Les bâtiments les plus emblématiques du Madrid néoclassique

Le style néoclassique a été introduit en Espagne après l’arrivée des Bourbons au début du XVIIIe siècle et les nouvelles idées produites par le despotisme éclairé de la capitale. Lorsque le changement dynastique a eu lieu, le baroque était solidement établi dans le pays, associé à la Maison d’Autriche et à l’Église de la Contre-Réforme. Dès lors, elle entre dans une phase moins ornée et plus austère qui sera un précurseur du mouvement néoclassique qui a débuté au milieu du siècle.

Musée du Prado

Musée du Prado

Les Bourbons ont poursuivi dès le début l’idée d’embellir Madrid avec de grands travaux et des avenues civiles. Mais il faudra attendre l’accession au trône de Charles III en 1728 pour que l’ambitieux projet de réforme soit réalisé. Sous les idées de l’architecte Francesco Sabatini, la capitale rompt avec les anciennes règles baroques et entame une période marquée par le style néoclassique qui durera jusqu’au XIXe siècle.

La capitale a été conçue selon deux axes artistiques dessinés par Sabatini. D’une part, un axe monumental qui relie la Porte d’Alcalá au Palais Royal et dans lequel s’alignent des bâtiments tels que l’ancienne Académie Royale de San Fernando, la place principale rénovée et le Théâtre Royal, entre autres. Perpendiculairement à cet itinéraire, un axe culturel est tracé le long de la rue Paseo del Prado, agrémenté de boulevards, de jardins, de fontaines et de statues classicistes comme celles de Cybèle et de Neptune. Il contient des bâtiments et des institutions à caractère culturel ou scientifique, tels que le Musée du Prado, l’Observatoire astronomique, le Palais de la Bourse et le Palais de justice. Un travail qui s’est étendu à travers différents règnes et professionnels jusqu’au trône d’Isabel II inclus.

Porte d’Alcalá

Arc de triomphe pour l'Espagne. Porte d'Alcalá

Arc de triomphe pour l’Espagne. Porte d’Alcalá

Francesco Sabatini a été le principal architecte du baroque tardif et un précurseur du style néoclassique, dont les œuvres ont laissé une marque importante sur l’architecture de Madrid. Le meilleur exemple était la Porte d’Alcalá qui est l’une des cinq anciennes portes royales qui donnaient accès à la ville. Il a été érigé en 1778 et a une apparence monumentale similaire aux Arcs de triomphe romains. Il est situé au centre de la Place de l’Independencia, au carrefour des rues Alcalá, Alfonso XIII, Serrano et Salustiano Olózaga, à côté des abords du Retiro.

La Porte d’Alcalá a pris de l’importance dans la ville de Madrid depuis son arrivée à la fin du XVIIIe siècle. Aujourd’hui, c’est l’une des icônes les plus représentatives de la capitale en raison de sa double condition de regard sur l’intérieur et l’extérieur de la ville. Tout au long de sa vie, elle a également servi de support à toutes sortes de revendications politiques et artistiques là où de véritables événements historiques ont eu lieu.

Fontaines de Cybèle et Neptune

La fontaine Cybèle à Madrid

La fontaine Cybèle à Madrid | Shutterstock

Le projet de Charles III et Sabatini comprenait une série de fontaines sculptées avec des motifs mythologiques classiques, comme les fontaines de Cybèle et de Neptune. Tous deux conçus selon les préceptes néoclassiques de Ventura Rodriguez, sont présidés par des sculptures de dieux. Le premier est situé sur la place qui porte son nom et entre les rues centrales de Recoletos et Paseo del Prado. Cybèle est la déesse de la terre, de la fertilité et de l’agriculture. Elle est représentée sur un char tiré par des lions et la tête couronnée de tours, une main sur le sceptre et les clés de la ville dans l’autre.

Fontaine de Neptune, dans le Paseo del Prado

Fontaine de Neptune, dans le Paseo del Prado. | Shutterstock

De là et en suivant le Paseo del Prado, on trouve l’autre fontaine, celle de Neptune, dieu de la mer. Il est l’une des douze divinités de l’Olympe, fils de Saturne et de Rhéa. Il est représenté avec un serpent enroulé dans la main droite et son célèbre trident dans la main gauche, debout sur un chariot en forme de coquille tirant deux hippocampes. Le dieu de l’eau aurait pu être le symbole de la Marine que le roi Charles III a réformée en son temps.

