La Raya : origines et curiosités de la plus ancienne frontière d’Europe

Avec plus de 1 200 kilomètres de long, la frontière entre l’Espagne et le Portugal n’est pas seulement la plus longue d’Europe : c’est aussi la plus ancienne. Neuf siècles d’histoire pour La Raya, qui a établi ses limites en fonction d’événements historiques plutôt que de raisons orographiques, bien qu’il existe un pourcentage délimité par des rivières comme le Miño au nord ou le Guadiana au sud. Que se passe-t-il lorsqu’une ligne invisible est établie entre des personnes vivant dans le même espace ?

La Raya trouve ses origines au Moyen Âge. À mesure que les royaumes musulmans perdent leur influence dans la péninsule ibérique, le Portugal commence à se définir comme un royaume indépendant et délimite ainsi son espace avec celui de León ou de la Castille. Ce n’est toutefois pas avant le traité de Lisbonne de 1864 que la frontière actuelle a été formée. Vous pouvez imaginer les nombreux conflits qui ont eu lieu jusqu’à ce moment-là et comment le contact constant entre des voisins qui ne partagent pas un État mais un espace a donné lieu à une relation particulière.

La naissance du Portugal

Guimarães a été la première capitale du premier royaume du Portugal

Guimarães a été la première capitale du premier royaume du Portugal. | Shutterstock

Dans la péninsule ibérique du IXe siècle, les royaumes chrétiens luttent contre l’empire musulman. C’est dans ces circonstances qu’est né le premier comté du Portugal, incorporé au royaume de Galice quelque temps plus tard. Le deuxième comté a été formé une vingtaine d’années après cette annexion, sous le règne d’Alfonso VI de León. Ces terres ont été données à Henri de Bourgogne.

Après la mort de Garcia II, le royaume de Galice passe à Raymond de Bourgogne, mais celui-ci n’est pas en mesure de défendre son territoire contre les musulmans, du moins pas comme le prétend le monarque Alphonse. Ainsi, une partie de ce territoire se retrouve également entre les mains du susdit Henri, beaucoup plus apte, aux yeux du roi, à mener la guerre qui s’engage. Mais ce dernier était déjà concentré sur d’autres sujets. Plus précisément, pour rechercher l’autonomie de ses territoires. C’est l’origine du Royaume du Portugal.

Henry a fondé des villages sur ces terres dans le but d’augmenter la population. À sa mort en 1112, son fils Alfonso Enríquez deviendra le premier roi du Portugal. Armé comme chevalier à l’âge de 14 ans, il entame en 1127 une guerre qui l’opposera à sa propre mère, qui ne voit pas l’indépendance du royaume comme lui. Après la victoire de la bataille de San Mamede à Guimarães, Alfonso Enríquez prend le contrôle du comté. Il a ensuite commencé sa lutte particulière contre les musulmans.

En 1139, après d’importantes victoires, Alphonse Ier se proclame roi. C’est ainsi que naît officiellement le royaume du Portugal, qui obtient l’indépendance de León en 1143, par le traité de Zamora. En 1147, il a conquis Lisbonne. De 1166 à 1168, Alphonse Ier vole des territoires à la couronne de León, mais son rêve prend fin en 1169, lorsque Ferdinand II de León le capture à Badajoz. Le roi portugais a ensuite rendu cette ville, ainsi que Tuy, Cáceres et Trujillo, qui avaient été en son pouvoir pendant une courte période.

Mais trente ans plus tard, il célébrera une grande victoire. Le pape Alexandre III a reconnu l’indépendance de ces territoires, et ils ont fait partie du groupe de pays vassaux de l’Église chrétienne. Le Portugal est désormais un État indépendant. Les mouvements de frontière ne faisaient que commencer.

L’histoire sans fin

Église de San Felices de los Gallegos, l'une des villes qui ont changé d'état au cours des siècles

Église de San Felices de los Gallegos, l’une des villes qui ont changé d’état au cours des siècles. | Shutterstock

Ce nouvel État a étendu son domaine, vers le nord, l’est et le sud. Au cours des premières décennies de son existence, des régions telles que la Beira Interior ont été formées, où les frontières avec les actuelles Estrémadure et Castille-et-León ont été établies. La frontière avec la Galice, au nord, était marquée par le fleuve Miño. D’autres, comme la rivière Limia, délimitaient de petites régions à l’est. Pendant ce temps, Alphonse Ier poursuit l’œuvre de son père : il fonde des villes auxquelles il accorde certains avantages attractifs pour les nouveaux colons.

