénées aragonaises. Des populations qui ont laissé l’écho de leurs rites, le son des anciens sabbats résonnant entre les montagnes.

De sorcières, de pierre et de vent glacé se mélangent avec les légendes qui se concentrent aux portes du parc national d’Ordesa et du Mont Perdu. Des siècles d’histoire, des vallées infinies et la foi ont sculpté ce voyage à travers un trio d’églises ayant beaucoup de choses à raconter. Mais il est conseillé de ne pas en rester là, mais de choisir de se laisser aller. Osez regarder au-delà des vestiges romans pour vous imprégner de tout ce que cette région a signifié à travers le temps. Grottes, dolmens, rivières aux cours millénaires, où chaque goutte d’eau est une histoire vivante.

De Tella à Puntón de las Brujas

Maisons traditionnelles en pierre à Tella

Maisons traditionnelles en pierre à Tella. | wikimedia

Dans la région de Sobrarbe, au cœur des Pyrénées de Huesca, se trouve un petit village entouré de trois églises, les églises de Tella. Anneau de protection contre les sorts, elles protègent également des foudres qui s’abattent sur les sommets. Ses rues sont flanquées de maisons escarpées qui s’enlacent, scellées contre l’influence de la magie par les épouvantails qui couronnent les cheminées et ornent les balcons. Les façades sont ornées de symboles défensifs qui prennent différentes formes, des hommes aux plantes ou aux animaux.

En vous promenant dans Tella, vous trouverez le point de départ de cet itinéraire plein de mystère, l’église San Martín, du XVIe siècle, que vous pourrez également visiter. Dans son intérieur reposent trois images sauvées de la chapelle disparue de San Sebastián, ancien occupant du col des Devotas, sur les eaux du fleuve Cinca.

L'église de San Martín de Tella au coucher de soleil

L’église de San Martín de Tella au coucher de soleil | Shutterstock

Après avoir laissé derrière soi Tella et son église paroissiale, à 1340 mètres d’altitude, une légère montée commence à travers la partie supérieure du village qui mène à un espace habité par des buis et des chênes qui ombragent le chemin. Le terrain semé d’une nature luxuriante est un spectacle en soi. La musique prend vie dans le mouvement des arbres. Pendant ce temps, les chaussures se cachent à chaque pas, confondues parmi la verdure des prairies pleines de coups de pinceau jaunes. À partir du mois de mai, elles semblent volées à un tableau impressionniste dépeignant le début de l’été, livrées à une armée de plantes-hérissons. Le paysage semble dire que tout est possible.

Le premier arrêt apparaît bientôt, dans le Collado de la Bellanera, l’église San Juan et San Pablo, du 11ème siècle. Derrière elle se dresse une structure rocheuse, le mont de San Juan, également connu sous le nom de Puntón de las Brujas (pointe des sorcières). Les légendes placent dans ce lieu des histoires de réunions secrètes. Ils localisent dans l’air des bruits de sabbats et de rituels magiques épiés, au loin, par le massif du Mont Perdu et le canyon d’Añisclo. Il est impossible de quitter le paysage des yeux, en admirant la vue panoramique sur la vallée de Cinca, la gorge d’Escuaín, découpée par la rivière Yaga.

Église San Juan et San Pablo avec la Pointe des Sorcières derrière

Église San Juan et San Pablo avec la Pointe des Sorcières derrière | Shutterstock

L’église, la plus ancienne de Sobrarbe, est l’une des mieux conservées de l’art roman aragonais, et un bel exemple de son style. Elle a un petit corps, avec une forme de voûte en berceau et, à l’autel, une abside de style wisigothique. Sept marches magiques descendent vers une petite crypte, un mystère souterrain qui enveloppe des siècles de silence. L’église n’a aucune ornementation, mais tout est un ornement que le temps a permis de préserver entre les montagnes. Lorsque vous sortez à nouveau, il est obligé de jeter un dernier coup d’œil pour essayer de conserver ce paysage à l’esprit.

Église de la Virgen de Fajanillas

Le chemin continue vers la gauche, jusqu’au point central de ce cercle magique de l’une des églises de Tella. Cet axe, encore des siècles après son tracé initial, a des croyances profondément enracinées, poussant comme du lierre autour du village de Tella et de ses habitants. En grimpant de quelques mètres, on atteint la prochaine étape, l’église de la Vierge de Fajanillas. Elle est située, comme son nom l’indique, sur une colline ou fajanilla, un terrain gagné sur la montagne. De là, elle surplombe ses églises sœurs et les pics qui abritent les hôtes ailés qui gardent ses secrets.

Le bâtiment, d’origine romane, a été érigé au 12ème siècle sur un plan carré et une abside semi-circulaire. Le XVIe siècle le voit s’agrandir, avec le don d’une tour, en maçonnerie, accolée au mur de l’enceinte orientée au nord. Son clocher était utilisé pour appeler les paroissiens de Tella lorsque l’église de Fajanillas était une église paroissiale, jusqu’en 1597.