Musée du Prado

Musée du Prado et sculpture de Velázquez

Musée du Prado et sculpture de Velázquez. | Shutterstock

L’architecte Juan de Villanueva prend la relève de Sabatini et commence sa carrière professionnelle à Madrid sous le règne de Charles III. Il a continué plus tard sous son fils Charles IV, qui l’a nommé Maître Maire. Le Musée du Prado, situé au cœur du Paseo del Arte, est sans aucun doute l’œuvre majeure de Villanueva et un exemple parfait de l’architecture néoclassique de la ville.

C’est en 1785 que l’architecte des Sites Royaux et de la Mairie de Madrid reçoit la commande de Carlos III pour la construction d’un bâtiment au Prado de los Jerónimos. Cependant, au début, il n’abritait pas de galerie d’art comme celle d’aujourd’hui. Il est alors prévu d’en faire le siège du Cabinet d’Histoire Naturelle et de l’Académie des Sciences. Il a fallu quelques années et de nombreux épisodes historiques pour que le bâtiment de Villanueva devienne un musée.

Enfin, en 1818, Fernando VII rendit publique sa décision d’abriter dans l’édifice un grand nombre d’œuvres des collections royales, le transformant ainsi en une véritable galerie de peinture. Le musée a ouvert ses portes l’année suivante sous le nom de Musée royal des peintures. Au fil des ans, le complexe a été agrandi et rénové. Grâce à cela, elle est devenue l’une des meilleures galeries d’art du monde avec des œuvres de grands génies de l’art national et international. Il comporte des pièces de Goya, Velázquez, Bosch et Rubens, parmi beaucoup d’autres. Sa grande taille et le nombre de peintures exposées rendent difficile la visite complète de toutes ses salles, surtout pour les visiteurs les plus novices.

Académie royale des beaux-arts de San Fernando

Académie des beaux-arts de San Fernando, dont la façade a été adaptée au style néoclassique du XVIIIe siècle

Académie des beaux-arts de San Fernando, dont la façade a été adaptée au style néoclassique du XVIIIe siècle. | Wikimedia

À l’origine, ce bâtiment avait un style baroque clair depuis l’époque de Felipe V, lorsqu’il était l’ancienne résidence du ministre et homme d’affaires Juan de Goyenche. Mais lorsque le Palais est devenu la propriété de l’Académie des Beaux-Arts au XVIIIe siècle, sous l’ambitieux projet du roi Carlos III, il a acquis un air néoclassique renouvelé. Le responsable de la transformation de la façade extérieure était Diego de Villanueva. L’architecte a éliminé les éléments baroques et a placé à leur place une façade d’ordre dorique.

Théâtre Royal

Théâtre Royal

Théâtre Royal. | Shutterstock

Le Théâtre Royal de Madrid est une autre des grandes œuvres qui caractérisent le style néoclassique de la ville. Sa construction n’est plus promue par le monarque éclairé, mais par son petit-fils Ferdinand VII en 1818. Il a été installé sur la Place d’Oriente, à côté du Palais Royal. Dans ce but, la démolition de l’ancien Théâtre de Caños del Peral a été ordonnée. Le projet du nouveau bâtiment a été confié à l’architecte de la ville, Antonio López Aguado.

Cependant, le monarque despote n’aura pas le plaisir de le voir achevé, car les travaux sont interrompus un an plus tard en raison d’un manque de fonds de la Maison royale. C’est sa fille Isabel II qui a inauguré le théâtre une fois les travaux terminés en 1850. Cela valait la peine d’attendre, car il a été construit comme l’un des grands opéras européens, où des personnages de la stature de Verdi sont venus occuper ses sièges. Depuis lors, il n’a cessé d’être l’un des plus grands et des meilleurs théâtres d’Espagne.

Bibliothèque nationale

Bibliothèque nationale

Bibliothèque nationale. | Shutterstock

Inaugurée en 1896, la Bibliothèque nationale se dresse majestueusement sur le Paseo de Recoletos et la Calle de Serrano, à côté de la Place de Colón. Les travaux ont commencé bien des années auparavant, en 1836. La reine Isabelle II a posé la première pierre du bâtiment qui abrite aujourd’hui la bibliothèque et le musée archéologique. Il s’agit d’une construction néoclassique de plan rectangulaire, conçue selon l’idée originale de Francisco Jareño y Alarcón.

