L’itinéraire des templiers à travers le nord de l’Espagne

L’Ordre du Temple fut l’un des grands acteurs de l’époque médiévale en Europe. De 1118 à 1312, d’un petit groupe de neuf chevaliers ils en vinrent à former une organisation militaire et religieuse dotée d’un pouvoir immense. C’est précisément cette influence accumulée qui causa leur perte et disparition dans un complot organisé par le roi Felipe IV de France. Cependant, leur héritage est immense ; ils ont laissé des monuments dans tout le pays. Châteaux ou églises que les Pauvres Compagnons du Christ et du Temple de Salomon construisirent lors de leur combat contre les musulmans de la péninsule ibérique. Cet itinéraire des Templiers à travers le nord de l’Espagne passe par certaines des plus marquantes ou des plus importantes ex-propriétés templières du tiers nord de la péninsule.

Bien qu’il existe de nombreux lieux associés aux Chevaliers Templiers, leur présence au Pays basque, en Cantabrie et dans les Asturies ne repose que sur des mythes ou des coutumes. L’absence de conflits dans ces zones signifie qu’il n’y eut pas de construction de forteresses importantes ni beaucoup de traces de leur passage. C’est pourquoi, la plupart des propriétés de cet itinéraire de quatre jours sont situées plus au sud, à travers les terres catalanes, aragonaises, castillanes et leonaises. En Galice, les chevaliers eurent également des domaines, donc disposer d’un jour de plus est une bonne idée pour se rendre à Temple et Cambre. Quoi qu’il en soit, il nous faut aller à Tarragone pour commencer.

Ponferrada

Ponferrada, qui fait partie de l’itinéraire des templiers à travers le nord de l’Espagne

Premier jour: de Miravet à Monzón

Dans la province de Tarragone les Templiers eurent une certaine influence sur plusieurs de ses villes et villages. Par exemple, à Tortosa se trouve le château de Zuda. La commanderie y était l’une des plus prospères que l’ordre avait dans le royaume d’Aragon, avec celle de Miravet. C’est précisément là que notre itinéraire des Templiers à travers le nord de l’Espagne commence. De là, il continue par Lérida, dans le Castell de Gardeny,  à Chalamera dans Huesca et Monzón.

Miravet, Km 0

Château templier de Miravet

Château templier de Miravet.

L’origine des lieux, comme pour Tortosa, remonte à peu de temps au temps de l’arrivée des chevaliers, au milieu du XIIe siècle. Lorsque le réduit almoravide de Miravet tomba en 1153, après une année de siège au cours duquel les soldats du maître Père de Rovira aidèrent de manière décisive les troupes du comte Ramon Bérenger IV, Les Templiers gardèrent pour eux la forteresse. Sur le fort arabe, il fut décidé d’édifier un château pour défendre le cours inférieur de l’Èbre, modèle qui suivrait le style que l’ordre avait utilisé en Terre Sainte et dans de nombreux autres endroits de la chrétienté. Lignes droites, simple et compacte, l’édifice massif était le préféré à partir du moment où les Pauvres Compagnons du Christ et du Temple de Salomon prospérèrent.

Un siècle et demi plus tard, les troupes royales aragonaises assiégèrent les lieux. La raison en était la suspension de l’Ordre du Temple. Après une certaine résistance les chevaliers se rendirent. La tour du sang est l’endroit où les derniers le firent, un point essentiel de la visite. Bien que la légende qui lui donne son nom affirme que les chevaliers furent exécutés, ils survécurent comme prisonniers.

Avant ou après avoir vu les différentes salles du château de Miravet, on peut visiter le vieux village qui se développa autour de la forteresse. Il convient également de prêter attention à la vieille église, développée initialement par les héritiers des Templiers, les Chevaliers de l’Ordre Hospitalier. Le temps que vous consacrerez à cet endroit dépend de si vous voulez vous arrêter à Castell de Gardeny ou à Chalamera. Si vous allez directement à Monzón, vous pouvez y consacrer une demi-journée.

