Les imposants châteaux d’Espagne en ruines, un passé en décombres

Le passage du temps de certains des châteaux d’Espagne a conduit à la ruine progressive de ces forteresses emblématiques. Malgré l’état d’abandon de ces châteaux d’Espagne en ruines on peut remonter dans le temps et imaginer leur époque de splendeur. Sans aucun doute un exercice qui nous aidera à comprendre la raison d’être de ces onze magnifiques constructions. Retrouver dans notre imagination l’aspect impérieux qu’ils avaient dans l’Espagne médiévale est un bon hommage à une icône de notre Histoire. Vous venez ?

Château de Davalillo, La Rioja

Le vignoble de la Rioja au pied du château Davalillo

Le vignoble de la Rioja au pied du château Davalillo. | Shutterstock

Le château de Davalillo, près de la municipalité de San Asensio, dans La Rioja, a connu ses moments de gloire lors des nombreuses batailles entre les armées navarraises et riojanes. Sans connaître la date de sa construction, il semble que le château de Davalillo ait son origine entre la fin du XIIe siècle et le début du XIIIe siècle, mais ce qui semble certain est qu’il a été construit après 1177. Cette construction ne figure pas parmi celles mentionnées par Sancho VII dans la liste des châteaux de la région qu’il a établie à la demande du Parlement anglais.

Quoi qu’il en soit, le château de Davalillo est actuellement dans un état d’abandon important. Il y a un peu plus d’un an, la CVNE (Entreprise viticole du nors d’Espagne) l’a rachetée aux administrations locales et autonomes après l’avoir rachetée à une autre importante entreprise viticole locale. Peut-être que le manque d’investissements privés a conduit à négliger le complexe d’une manière indigne d’un monument historique. Elle est très menacée d’affaissement car les bases des tours sont très inégales.

Il est privé et ne peut être visité pour le moment. Le château de Davalillo est l’une des images les plus emblématiques de la région. Situé sur une colline au milieu des vignobles de la Rioja, il offre une vue magnifique sur la Rioja Alta. De même, la détérioration et le danger d’effondrement susmentionné ont fait que les environs de la forteresse ont été clôturés pour éviter les problèmes. De leur côté, les autorités locales ont mis en garde contre le risque d’accéder dans la forteresse du XIIIe siècle.

Château de Vozmediano, Soria

Le château de Vozmediano aurait pu être un Parador Nacional

Le château de Vozmediano aurait pu être un Parador Nacional. | Shutterstock

À mi-chemin entre la Castille et l’Aragon, le château de Vozmediano se dresse sur de grandes falaises et préside à la ville à laquelle il donne son nom, à Soria. Protagoniste de la conquête d’Alphonse Ier d’Aragon, en 1429, le poète et militaire Iñigo López de Mendoza, marquis de Santillana, arrive dans ses chambres. Dans le château lui-même, entre les défenses, l’écrivain du XVe siècle a écrit quelques-unes de ses serranillas les plus célèbres.

Au XXe siècle, le château de Vozmediano était plus dans l’actualité qu’au Moyen Âge. Dans les années 60, le ministre du tourisme de l’époque, Manuel Fraga, a proposé la création d’un Parador Nacional en profitant de la forteresse de Soria. Pour mener à bien une telle action, le village de Vozmediano a dû être rattaché à Ágreda, localité voisine. Cependant, les voisins du village ont rejeté la proposition, signant ainsi l’arrêt de mort du château lui-même.

Depuis lors, le cimetière qu’il abrite gagne du terrain par rapport à la forteresse, provoquant la détérioration progressive de l’édifice médiéval. Depuis plusieurs années, la mairie de Vozmediano, en tant que propriétaire, demande sa restauration, mais n’a reçu aucune réponse. Actuellement, l’une des tours du château présente d’importantes fissures qui ont provoqué l’effondrement d’une partie de la muraille en 2018. Depuis plusieurs années, il figure sur la liste rouge de monuments établie par Hispania Nostra.

