Les alcazabas arabes en Espagne, un trésor de tradition militaire

La marque des invasions arabes dans la péninsule est palpable dans de nombreux aspects de notre vie quotidienne. De l’influence sur la science, l’agriculture, l’art et la langue, à d’autres aspects moins abstraits qui peuvent encore être appréciés. Le patrimoine architectural, y compris le patrimoine civil et militaire, a survécu aux conquêtes successives et au plus inexorable des envahisseurs : le temps.

Il est intéressant de noter que le plan général des villes musulmanes ressemble beaucoup à celui d’autres civilisations. En fait, ils ont profité de nombreuses localités déjà créées pour les transformer en fonction de leurs besoins. Le noyau urbain ou médina concentrait les principaux services publics, tels que le souk, les thermes et la mosquée. Il était subdivisé en quartiers, généralement regroupés par guildes. La météorologie particulière et la chaleur extrême ont conditionné une grande partie de son architecture, des matériaux disponibles aux dimensions des espaces.

L’utilisation de l’eau est devenue l’un des piliers fondamentaux de leur développement. Mais, sachant qu’ils avaient un grand nombre d’ennemis, y compris internes, la défense était un domaine fondamental. C’est pourquoi les fortifications ou alcazabas sont devenues des exemples d’architecture militaire. L’Espagne conserve de précieux vestiges d’alcazabas arabes, dont la plus grande d’Europe.

Château de Gormaz, Soria

Extrémité ouest et champ intérieur du château de Gormaz

Extrémité ouest et champ intérieur du château de Gormaz. | Shutterstock

L’Andalousie conserve la majeure partie du trésor arabe en Espagne, mais elle n’est pas la seule communauté. Il existe des vestiges très pertinents dans des territoires insoupçonnés loin du sud. À un peu plus de 60 kilomètres de Soria, se dresse le château de Gormaz. Il a été construit pendant le califat de Cordoue au IXe siècle et a été agrandi par la suite pour s’adapter au terrain. Elle est devenue la plus grande forteresse musulmane de son époque en Europe. En Espagne, il se vantait d’être le plus célèbre à l’époque de Galib et d’Almanzor. Il atteint un périmètre d’environ 1 200 mètres avec un total de 28 tours. Elle est située au sommet d’une colline, comme le veulent les canons. En 1931, il a été déclaré monument historique national.

Elle a subi de nombreux sièges parce qu’elle était un point névralgique pour retenir les invasions chrétiennes à côté du Duero. Bien que cela ait aussi servi au califat de Cordoue pour répandre la terreur au nord du fleuve. Le Cid lui-même est devenu seigneur et maître de la forteresse. Elle conserve une impressionnante double porte califale avec un arc en fer à cheval typique, située au sud et, bien qu’elle ne soit pas la seule entrée, elle devait être la plus courante lors des hivers froids. Le château conserve également à l’intérieur une forteresse avec un donjon, la “Torre de Almanzor” (tour d’Almanzor). En même temps, le complexe est entouré d’un fossé qui divise clairement l’espace intérieur.

Alcazaba de Badajoz

Alcazaba de Badajoz

Alcazaba de Badajoz. | Shutterstock

L’Alcazaba de Badajoz est non seulement la plus grande enceinte fortifiée d’Espagne, mais aussi d’Europe. Stratégiquement entouré de pentes abruptes et du fleuve Guadiana, il a commencé à être construit au 9ème siècle pour la taifa de Badajoz. Les extensions et la splendeur ultérieures sont apparues sous le règne des Almohades au 12e siècle. Cette fortification permettait en outre de contrôler la frontière avec le Portugal.

Aujourd’hui, l’alcazaba abrite le musée archéologique provincial, la tour de Santa María et la tour du palais épiscopal ou les jardins, entre autres espaces urbains intéressants. Parmi les tours typiques construites, la plus frappante est peut-être celle d’Espantaperros. Contrairement aux constructions de ce type, cette tour octogonale se distingue du reste du complexe par ses 20 mètres de hauteur.

La situation militaire stratégique de ces alcazabas a servi de modèle architectural pour des constructions similaires ultérieures. L’alcazaba de Badajoz, a subi le même sort que la plupart des alcazabas arabes avec la Reconquête : devenir des châteaux chrétiens pour profiter de leurs installations et de leur emplacement géographiquement privilégié. Bien que n’ayant pas l’intention de garder la population plébéienne à l’intérieur.

Alcazaba de Mérida

Alcazaba de Mérida

Alcazaba de Mérida. | Shutterstock

C’est un autre exemple pertinent alors que nous entamons la descente vers l’Andalousie. Elle a été érigée par l’Omeyyade Abderraman II en 835. C’est l’une des plus anciennes conservées dans la péninsule. Autrefois, il était complètement entouré d’un fossé, conservant jusqu’à aujourd’hui des murs de près de trois mètres de long. Dans le cas de Mérida, des vestiges coexistent avec des documents romains, souvent utilisés par les nouveaux locataires péninsulaires. Ce n’est pas en vain, elle reste la capitale de la Vía de la Plata.