Castell de Gardeny, km 89

Castell de Gardeny  à Lérida

Castell de Gardeny  à Lérida. | Shutterstock

Dans Lérida capitale se trouvent les restes de ce château, sur la colline du même nom. L’arrêt nous permet de revoir l’histoire de l’ordre dans cette province. Déjà à l’époque romaine, une forteresse fut construite sur la hauteur pour les combats que Jules César mena contre ses ennemis pompéiens.

Des siècles plus tard, les Templiers construisirent le Castell de Gardeny, qui a survécu à leur disparition. Transformé en un bon musée, il montre les adaptations qu’il a subies à l’époque moderne. De plus, étant à mi-chemin de Monzón, Lérida est un fort bon choix pour s’arrêter déjeuner.

Monzón, km 180

Château templier de Monzón

Château templier de Monzón

Sur le chemin du plus célèbre monument templier du territoire de Huesca, il est bon de faire un bref arrêt pour découvrir les alentours de Chalamera. Un tout joli ermitage du XIIe siècle, construit par l’ordre lui-même, vous attend. C’est un bel échantillon de l’art roman. Dans le temps, dans ce village et dans le Belver de Cinca voisin, ils avaient chacun leur château, qui furent détruits lorsque les chevaliers disparurent. Dans celui de Chalamera, les derniers templiers aragonais résistèrent, après que Monzón eut cédé au siège inquisitorial dirigé par Felipe IV de France.

Cependant le magnifique château de Monzón a survécu. Sur une colline, dominant la ville, il se maintient impassible. Ce fut au début une forteresse arabe, mais elle se retrouva entre les mains des Templiers après avoir été reconquise par les Aragonais. Les défenses de l’ensemble furent grandement améliorées sous le pouvoir de l’ordre. Le prestige acquis servit au maître Guillem de Montodrón pour y éduquer le futur Jacques Iᵉʳ d’Aragon le Conquérant.

Bien qu’il se soit adapté à l’irruption de l’artillerie lourde et qu’il ait  participé aux grands conflits de l’histoire espagnole, son essence templière reste claire. La visite comprend la salle capitulaire, les écuries, la tour de Jaime I ou l’église de San Nicolás. Avant de souffler un peu, visiter l’église Nuestra Señora de l’Alegría ou la cathédrale de Santa María del Robledal, où furent célébrées plusieurs réunions de la Couronne d’Aragon.

Deuxième jour: de Monzón à Torres del Río

Bien que le chemin soit long  depuis Monzón, les deux petites églises à visiter en valent la peine. Toutes deux partagent des caractéristiques, comme être en Navarre, reliées au Chemin de Compostelle et un plan octogonal, qui rappelle notamment dans le cas de Torres del Río l’église du Saint-Sépulcre à Jérusalem. Ce sont également de bons exemples de la tradition qui attribue ce type de constructions à l’ordre du Temple, puisque diverses recherches indiquent que ce sont ces chevaliers qui les ont édifiées.

Santa María de Eunate, km 424

Santa María de Eunate

Santa María de Eunate

Il faut faire plus de 200 kilomètres jusqu’à l’église romane de Santa María de Eunate. Elle, tout comme l’église du Saint-Sépulcre de Torres del Río, peuvent être vue rapidement, si vous vous levez tôt, vous pouvez faire un arrêt en chemin à Huesca ou à Olite. Une fois dans la municipalité de Muruzabal, vous pouvez voir ce petit mais si beau  temple du XIIe siècle, non loin est Puente La Reina, un autre choix touristique pour prolonger les visites de la journée. A proximité se joignent le Chemin Aragonais et le Navarrais français, vous rencontrerez très probable des pèlerins sur votre route.

La principale curiosité de Santa María de Eunate, en plus de son plan particulier est la galerie extérieure qui l’entoure et qui possède également une arcade remarquable laquelle, grâce à être isolée du temple, crée un ensemble charmant. Signalons que dans plusieurs de ses tombes médiévales on a retrouvé des coquillages, ce qui associe directement l’église à la route jacobine. Un trajet dans lequel l’Ordre des Templiers s’était très impliqué, dans la protection des pèlerins.

