Château de Púbol : le lieu dont Dalí est tombé amoureux

Certains châteaux espagnols sont de véritables joyaux architecturaux, d’autres ont une histoire étonnante et d’autres encore, même s’il s’agit de châteaux en ruines, méritent une visite. Le cas du château de Púbol est une combinaison d’architecture, d’histoire et de culture qui trouve ses origines au XIe siècle. Connu sous le nom de Maison-musée Gala Dalí, il est située à La Pera, dans la province de Gérone.

Il forme le populaire “Triangle Dalí“, qui, avec la maison Salvador Dalí de Cadaqués et le théâtre-musée Dalí de Figueres, permet aux visiteurs de découvrir l’œuvre unique de l’artiste. Un lieu que le peintre Dalí a aménagé en détail pour en faire cadeau à sa femme comme résidence. Le dernier atelier de l’artiste et le mausolée de sa muse, un château médiéval décoré dans le plus pur style surréaliste.

Un voyage à travers l’histoire du château de Púbol

Château Gala Dalí, Púbol

Château Gala Dalí, Púbol | Shutterstock

Le château Gala Dalí est un château de style gothique et renaissance datant du XIe siècle. À cette date, seule la tour du château était encore debout, le reste de la fortification ayant été construit entre le 14e et le 15e siècle. La structure du bâtiment se compose de trois étages disposés autour d’une haute cour.

La première documentation à son sujet date du XVIe siècle, lorsqu’il a été acheté par Arnau de Llers. En 1370, il devient la propriété de Gisper de Campllong. Des années plus tard, la famille s’unit aux Requenenses et devient barons de Púbol. La légende raconte que le baron de Púbol y avait l’habitude de percevoir la dîme de ses vassaux. Lorsque les paiements n’étaient pas corrects, il brûlait ses vassaux vivants et les jetait dans le puits.

Il a appartenu au baron jusqu’au XVIIe siècle, où il est passé aux mains de différentes familles nobles comme les Olmos et les Tormo. Par la suite, la forteresse a été abandonnée jusqu’à ce qu’elle soit achetée en 1969 par Dalí.

La présence de la figure de Salvador Dalí au château de Púbol

Château de Púbol, Gérone

Château de Púbol, Gérone | Shutterstock

Dalí a acheté la propriété du château en 1969 pour la somme d’un million et demi de pesetas, un château abandonné avec un jardin semi-sauvage. Une atmosphère mystérieuse et romantique que le peintre a veillé à entretenir. C’était l’inspiration dont il avait besoin et le cadeau parfait pour sa muse, une fortification médiévale pour sa dame.

Salvador Dalí était chargé de la décoration intérieure : représentations picturales sur les murs et les plafonds, fausses architectures, symbolisme romantique et salles décorées dans le style baroque. Le château entier a pris une atmosphère délicate, conçue exclusivement pour sa femme. En fait, Gala était vénérée dans toutes les pièces, comme si elle était une dame féodale.

Et telle était la réalité : Gala a “régné” sur le château de 1970 à sa mort en 1982. Sa femme était bien plus qu’une muse, connue sous le nom de Gala, mais appelée Elena Dimitrievna Diakonova, elle était une artiste prestigieuse. Écrivaine et créatrice de vêtements très respectée à son époque, elle a collaboré avec certains des créateurs les plus importants de l’histoire de la mode.

Vue aérienne du château de Púbol

Vue aérienne du château de Púbol. | shuttersotck

C’est dans ce château que Gala a réalisé ses travaux grâce à la solitude que lui offrait le peintre. À tel point que Dalí ne pouvait s’y rendre que s’il recevait une invitation écrite de sa main. C’est même ici que Gala recevait ses amants sans avoir à donner d’explications, le couple ayant une relation ouverte.

Après la mort de sa femme, le château est devenu le mausolée de Gala. À droite de la tombe se trouve une pierre tombale vide que Dalí était censé occuper à sa mort, mais il a finalement été enterré au Théâtre-musée Salvador Dalí de Figueres. On dit que les deux tombes sont reliées pour que les amoureux puissent se tenir la main jusqu’à l’éternité.

Un musée d’art surréaliste, des chambres pleines de détails et des témoignages d’amour pour Gala

Le trône de Gala, château de Púbol

Le trône de Gala, château de Púbol | Shutterstock

Aujourd’hui, le château se distingue par son architecture d’origine médiévale, mais avec un style surréaliste atypique pour une forteresse du Moyen Âge. Après avoir acheté le château, Dalí a profité des pièces et des murs endommagés pour créer certaines de ses œuvres les plus surréalistes, qui rendent toutes hommage à sa femme Gala.

Au premier étage, connu comme l’étage noble ou la salle des armoiries, se trouve le trône de Gala, décoré de paysages de l’Empordà et de diverses peintures en trompe-l’œil pour cacher les éléments modernes de la pièce, car sa femme ne voulait pas les voir.

Dans le grenier, il est possible de trouver des robes Haute Couture ayant appartenu à sa femme, de créateurs tels que Dior et Chanel, la chambre bleue où il dormait et l’endroit où se trouve le dernier chevalet utilisé par Dalí. À côté de la chambre se trouve l’ancienne cuisine du château, transformée en boudoir.

Jardin des éléphants, château de Púbol

Jardin des éléphants, château de Púbol | Shutterstock

Le joyau de la couronne du château, connu sous le nom de Jardin des éléphants, mérite également d’être mentionné. Vous y trouverez les célèbres sculptures de Dalí, des éléphants aux longues jambes qui marchent au-dessus de la végétation du jardin sauvage. Une visite romantique qui coupe le souffle à tous ceux qui la visitent, notamment une piscine avec des bustes de Wagner. Dans le garage, il est possible de découvrir la célèbre Cadillac bleue qu’ils utilisaient pour leurs voyages, ainsi que la Datsun orange que Gala conduisait. Enfin, le sous-sol, un endroit qui était utilisé pour les fêtes.

Le château de Púbol peut être considéré comme un sanctuaire qui rend hommage à la muse de Salvador Dalí. L’un des points clés du triangle dalinien, il est sans aucun doute aussi singulier que le reste des œuvres de l’artiste. Une forteresse médiévale avec un style surréaliste que seul Dalí pouvait réaliser. Une visite incontournable à Gérone.


About the author

Tarifa, entre les vents de l’Atlantique et de la Méditerranée

Tarifa, le bastion de Guzmán el Bueno Située à l'extrême nord de la péninsule ibérique, Tarifa occupe une position stratégique Read more

Jerez de la Frontera, la ville du vin et du cheval

La ville Jerez de la Frontera est connue dans le monde entier grâce à ses vins et ses chevaux. Ses Read more

Salobreña, un beau village de la Costa Tropical de Grenade

Salobreña est une belle ville de Grenade, située sur les rives du fleuve Guadalfeo, connue pour sa culture traditionnelle du Read more

Que voir à Palma de Majorque

Palma est une ville cosmopolite qui a beaucoup à offrir. Ses monuments et ses plages valent vraiment la peine d'être Read more

Que voir à Peñiscola, la douce odeur de la mer

Peñíscola est située sur l'une des côtes les plus célèbres et les plus belles d'Espagne. Une côte connue sous le Read more