Espagne, un mot aux multiples significations à travers l’histoire

Il est parfois facile de penser que les termes courants, quotidiens ou les traditions ont toujours été ainsi. Et qu’elles continueront à l’être. Mais ce n’est pas toujours le cas. Certains éléments ont muté dans leur signification au cours des siècles. Ainsi, la signification du terme “España” a varié au cours de l’histoire. Ce n’était pas la même chose pour un Romain que pour un Visigoth et beaucoup moins pour tout citoyen de l’État actuel qui porte ce nom. Voyager à travers ces méandres sémantiques est un parcours très intéressant.

L’origine mystérieuse du terme Hispania

L’Espagne vient de Hispania, un nom associé à Rome. Il s’oppose à Iberia, utilisé avant les romains par le monde hellénique. On pense que tous deux sont issus de langues autres que le latin et le grec. Tout d’abord, le terme hellénique, probablement tiré du nom d’un fleuve de Huelva datant de la période tartessienne. Les Romains l’utilisaient également, bien qu’au fil du temps ils aient opté pour un autre.

Cáparra et la Route de l'argent

Cáparra et la Route de l’argent. | Shutterstock

Le fait est que la Rome républicaine a fini par adopter l’Hispanie pour désigner la péninsule ibérique. Mais la façon dont le mot a été formé fait encore l’objet d’un débat aujourd’hui. L’une des théories les plus populaires considère qu’il s’agit d’une dérivation du phénicien “I-span-ya”. Toutefois, pendant des siècles, il y a eu diverses interprétations quant à leur signification. Il semble clair que le début et la fin du mot font référence à “île”. Le “span”, et ses dérivés, ont été pris pour signifier “des lapins”, “des forgerons” ou “du nord”. Ce qui est certain, c’est qu’il faisait à l’origine allusion à un concept géographique.

Ce concept a été utilisé longtemps. Cependant, avec la conquête de la péninsule par Rome, le territoire a commencé à être associé à des concepts plus bureaucratiques. Il n’est pas surprenant que les premières colonies hors d’Italie du futur empire se soient installées dans ce qui est aujourd’hui l’Espagne. La péninsule était divisée au début en deux provinces, Ultérieure et Citérieure. De toute façon, il y avait déjà des “Hispanies”, les divisions administratives et les futurs conventus, et l’Hispanie, le territoire au sud des Pyrénées et entourée par l’Atlantique et la Méditerranée.

De la géographie à la politique dans l’environnement gothique

Ce concept géographique a pris le dessus lorsque Rome a décliné. La mort de l’empire l’a conduit à être englouti par ses alliés et ennemis les plus proches. Parmi les pilleurs et les successeurs, l’un des peuples barbares qui a le mieux réussi est celui des Goths. Une branche d’entre eux, les Wisigoths, a voyagé de l’Europe orientale vers la Gaule et l’Hispanie, où ils se sont installés. Ils finiront par former un royaume dont les monarques étaient récités dans toutes les écoles il y a quelques décennies.

Ce sont les Wisigoths qui ont politisé le mot Hispanie/Hispania et commencé à le faire dériver vers l’Espagne/España. Plus précisément, l’un de leurs saints les plus importants, Saint Isidore de Séville, a joué un rôle clé. Au VIIe siècle, ce prêtre de l’Église catholique a écrit un ouvrage historiographique, Historia de regibus Gothorum, Vandalorum et Suevorum, qui relate ce qui est arrivé à ces peuples barbares à partir du IIIe siècle. Il contient un fragment, le Laus Spaniae. En bref, un éloge de l’Espagne, un hymne à la bonté de la péninsule ibérique.

Santa Lucia del Trampal sous un ciel étoilé, l’un des rares temples wisigoths encore debout

Santa Lucia del Trampal sous un ciel étoilé, l’un des rares temples wisigoths encore debout. | Shutterstock

L’importance de ce texte, qui fait partie de la version longue de l’Historia Gothorum, est énorme. Là, Saint Isidore, comme le souligne l’hispaniste Alexandre Pierre Bronisch dans une étude, exalte le royaume de wisigoths comme  une terre promise dans le style de l’Ancien Testament. Cette ouvre fut écrite lors de la conversion du royaume de l’arianisme au catholicisme. Il fallait justifier qu’ils étaient du côté de Dieu, et rien de mieux que de faire remarquer que leur épopée vers l’Hispanie était divine et cette terre idem, une voie de rédemption de leur hérésie.