Les murs des alcazabas abritaient également une grande partie du pouvoir administratif et civil dans leur voisinage immédiat. C’est dans ces bâtiments que l’on s’occupait des affaires purement formelles de la ville, et non des conquêtes. Ils étaient une sorte de petits ministères au service des citoyens. D’autre part, on dit que c’est là que les trésors et les richesses de la ville étaient conservés. Enfin, il convient de mentionner sa citerne souterraine, un havre de paix aquatique et sombre.

Alcazaba de Reina, Badajoz

Alcazaba de Reina à Badajoz

Alcazaba de Reina à Badajoz. | Shutterstock

Sur l’actuelle frontière géographique avec l’Andalousie se dresse une autre des fortifications arabes les moins connues, mais au passé glorieux. C’est l’Alcazaba de Reina. Ce n’est peut-être pas la mieux conservée, mais c’est une enclave qui ne déçoit pas, car elle offre aussi des vues spectaculaires. Il se compose de 14 tours quadrangulaires et est construit en adobe et en béton de boue et de chaux.

Elle date du 12e siècle, de la période almohade, et son enclave stratégique était donc très importante. En 1246, conquise par les chrétiens, elle fut donnée aux chevaliers de l’ordre de Santiago dans le but curieux de protéger les pèlerins des Arabes. À cette époque, la route jacobéenne de La Plata à travers ces terres commençait à se consolider. À proximité, il est également possible de visiter les vestiges de la ville romaine de Regina Turdulorum. C’est également un excellent point de vue céleste, reconnu au niveau national pour la pureté du ciel d’Estrémadure qui est capturé sur la colline.

Alcazaba de Malaga

Alcazaba de Malaga

Alcazaba de Malaga. | Shutterstock

C’est un exemple précis de la période des Taïfas au Xe siècle, ainsi que l’un des plus beaux que l’on puisse trouver dans la péninsule. Le célèbre château de Gibralfaro a commencé à être construit en 1340 sous le règne du Nasride Yusuf Ier, qui a décidé de construire un mur pour le faire communiquer avec l’Alcazaba. L’arrivée de l’artillerie à longue portée ainsi que le développement militaire ont rendu nécessaire le renforcement des fortifications existantes afin d’adapter la défense de l’alcazaba. Dans le cas de Malaga, ils ne se sont pas mal débrouillés car ils sont entrés dans l’histoire comme l’un des plus renforcés de l’histoire.

Les quatre enceintes initiales de l’alcazaba se sont agrandies et ont abrité différents anneaux défensifs avec des tours militaires et des donjons caractéristiques. En dernier lieu et sous tous les murs défensifs, il y avait la zone palatiale destinée aux souverains et à l’administration. La ville voisine d’Antequera peut également s’enorgueillir d’une alcazaba bien préservée construite sur la colline, d’où vous pourrez profiter de vues panoramiques spectaculaires.

Château de Vélez-Málaga

Château de Vélez-Málaga

Château de Vélez-Málaga

Velez-Malaga était une importante enclave arabe en al-Andalus, dont la construction a commencé à la fin du IXe siècle. Il s’agit d’une double enceinte, comportant à l’origine quatre entrées. Il occupe 1 500 m2 couplés aux aléas du terrain et a été construit en tapial, une sorte d’adobe arabe, ainsi qu’en chaux et en sable. Le bardage est constitué de maçonnerie et de briques.

Elle a subi une détérioration remarquable car elle était attachée à un dépôt de chaux dont l’exploitation ne tenait pas trop compte du fait qu’elle vidait une parcelle sans valeur apparente ou une citerne du Xe siècle. Bien sûr, environ 150 ans avant l’invasion française, on considérait aussi que son potentiel stratégique était si bon, qu’il valait mieux faire sauter une partie du bâtiment, pour ceux qui viendraient après. Grâce à la récupération du complexe par la population, la Torre del Homenaje et d’autres zones plus détériorées ont commencé à être restaurées.

Alcazaba de Grenade

Alcazaba de Grenade

Alcazaba de Grenade. | Shutterstock

Il n’y a pas grand-chose de nouveau à dire sur le complexe de l’Alhambra, l’un des bâtiments les plus admirables et les mieux préservés de l’histoire espagnole. L’Alcazaba est l’une des plus anciennes parties de l’ensemble architectural de Grenade. Là encore, ses premières traces remontent au IXe siècle. Cependant, ce n’est qu’à l’arrivée du premier roi de Grenade et de Nasrides que le bâtiment a été renforcé.

