Jardin d’El Capricho, un musée vif et magique

Le jardin d’El Capricho, le seul jardin du romantisme qui subsiste encore à Madrid. Et c’est sans aucun doute un caprice, un lieu de récréation plein de culture, de symboles et de pouvoir. Le merveilleux caprice d’une duchesse, la duchesse d’Osuna. C’est Maria Josefa de la Soledad Alonso-Pimentel qui a imaginé ce parc, un havre de paix loin de la cour et de ses intrigues.

Considérée comme l’une des femmes les plus intelligentes et les plus influentes de l’époque, María Josefa était à cheval sur le XVIIe et le XVIIIe siècle. Une époque de grands changements où les Lumières, l’invasion napoléonienne et la connaissance ont marqué la vie et la figure de la duchesse. Avec son mari Pedro de Alcántara Téllez Girón y Pacheco, militaire et ambassadeur de Charles IV, ils ont construit cet endroit spécial dont nous avons encore la chance de profiter aujourd’hui.

Vue des jardins et du lac principal d'El Capricho

Vue des jardins et du lac principal d’El Capricho. | shutterstock

Un jardin éternel

Grâce aux voyages du couple en Europe, la duchesse s’est imprégnée de l’architecture en vogue à l’époque. Et en tant que l’une des personnalités les plus influentes de la cour et du pays, elle a décidé que c’était son moment. Après un bref séjour dans un palais sur la Cuesta de la Vega, les ducs s’installent en 1783 dans un petit palais néoclassique à La Alameda, dans la banlieue de Madrid. C’était le germe de l’actuel Capricho.

Palais néoclassique d'El Capricho

Palais néoclassique d’El Capricho. | shutterstock

À partir de cette date, la duchesse allait déverser toute son imagination, ses désirs et ses projets sur les terres entourant le palais. Outre les modifications apportées au palais, les travaux autour de celui-ci allaient jouer un rôle clé. Et la quantité de folies ou de caprichos que l’on peut trouver aujourd’hui sont d’une grande beauté et d’un grand intérêt historique.

Les caprichos ou folies d’El Capricho

La construction de structures appelées folies ou caprichos dans des espaces paysagers était une pratique courante sur le continent européen, à des fins d’ostentation et de récréation. Il s’agissait de signes purement ornementaux du pouvoir économique qui, à El Capricho, sont devenus très importants. L’ermitage, la maison des abeilles, la maison de la vieille femme, le fort, la jetée ou le pont en fer en font partie. Certaines d’entre elles sont même dépourvues de fondations, symptôme de constructions éphémères.

Pont en fer d'El Capricho, le premier en Espagne (1830)

Pont en fer d’El Capricho, le premier en Espagne (1830). | shutterstock

Un lieu dédié à la culture et à la connaissance

Ici, la culture et la sophistication régnaient avant tout. Au début du XIXe siècle, le palais est devenu un centre d’échanges culturels grâce au statut de mécène des ducs. La philosophie, la musique et la peinture sont des thèmes développés dans l’une des plus grandes bibliothèques privées de l’époque. C’est sans doute Goya qui a développé ici une partie fondamentale de son œuvre.

Le vol des sorcières, Goya (1798)

Le vol des sorcières, Goya (1798). | wikimedia

Le peintre de Fuendetodos était un grand ami des ducs d’Osuna, pour lesquels il a peint des portraits et certaines des œuvres les plus sombres et les plus intrigantes de l’artiste. Les compositions sur le thème de Sorcières sont sans doute l’une des plus intéressantes. Commandées par la duchesse pour son cabinet personnel, ce recueil de 6 tableaux comprend le célèbre Vol des sorcières ou Le Sabbat des sorcières. Sans El Capricho, Goya n’aurait peut-être pas développé tout son potentiel.

La Famille du duc d'Osuna, Goya (1787-88)

La Famille du duc d’Osuna, Goya (1787-88). | wikimedia

Nombreux sont les symboles qui révèlent la passion des ducs pour le monde mystique, l’ésotérisme et même la franc-maçonnerie. La duchesse elle-même bénéficiait d’une permission spéciale accordée par l’Inquisition pour avoir en sa possession des livres interdits pleins de mysticisme et d’histoires sacrilèges, plus de 60 000 volumes au total. L’un de ces symboles est la statue de Saturne dévorant son fils, directement inspirée de l’esthétique de la peinture de Goya.

Saturne dévorant son fils à El Capricho

Saturne dévorant son fils à El Capricho. | shutterstock

Il est également intéressant de voir une petite pyramide à côté de l’ermitage, sous laquelle reposent les restes de l’ancien ermite qui vivait là sur ordre des propriétaires, selon la légende. Cependant, après les fouilles effectuées dans la zone, pas un seul os n’a été trouvé. D’autre part, tant dans le palais que dans la salle de danse, on peut observer des médioreliefs avec des scènes mythologiques et allégoriques mettant en scène, soi-disant, des rites liés à la franc-maçonnerie. Un véritable défi pour le visiteur.

La salle de danse à El Capricho

La salle de danse à El Capricho. |shutterstock

El Capricho et les vicissitudes de la guerre

Les guerres qui ont attaqué ce patrimoine culturel sont au nombre de deux. La guerre d’indépendance, au cours de laquelle les ducs ont dû s’exiler, et la guerre civile. Mais c’est ce dernier qui a mortellement blessé El Capricho. Après l’arrivée de Ferdinand VII en Espagne en 1814, les ducs ont pu relever leur cher Capricho.Cependant, après la guerre civile et l’occupation du site par les troupes du général Miaja, le palais et certains des bâtiments ont subi des dommages irréparables. Les célèbres bunkers du lieu datent de ce moment historique.

Le bunker du général Miaja

Le bunker du général Miaja. | shutterstock

Après être passé entre plusieurs mains et avoir été progressivement et silencieusement abandonné, le parc a finalement été acquis par la mairie de Madrid en 1974. Une fois de plus, El Capricho a survécu jusqu’à ce jour malgré les tentatives de démolition pour construire un hôtel. Aujourd’hui, vous pouvez profiter d’un espace vert dans lequel les différents jardins (parterre, jardin anglais et français, labyrinthe de lauriers…) et les folies s’harmonisent parfaitement.

Il convient de noter que l’accès au site est limité aux week-ends et aux jours fériés, l’accès étant interdit avec de la nourriture, des ballons ou tout ce qui peut nuire aux installations : vélos, scooters, etc. Un recoin magique de Madrid qu’il faut protéger.


About the author