Chapelle de la Toja, la chapelle galicienne couverte de milliers de coquilles de Saint-Jacques

Sur l’île galicienne de La Toja, à Pontevedra, se trouve la chapelle de La Toja, un temple unique construit avec de petits trésors maritimes qui mettent en valeur une véritable œuvre de la nature. Certains la connaissent comme la chapelle de San Caralampio, d’autres comme la chapelle de San Sebastián et tous comme la chapelle des coquillages. Ce n’est pas en vain que la coquille de Saint-Jacques couvre toute sa façade. L’importance de ce petit temple ne réside pas seulement dans l’architecture captivante qu’il présente, mais aussi dans le symbolisme de son revêtement dans un endroit aussi spécial que La Toja. Les attributs “curatifs” de ce mollusque sont étroitement liés aux propriétés de santé de l’île et à San Caralampio, le saint patron des maladies de la peau.

Les coquilles de Saint-Jacques qui décorent la chapelle

La chapelle de Saint-Sébastien

La chapelle de Saint-Sébastien. | Shutterstock

À l’œil nu et de loin, elle peut ressembler à une chapelle courante, mais avec le regard sous ses pieds, on peut voir les milliers de coquilles de Saint-Jacques qui en font un temple unique. Non seulement elle représente l’effort d’un orfèvre, mais elle symbolise aussi la richesse naturelle de l’environnement dans lequel elle se trouve. Même avec sa taille modeste, ses murs projettent un blanc rosé brillant. Une telle couleur se distingue parmi les brèves bordures bleues de l’île et les paysages environnants.

Son plan conserve la conception originale du 12e siècle, mais le revêtement de coquillages est le résultat du remodelage effectué au 19e siècle. Dès lors, le complexe a reçu un certain air marin. Cependant, cette originalité n’est pas exclusive à la chapelle de La Toja. En fait, en Galice, cette forme de couverture a été utilisée pendant des années dans certaines des maisons les plus proches de la mer, car les coquilles de Saint-Jacques étaient un isolant phénoménal contre l’humidité marine.

La coquille de Saint-Jacques, un symbole aussi jacobéen que galicien

Outre sa fonction de protection, la coquille de Saint-Jacques a une plus grande importance dans l’imaginaire collectif de la Galice. Ce mollusque bivalve très commun dans la région est le symbole par excellence du chemin de Compostelle, le plus universel et le plus représentatif de tous. Aujourd’hui, elle fait partie de l’itinéraire habituel du pèlerin depuis qu’il a commencé son voyage, au même titre que le bourdon et la citrouille. La coquille de Saint-Jacques est même utilisée comme icône pour baliser le chemin de l’Obradoiro.

Les coquillages couvrent la façade de la chapelle de La Toja

Les coquillages couvrent la façade de la chapelle de La Toja. | Shutterstock

La coquille de Saint-Jacques est liée à certaines légendes qui lui attribuent des vertus curatives, comme celle qui concerne l’apôtre Jacques. Cette histoire raconte que le saint a demandé une coquille semblable à celle apportée par les pèlerins après son passage à Compostelle pour guérir sa gorge. Depuis lors, les pèlerins médiévaux ont décidé de coudre une coquille de Saint-Jacques sur leurs manteaux et leurs chapeaux, se souvenant ainsi du célèbre apôtre. Cela servait également d’instrument pour boire ou demander quelque chose à manger pendant le voyage.

On pense que la coquille de ces mollusques était aussi intimement liée à la charité, une vertu très appréciée dans le christianisme. Mais les pèlerins n’étaient pas les seuls à l’utiliser, les chevaliers de l’Ordre de Saint-Jacques, avec leur épée, ont également utilisé la coquille comme emblème. Dans le domaine pratique, c’est un matériau très abondant. Dans des villages celtes comme celui de Baroña, on a trouvé des accumulations de coquillages et de restes d’êtres marins appelés concheiros. Un signe que la relation avec les mollusques est ancestrale.

San Caralampio, le saint patron des maladies de la peau

La chapelle Saint-Caralampio

La chapelle Saint-Caralampio. | Volets

Bien que la plupart des gens la connaissent comme la chapelle des coquillages, son nom réel et actuel est Saint-Sébastien depuis le remodelage et l’extension du temple au XIXe siècle. À cette époque, elle a commencé à être consacrée à la patronne des marins, la Vierge du Carmen. Cependant, la chapelle de La Toja a été spécialement dédiée à San Caralampio depuis son origine au XIIe siècle. Il est le saint patron des maladies de la peau et est étroitement lié à l’île. C’est pourquoi ce martyr est vénéré dans un lieu aussi spécial que les eaux thermales des stations thermales de l’île d’A Toxa.

Les eaux médicinales de La Toja

Un pont construit au XIXe siècle relie la région galicienne d’O Grove à l’île de La Toja, dont les terres sont riches en eau douce et en propriétés uniques. Connue pour son pouvoir médicinal, cette petite île d’un kilomètre de long attire des centaines de visiteurs désireux de goûter au “pouvoir médicinal” de ses eaux.

L'île de La Toja

L’île de La Toja. | Shutterstock

Il existe une légende sur la découverte des eaux thermales de La Toja, qui a été capturée dans l’une des œuvres de l’écrivaine galicienne Emilia Pardo Bazán. Les histoires populaires disaient que tout cela était le fruit du hasard et d’un paysan groenlandais qui avait décidé d’abandonner son âne malade de la peau sur cette île, au lieu de le sacrifier et de savoir qu’il serait bientôt emporté par la mort. Après un certain temps et avec l’intention d’enterrer les restes de l’animal, l’homme est revenu sur place et l’a trouvé vivant, batifolant dans de la boue. À sa grande surprise, l’animal brillait et ses plaies cutanées étaient guéries. Son remède efficace avait été de se vautrer dans la boue de la région.

Pont de l'île de La Toja

Pont de l’île de La Toja. | shutterstock

C’est ainsi qu’ont été découvertes les propriétés curatives des eaux thermales et des boues qui naissent sur l’île de La Toja. Vrai ou non, la réalité est que les voisins et les visiteurs ont commencé à s’y rendre à partir de la fin du XIXe siècle pour soigner leurs maladies. Cela a conduit à l’ouverture de sa première station thermale en 1899. La rumeur s’est vite répandue au sujet de ses eaux médicinales riches en sodium, calcium et magnésium, jusqu’à ce qu’elles acquièrent la renommée que d’autres bains européens, comme celui de Vichy, avaient déjà.


About the author

Jerez de la Frontera, la ville du vin et du cheval

La ville Jerez de la Frontera est connue dans le monde entier grâce à ses vins et ses chevaux. Ses Read more

Marbella, la ville de luxe de Malaga en Andalousie

Marbella possède un climat parfait et a su préserver sa vieille ville ce qui en fait un site très agréable Read more

Frigiliana, un beau village blanc de Malaga

Frigiliana est un ancien bastion des montagnes de la Sierra d’Almijara qui a été le théâtre d'une célèbre bataille lors Read more

Que voir à Saragosse, 10 lieux de la capitale de l’Èbre

Saragosse est l'une des plus grandes villes d'Espagne. C'est la cinquième plus grande ville d'Espagne, derrière Madrid, Barcelone, Séville et Read more

Que voir à Palma de Majorque

Palma est une ville cosmopolite qui a beaucoup à offrir. Ses monuments et ses plages valent vraiment la peine d'être Read more