Mohammed I était chargé d’élever trois tours emblématiques du complexe : la Quebrada, la Torre del Homenaje et la Torre de la Vela. Ce dernier se distingue par sa tour de 16 mètres de haut, soit 26,80 mètres. La vue panoramique depuis cette tour permet de voir toute la ville et même la Sierra Nevada. L’alcazaba a souffert d’une longue période d’abandon. Ce n’est qu’au siècle dernier que les travaux de restauration ont été activés.

Alcazaba de Gaudix, Grenade

Alcazaba de Guadix

Alcazaba de Guadix. | Shutterstock

À quelques kilomètres de la Sierra Nevada se trouve Guadix, une ville de Grenade qui abrite un patrimoine artistique et historique considérable. Rebaptisée Wa-Dish par les musulmans après l’invasion, elle a connu un climat politique très instable. L’alcazaba a joué un rôle important tout au long de la période arabe, reléguée au second plan avec la Reconquête. Construite aux IXe et Xe siècles, elle a subi à plusieurs reprises des modifications visant à renforcer son caractère défensif. Elle a été construite, comme de nombreuses autres forteresses arabes, avec de la terre battue. Cela donne cet aspect terreux et rouge à ses murs.

Alcazaba d’Almería

Alcazaba d'Almería

Alcazaba d’Almería. | Shutterstock

Almería a toujours su se protéger de manière importante. Son impressionnante Alcazaba est l’un des exemples les plus populaires de bâtiments mauresques en Espagne. C’est Abderramán III qui a commencé sa construction au milieu du IXe siècle, qui a été achevée au XIe siècle par le roi taïfa Hayrán. Aux deux enceintes déjà existantes, les monarques catholiques en ajoutent une troisième en profitant de la construction musulmane. Le complexe de l’alcazaba et les murs sont répartis le long du Cerro de San Cristobal.

Il possède un mur d’enceinte de 1 430 mètres qui en fait la plus grande construction espagnole après l’Alhambra. À l’intérieur, vous pouvez visiter les deux parties de la période musulmane et les vestiges du palais chrétien. Vous pouvez également voir le mur du point de vue de l’odalisque ou la place d’armes avec les tours de l’Homenaje, de la Noria et de la Pólvora. L’enceinte est accessible par une seule porte, qui reste presque invisible entre la robustesse et les recoins du mur. A titre de curiosité, l’alcazaba a servi de décor dans la série Game of Thrones, y recréant les scènes de la Lance du Soleil, capitale de Dorne, foyer de la maison Martell.

Palais Aljafería, Saragosse

Palais Aljafería

Palais Aljafería. | Shutterstock

Un bel exemple d’optimisation de l’espace au fil des siècles. Ce palais d’origine arabe a été construit au XIe siècle avec l’intention d’être un fort et aussi la résidence des rois Hudi, taifa de Saragosse. Érigé à l’époque de la splendeur, c’est un autre des plus grands représentants arabes de la péninsule. Il a été déclaré site du patrimoine mondial par l’UNESCO en 1986. L’intérieur abrite de magnifiques exemples d’art tels que les arcs mixtilignes de la salle dorée, typiques de l’art taïfa. De même, les ornements caractéristiques travaillés dans les plâtres avec polychromie et décor d’atauriques, motifs géométriques arabesques, d’origine végétale et pastorale.

L’un des éléments les plus importants est la tour du Troubadour, utilisée comme tour de guet. Sa base est construite en maçonnerie de pierre de taille et comprend 5 étages. Les deux derniers ont une nette influence mudéjar. L’ensemble architectural comprend le palais Taifa, la mosquée, la cour de Santa Isabel et le palais des Rois Catholiques, entre autres pièces de grand intérêt. Elle est actuellement le siège du Parlement aragonais. À une heure de route de la capitale aragonaise, on trouve également l’alcazaba de Calatayud. C’est la plus ancienne de la péninsule, puisque les premiers écrits parlent de cette fortification en l’an 862.


About the author

Tarifa, entre les vents de l’Atlantique et de la Méditerranée

Tarifa, le bastion de Guzmán el Bueno Située à l'extrême nord de la péninsule ibérique, Tarifa occupe une position stratégique Read more

Setenil de las Bodegas, un village unique d’Andalousie

Setenil de las Bodegas est l'un des villages de la belle route des villages blancs de Cadix, située dans la Read more

Jerez de la Frontera, la ville du vin et du cheval

La ville Jerez de la Frontera est connue dans le monde entier grâce à ses vins et ses chevaux. Ses Read more

Que voir à Cadix

Entourée d'immenses plages de sable, la ville de Cadix est encadrée par un paysage de marais unique en Europe. La Read more

Salobreña, un beau village de la Costa Tropical de Grenade

Salobreña est une belle ville de Grenade, située sur les rives du fleuve Guadalfeo, connue pour sa culture traditionnelle du Read more