Église de la Vierge de Fajanillas entourée d'une végétation luxuriante

Église de la Vierge de Fajanillas entourée d’une végétation luxuriante | Shutterstock

Dans son intérieur, entièrement blanchi à la chaux et simple, les souvenirs flottent dans l’air. Des messes simples, des baptêmes et des adieux, du bonheur et du recueillement. Dehors, elle semble endormie, paisible et tranquille, attendant l’arrivée du mois de septembre prochain, les festivités de Tella et le pèlerinage de San Gil.

Le mirador de la Virgen de la Peña

En quittant Fajanillas, le regard se heurte au plus jeune des trois églises de Tella, celle de la Virgen de la Peña. Un mirador naturel qui attire le regard et l’oblige à s’arrêter, empêtré comme dans un filet à papillons, voltigeant entre nuages et gorges rocheuses. Dès la Peña Montañesa et des gorges de l’Escuaín, à la Punta Llerga et au mont Castillo Mayor.

Peña Montañesa et le mont Castillo Mayor, panoramique depuis l'église Virgen de la Peña

Peña Montañesa et le mont Castillo Mayor, panoramique depuis l’église Virgen de la Peña | Shutterstock

Bien que ses origines remontent au 13e siècle, la structure que l’on peut voir aujourd’hui date du 16e siècle. Au-dessus de l’arc en plein cintre qui donne accès à l’église, une niche abrite l’image de la Virgen de la Peña. À l’intérieur, une inscription accompagne la figure d’une autre Vierge, ainsi que l’enfant et une rose. “Santa María de la Peña, protectrice de la nature“. Une Nature qui s’écrit ici en lettres capitales, cursives ou minuscules, à l’image des formes capricieuses du terrain.

Dans sa partie inférieure, les chuchotements augmentent en volume au fur et à mesure qu’ils atteignent les portes de la Maison de la Sorcière. Elle subsiste dans une atmosphère étrange où se confondent réalité et légende, le témoignage de l’ethnobotanique du Haut-Aragon. Une discipline qui écoutait les messages de la nature, conversant dans le dialecte des plantes, reliant les syllabes entre racines et pétales dans les églises de Tella.

À proximité, à environ 700 mètres du village, le temps remonte un peu plus loin, jusqu’aux premiers habitants de la vallée. C’est là que se trouve la pierre de Vasar, également connue sous le nom de Dolmen de Tella, ouvert au sud-est, découvert dans les années 50 à 70 du siècle dernier. L’asymétrie de ses pierres calcaires crée une illusion de mouvement qui a survécu depuis l’époque néolithique.

Dolmen de Tella, datant de la période néolithique

Dolmen de Tella, datant de la période néolithique | Shutterstock

Plus loin, d’autres habitants ont laissé leur empreinte, dans un site vieux de plus de 30 000 ans, à 1 600 mètres d’altitude. La grotte de l’ours des cavernes s’ouvre dans un mur sous le Portillón de Tella, par lequel on peut accéder à la vallée de Pineta. L’intérieur, décoré de stalactites et de stalagmites, abrite les restes de plus de 100 troglodytes, disparus avant la dernière glaciation. Ils ont hiberné année après année dans cette grotte, où leur mémoire hiberne maintenant, en attendant les guides et les visiteurs. Ils attendent peut-être un rêve qui les ramènera à la vie. Une fantaisie qui les ramène au présent, même si c’est dans la tête d’un enfant, ou dans l’imagination d’un randonneur.


About the author

Jerez de la Frontera, la ville du vin et du cheval

La ville Jerez de la Frontera est connue dans le monde entier grâce à ses vins et ses chevaux. Ses Read more

Marbella, la ville de luxe de Malaga en Andalousie

Marbella possède un climat parfait et a su préserver sa vieille ville ce qui en fait un site très agréable Read more

Frigiliana, un beau village blanc de Malaga

Frigiliana est un ancien bastion des montagnes de la Sierra d’Almijara qui a été le théâtre d'une célèbre bataille lors Read more

San Juan de la Peña

[vc_row][vc_column][vc_custom_heading text="Le monastère sous la roche" font_container="tag:h2|text_align:left|color:%23000000" google_fonts="font_family:PT%20Sans%20Narrow%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_column_text]C’est un ensemble monumental insolite, situé à sept kilomètres de la localité de Read more

Jaca
Dónde dormir en Jaca

[vc_row][vc_column][vc_custom_heading text="La première capitale de l’Aragon" font_container="tag:h2|text_align:left|color:%23000000" google_fonts="font_family:PT%20Sans%20Narrow%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_column_text]La richesse de son histoire, de son patrimoine et de ses environs ont Read more