Il convient également de noter que la conversion a entraîné des conflits entre les Wisigoths de ce côté des Pyrénées et ceux du côté gaulois. Les chroniques ultérieures commencent à associer le royaume de Tolède à l’Espagne, par opposition aux gothiques ariens de la Gaule. Ainsi, vers la fin, Bronisch fait remarquer que Spaniae était déjà utilisé comme synonyme de cette sorte d’état gothique.

L’unification d’un territoire en un seul mot

L’invasion musulmane a entraîné un revirement de situation. Les rois asturiens, très tôt, ont donné une certaine continuité à l’idée politisée de Saint Isidore. Cependant, avec la disparition du royaume wisigothique, l’Hispania/Spania retrouve sa signification géographique. C’est ainsi que les mots étaient utilisés par les conquérants et les chrétiens du Nord. En effet, ces derniers utilisaient le toponyme pour désigner non pas leurs propres domaines, mais ceux détenus par leurs rivaux contemporains. Les Mozarabes, en revanche, ont conservé le concept gothique plus longtemps.

Le concept de St Isidore de la conquête comme moyen de rédemption s’est actualisé après l’invasion musulmane. Une ferveur qui a conduit au concept de Reconquête, étendu à tout ce qui reste du Moyen Âge. Au XIIe siècle, la situation géopolitique de l’Espagne est différente et les royaumes chrétiens sont notoirement puissants. On pense qu’à cette époque, il était courant de dire Espagne pour désigner l’ensemble de la péninsule, mauresque ou non.

Basilique Saint-Isidore de León

Basilique Saint-Isidore de León. | Shutterstock

La péninsule ibérique a été un lieu de guerre tout au long du Moyen Âge. Mais les vœux des monarques chrétiens qui ont voulu unir ses royaumes ne doivent pas être confondus avec un idéal nationaliste. Ils cherchaient le pouvoir et à s’imposer à leurs voisins, rien de plus. Ainsi, l’Espagne en tant qu’entité politique unitaire était plus une aspiration personnelle de certains rois qu’autre chose. De même, comme toujours, il s’agissait également d’une référence à l’ensemble de la péninsule.

Finalement, les politiques de mariage, ainsi que la guerre, ont porté leurs fruits. La Castille, le Léon et l’Aragon sont unis dans la figure des Rois Catholiques, qui ont finalement conquis Grenade le 2 janvier 1492. Ferdinand II mènera la conquête de la Navarre. Le Portugal, quant à lui, a pu obtenir son indépendance. Ainsi, l’Espagne était un terme géographique plus restreint, qui n’englobait pas les Portugais.

Entre-temps, la couronne espagnole était déjà un fait, l’unification avait été réalisée et la découverte de l’Amérique a accru la puissance et l’influence du royaume. On parlait alors des Espagnes/Españas pour faire référence à tous les territoires du royaume, faisant ainsi une association totalement politique du terme. L’Espagne était déjà un mot indélébile à l’échelle nationale et internationale.


About the author

La tradition de placer des pierres sous la Croix de Fer

Le plus grand calvaire ou milladoiro du Chemin de Compostelle est la Croix de fer, Cruz de Hierro ou Cruz Read more

Le tremblement de terre de Lisbonne, la grande catastrophe patrimoniale de l’Espagne du XVIIIe siècle

Le matin du 1er novembre 1755, à la Toussaint, un tremblement de terre dont l'épicentre se trouvait dans l'océan Atlantique, Read more

Les mille et une origines du nom de Grenade
Coucher de soleil à l'Alhambra de Grenade

L'histoire d'Hercule avec l’Andalousie est très vaste. Son amour pour l'Andalousie, alors qu'elle n'était même pas l'Andalousie, a commencé il Read more

Indalo, le voisin le plus connu d’Almería
Indalo d'Almería

Dans le cas d'Almeria, vous ne pouvez pas manquer son symbole par excellence, l'Indalo. Cette figure représente une silhouette humaine Read more

L’Université de Salamanque, l’une des plus belles du monde

Les secrets, les mystères et les curiosités de l'université de Salamanque sont des ombres sur un trottoir, qui apparaissent ou Read more