Château de Rivadeneyra, Tolède

Le château de Rivadeneyra la nuit

Le château de Rivadeneyra la nuit. | Shutterstock

Le château de Rivadeneyra est peut-être l’un des plus connus et des plus représentatifs de la région. Au nord de la province de Tolède, cette forteresse du XVe siècle est située à la périphérie du village désormais inhabité de Caudilla. Ce château, d’un aspect plus pictural et majestueux que militaire, a servi de résidence à Fernando de Rivadeneyra. Il a résisté aux attaques subies par l’armée d’Enrique IV en raison de la rivalité qu’il entretenait avec son frère Alphonse pour le royaume de Castille.

Son état de conservation est très mauvais. Ses rares vestiges ont subi un nouveau revers lorsque, en 1999, la façade principale s’est effondrée. Une initiative populaire a tenté sans succès de remettre le bâtiment en état sans succès.

Ainsi, peu d’attentes existent autour du château détérioré. Aujourd’hui, il est privé et il n’y a pas d’actions connues liées à la conservation ou à la rénovation du bâtiment. Pendant ce temps, la forteresse est le témoin de curieux et de touristes qui, appareil photo à la main, prennent des images de la région et du château. L’accès à l’enclave est facile par l’autoroute entre Maqueda et Tolède.

Château de Castrotorafe, Zamora

Le château de Castrotorafe avec la rivière Esla comme témoin

Le château de Castrotorafe avec la rivière Esla comme témoin. | Shutterstock

Au bord de la rivière Esla, dans le village inhabité de Castrotorafe, Zamora, le château doit avoir été construit avant 1319, selon la volonté de Juan de Castilla. Sa situation privilégiée, à la frontière entre la Castille, le León, le Portugal et la Galice, a fait de cette fortification une forteresse d’une grande valeur militaire et stratégique. La construction avait un grand fossé dont il reste des traces aujourd’hui et il semble qu’il était situé sur une petite élévation, d’où ils contrôlaient la ville de Castrotorafe.

Selon les dates, la forteresse est tombée dans l’oubli à la fin du XVIIe siècle. Après plus de deux siècles d’abandon, les ruines de Castrotorafe ont été déclarées Monument National en 1931. Cependant, depuis 2009 et grâce au financement du gouvernement de Zamora, des travaux de conservation et de consolidation des murs ont été réalisés. Cependant, les premiers travaux de déblaiement des vestiges ont provoqué l’effondrement d’un des cubes défensifs.

Château de Morón de la Frontera, Jaén

Les défauts du château de Morón de la Frontera sont visibles

Les défauts du château de Morón de la Frontera sont visibles. | Shutterstock

Depuis sa construction au XIe siècle, lorsque Morón était un royaume taïfas, le château arabe a été le témoin de la Reconquête, des troupes napoléoniennes et même de la guerre civile. Toutes ces époques ont été juge et partie de la détérioration de cette forteresse qui, aujourd’hui, est en grave danger d’effondrement sans que les administrations locales ou les investissements privés ne s’en préoccupent beaucoup.

Perché sur une colline à Morón de La Frontera, son donjon est encore visible. Une des grandes curiosités de cette forteresse est l’aspect multifonctionnel qu’il a eu au fil du temps. Étant une frontière entre Cadix et Séville, le château était l’un des lieux de défense les plus importants du sud. En plus de son service militaire, la construction a également servi de résidence noble.

Château de Pelegrina, Guadalajara

Le château de Pelegrina, mirador sur toute la vallée de la rivière Dulce

Le château de Pelegrina, mirador sur toute la vallée de la rivière Dulce. | Shutterstock

Entouré par la faune et la nature, le château de Pelegrina date du 12ème siècle. Mirador de toute la vallée sur la rivière Dulce, il a été victime d’un incendie en 1710 pendant la guerre de succession espagnole. Bien que, plus tard, ce reste patrimonial de Guadalajara ait été reconstruit. De plus, au milieu de la guerre d’indépendance, il a été démantelé par les troupes napoléoniennes afin qu’il ne serve pas de refuge aux guérillas.