Sancho Ier de Portugal, fils et successeur d’Alfonso, se déplace vers le sud. Sa guerre contre Alphonse IX de León se termine par une trêve et le repeuplement d’une partie de l’intérieur du pays. Il a épousé Dulce d’Aragon, fille de Raimond-Bérenger IV de Barcelone et de Pétronille d’Aragon. De ce mariage naît Thérèse, qui deviendra l’épouse du roi Alfonso IX de León. En d’autres termes, les conflits ont continué, mais les premières unions sont également nées.

Alphonse II de Portugal, qui, bien qu’il ait eu des affrontements continuels avec le royaume de León, a uni ses forces à celles de Navarre, de Castille et d’Aragon pour gagner la bataille de Navas de Tolosa en 1212. Il s’agit peut-être d’un tournant pour les deux côtés de la frontière, car son successeur Sancho II a signé une paix avec León pendant son règne. Alphonse III a fait de même avec la couronne de Castille, grâce à son mariage avec Béatrice de Castille, vers le milieu du XIVe siècle. Des années auparavant, en 1267 et avec le traité dit de Badajoz, la frontière entre la Castille et le Portugal avait été établie.

Le règne de Dionisio Ier est caractérisé par une grande période de paix, mais à la fin du XIIIe siècle, il profite de la faiblesse de la couronne de Castille pour étendre son territoire. Avec le traité d’Alcañices en 1297, les frontières entre León et le Portugal sont fixées. Les Portugais ont pris des villes comme Olivenza, qui fait aujourd’hui partie de la province de Badajoz, et San Felices de los Gallegos, aujourd’hui Salamanque. L’histoire médiévale de La Raya est une histoire de conflits et de transferts continus, comme on peut le constater. Il existe également des preuves de l’existence de lieux qui ont fini par ne plus faire partie de rien.

Ni l’un ni l’autre

Tourem, ville portugaise avec laquelle le Couto Mixto était relié

Tourem, village portugais avec lequel Couto Mixto était relié. | Shutterstock

On pourrait dire que la relation entre les Espagnols et les Portugais a toujours été proche, pour le meilleur et pour le pire, surtout dans les zones les plus proches de la frontière. Ainsi, au cours du Moyen Âge, des régions telles que Couto Mixto, à la frontière nord entre les deux, ont vu le jour. Cet endroit, aujourd’hui composé de trois villages galiciens, n’a été intégré à aucun des deux pays avant le milieu du XIXe siècle. Il vivait en dehors des deux États et de leurs lois. Le territoire couvrait à peine 2 700 hectares, ce qui ne posait aucun problème à l’un ou l’autre. Aujourd’hui, la région fait partie de la Galice.

Un autre cas curieux est celui des “maisons du doute” ou “casas de la dúvida”, en portugais. Il s’agit de maisons construites si près de la frontière que la chambre pourrait appartenir à l’Espagne et le salon au Portugal. Dans le cas de l’Espagne, ces maisons sont situées à Valencia de Alcántara, Cáceres. De cette situation ambiguë peuvent naître les situations les plus bizarres : entrer dans la maison en étant persécuté par la loi en territoire espagnol et en sortir sans possibilité d’être arrêté en territoire portugais.

C’est également le cas dans quelques villages du Nord, à une trentaine de kilomètres de Couto Mixto. Soutelinho de la Raia et le Lama d’Arcos, aujourd’hui en territoire portugais, se trouvaient autrefois sur la même frontière. Parfois, la frontière a dû être déplacée de quelques mètres pour répondre aux besoins des habitants. Il existe des populations qui ont vécu pendant une bonne partie de l’histoire entre un État et l’autre, sans vraiment appartenir à l’un ou l’autre. Ou appartenant aux deux, quelle que soit la façon dont on voit les choses. C’est le problème de cette Raya ambiguë et très ancienne.


About the author

Le tremblement de terre de Lisbonne, la grande catastrophe patrimoniale de l’Espagne du XVIIIe siècle

Le matin du 1er novembre 1755, à la Toussaint, un tremblement de terre dont l'épicentre se trouvait dans l'océan Atlantique, Read more

L’Université de Salamanque, l’une des plus belles du monde

Les secrets, les mystères et les curiosités de l'université de Salamanque sont des ombres sur un trottoir, qui apparaissent ou Read more

Trahison et schisme au château d’Atienza | À l’ombre d’un château 1

De loin, le château d'Atienza reste impressionnant. Situé au sommet d'un promontoire rocheux d'accès difficile, il veille depuis des siècles Read more

Des Pays-Bas à Cuacos de Yuste : le dernier voyage de l’empereur Charles Quint

Comment le grand empereur Charles Ier d'Espagne et V du Saint-Empire romain germanique s'est-il retrouvé à Cuacos de Yuste, une Read more

Peñafiel, le lieu d’un mariage brisé | À l’ombre d’un château 3

Le château de Peñafiel est visible de partout dans la ville. Il se dresse au point le plus élevé de Read more