Le large escalier extérieur qui précède son entrée principale avec un portique de style corinthien se distingue. Le fronton rectangulaire est surmonté de sculptures de l’artiste Agustín Querol, qui représentent le Triomphe des Lettres, de la Science et des Arts. Quant à la décoration non architecturale de la façade, elle se compose de six statues représentant des personnages importants de l’histoire, dont Cervantes, Alphonse X le Sage et Lope de Vega.

Congrès des députés

Congrès des députés

Congrès des députés

Un autre des bâtiments qu’Isabelle II a elle-même créé est l’actuel Congrès des députés, situé dans la rue Carrera de San Jerónimo. Il a été inauguré en 1850, sept ans après le début des travaux. Ceux-ci ont été conçus sous les ordres de l’architecte Don Narciso Pascual i Colomer, qui a opté pour une œuvre de style néoclassique qui rappelle la Grèce antique comme le berceau de la démocratie. Derrière ses portes, des lois sont débattues et approuvées chaque jour depuis plus de 150 ans, abritant en ses murs les épisodes les plus emblématiques de l’histoire parlementaire espagnole.

Dans la partie la plus élevée du bâtiment, on trouve un frontispice triangulaire, œuvre du sculpteur Ponciano Ponzano. Il est composé de figures sculptées retentissantes d’allure classique qui donnent une vie allégorique à la nation espagnole, qui semble embrasser la Constitution. Autour d’elle sont regroupées d’autres images qui représentent la Forteresse, la Justice, les Beaux-Arts, l’Harmonie, le Commerce, l’Agriculture, les Fleuves et les Canaux de navigation, la Valeur espagnole, la Science et l’Abondance et la Paix. Ce travail a été pris par divers experts comme le plus grand groupe de sculptures du XIXe siècle espagnol.

Le Palais de la Bourse de Madrid

Palais de la Bourse de Madrid

Palais de la Bourse de Madrid | Shutterstock

Sur l’emblématique Paseo del Prado, la fumée de tabac, la course et les cris ont constitué la scène quotidienne frénétique du Palais de la Bourse de Madrid pendant une grande partie du XXe siècle. Inaugurée en 1893 par la reine régente María Cristina, l’activité boursière espagnole était concentrée dans ce magnifique bâtiment de la Place de la Lealtad. Des centaines d’agents et de mandataires s’y entassaient chaque matin.

Intérieur du Palais de la Bourse de Madrid

Intérieur du Palais de la Bourse de Madrid

Le Palais de la Bourse a été conçu par l’architecte Enrique María Repullés, qui a opté pour un style néoclassique similaire à celui des bâtiments qui décoraient Madrid à l’époque. Son créateur savait très bien que pour concevoir un véritable temple de l’économie, il devait donner à cette œuvre l’aspect d’une basilique, qui donnerait une image de dignité au système financier espagnol. Ainsi, son entrée principale est présidée par l’imposant portique à six colonnes corinthiennes et un élégant escalier.


About the author

Jerez de la Frontera, la ville du vin et du cheval

La ville Jerez de la Frontera est connue dans le monde entier grâce à ses vins et ses chevaux. Ses Read more

Que voir à Cadix

Entourée d'immenses plages de sable, la ville de Cadix est encadrée par un paysage de marais unique en Europe. La Read more

Que voir à Peñiscola, la douce odeur de la mer

Peñíscola est située sur l'une des côtes les plus célèbres et les plus belles d'Espagne. Une côte connue sous le Read more

Alcalá de Henares
Dónde dormir en Alcalá de Henares

[vc_row][vc_column][vc_custom_heading text="Ville Universitaire de Cervantes" font_container="tag:h2|text_align:left|color:%23000000" google_fonts="font_family:PT%20Sans%20Narrow%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_column_text]Alcala de Henares fut une ancienne ville romaine et le centre de l’une des Read more

Que voir à Saint-Sébastien

Il est impossible d'arriver à Saint-Sébastien et de ne pas tomber à ses pieds. Célèbre pour avoir l'une des meilleures Read more