Dans la province de Guadalajara, près de l’A2, l’enclave de la rivière Dulce offre une excursion complète où les belles vues et la bonne nourriture sont les protagonistes. Tout le parc naturel du Barranco del Río Dulce a été témoin dans les années 70 des expériences de Félix Rodríguez de la Fuente et de sa série documentaire El Hombre y La Tierra. En fait, vous pouvez toujours visiter la cabane où ils conservaient le matériel et tout le nécessaire pour le tournage.

Château Torre Salvana, Barcelone

Le château de Torre Salvana, populaire auprès des amateurs de paranormal

Le château de Torre Salvana, populaire auprès des amateurs de paranormal. | Shutterstock

Cette construction sur le Baix del Llobregat est très populaire auprès des amateurs de paranormal et d’effets psychédéliques. Datant d’environ 992, cette tour de défense avancée a été gravement endommagée lors des révoltes catalanes du XIIIe siècle. Son aspect actuel est la conséquence des nombreuses modifications qu’il a subies au cours de son histoire. D’origine romane, il est certain qu’il y a eu des modifications gothiques dans sa structure.

La Torre Salvana se trouve à côté de la ville de Santa Coloma de Cervelló, à quelques kilomètres de Barcelone. Le bâtiment est dans un état de ruine et d’abandon important. Il a subi des actes de vandalisme et de pillage qui ont rendu la forteresse méconnaissable. Il ne reste pratiquement aucun vestige architectural de son origine.

Château de Portezuelo, Cáceres

Le château de Portezuelo a subi des réformes indignes d'un BIC

Le château de Portezuelo a subi des réformes indignes d’un BIC. | Shutterstock

Le château de Portezuelo, dans la province de Cáceres, est le paradigme de la manière de ne pas restaurer un monument historique. Originaire de l’occupation musulmane, la forteresse a servi au Haut Moyen-Âge à stopper l’avancée chrétienne. Tout au long de sa longue histoire, le château a été victime de nombreuses attaques, autant que de reconstructions. Bien que classé BIC (Bien d’Intérêt Culturel), son état est ruineux. En outre, il a récemment subi l’effondrement d’une de ses tours. Comme mentionné ci-dessus, les travaux de restauration sont une catastrophe et manquent d’harmonie avec l’histoire du bâtiment.

Château de Pambre, Lugo

Le château de Pambre est un bon exemple de restauration

Le château de Pambre est un bon exemple de restauration. | Shutterstock

Parmi les plus de 3 000 châteaux qui, selon l’Association espagnole des amis des châteaux, sont en ruine, le château de Pambre est un exemple clair de bon travail. Cette forteresse, située dans la province de Lugo, a atteint une partie de son lustre grâce à l’administration publique car son état de ruine a été consolidé.

Cependant, et bien qu’il soit l’un des châteaux les mieux préservés de Galice, Pambre a subi d’importantes détériorations qui ont conduit au gouvernement à réaliser de lourds investissements. Propriété privée jusqu’en 2012, la négligence de son dernier locataire a fait subir au donjon des dommages et des actes de vandalisme qui ont failli rendre la restauration irréversible.


About the author

Tarifa, entre les vents de l’Atlantique et de la Méditerranée

Tarifa, le bastion de Guzmán el Bueno Située à l'extrême nord de la péninsule ibérique, Tarifa occupe une position stratégique Read more

Jerez de la Frontera, la ville du vin et du cheval

La ville Jerez de la Frontera est connue dans le monde entier grâce à ses vins et ses chevaux. Ses Read more

Salobreña, un beau village de la Costa Tropical de Grenade

Salobreña est une belle ville de Grenade, située sur les rives du fleuve Guadalfeo, connue pour sa culture traditionnelle du Read more

Que voir à Palma de Majorque

Palma est une ville cosmopolite qui a beaucoup à offrir. Ses monuments et ses plages valent vraiment la peine d'être Read more

Que voir à Peñiscola, la douce odeur de la mer

Peñíscola est située sur l'une des côtes les plus célèbres et les plus belles d'Espagne. Une côte connue sous le Read more