Torres del Río, km 484

Église du Santo Sepulcro dominant Torres del Río

Église du Santo Sepulcro dominant Torres del Río. | Shutterstock

Quelques 60 kilomètres plus loin, après Puente La Reina et Estella, Torres del Río pourrait n’être qu’un village comme les autres. Cependant, il possède un joyau architectural: l’église du Saint-Sépulcre. Elle date du même siècle que Santa María de Eunate. Son style roman présente également des caractéristiques mudéjares. Plus tard, une lanterne fut installée au-dessus de la construction qui  guidait les pèlerins sur le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Une fois la visite conclue, une bonne idée est de continuer un peu plus loin et de passer la nuit à Logroño ou à Viana.

Troisième jour: de Torres del Río à Villalcázar de Sirga

Une fois de plus l’itinéraire des Templiers à travers le nord de l’Espagne correspond presque au Chemin Français de Compostelle. Ce qui permet de s’arrêter à Burgos avant d’atteindre Castrojeriz où est située l’église templière de San Juan. Quant à notre prochain point de repère, Villalcázar de Sirga, ce fut la seule commanderie du temple dans la province de Palencia.

Castrojeriz, km 680

Église San Juan à Castrojeriz

Église San Juan à Castrojeriz. | Shutterstock

En deux petites heures, vous allez de Torres del Río à Castrojeriz, un peu moins si vous avez passé la nuit à Logroño. Avant d’atteindre la ville et son église templière de San Juan, il est intéressant d’arrêter la voiture dans les ruines du monastère de San Antón. Il appartenait à un autre ordre, celui de San Antonio. qui était chargé de traiter l’ergotisme ou le feu de San Antón, produit par un champignon du seigle. Son symbole était une croix en forme de « T », ou  Tau. Elle était très importante et servait de siège aux Antoniens dans la Péninsule Ibérique.

En allant au centre de Castrojeriz, il faut souligner son organisation autour du Chemin de Compostelle. Parmi ses nombreuses églises importantes, comme celle de Santa María del Manzano, signalons celle de San Juan. Bien que la pression de guerre ait été plus au sud, les Templiers ont maintenu leur influence dans la région grâce à des constructions comme celle-ci. Grâce à une réforme du XVIe siècle, réalisée par Rodrigo Gil de Hontañón, son ancienne apparence a été enveloppée. Cependant, sa tour défensive montre bien le caractère militaire de ses origines. Le cloître, avec une nette influence cistercienne, est également l’original.

Villalcázar de Sirga, km 733

Église Santa María la Blanca à Villalcázar de Sirga

Église Santa María la Blanca à Villalcázar de Sirga. | Shutterstock

Depuis au moins 1307, le statut de Commanderie templière de Villalcázar de Sirga est confirmé. Des villages voisins, comme Terradillo de los Templarios y étaient associés. Avant cela, l’Ordre du Temple était déjà influent dans la contrée. Par exemple, le premier hôpital de pèlerins de la ville de Palencia fut créé par les templiers. A l’époque, l’église principale des lieux fut également templière. Connue sous le nom de Santa María la Blanca, c’était aussi une véritable forteresse.

Le portail de l’édifice, du XIIIe siècle est notoire, anticipant le style gothique qui allait dominer l’architecture religieuse peu après. Ce que l’on voit déjà reflété dans les éléments de l’intérieur. L’ensemble était également un sanctuaire lié à la Vierge Marie qui a inspiré les rois castillans. Par exemple, Alphonse X le Sage a composé une de ses chansons sur cette église.

Quatrième jour: de Villalcázar de Sirga à Ponferrada

La fin de ce long itinéraire de visites ne pouvait être que Ponferrada. Avec la capitale actuelle d’El Bierzo s’achève cette grande route des Templiers à travers le nord de l’Espagne. S’il vous reste encore un jour disponible, allez réaliser un épilogue à Zamora ou en Galice. Avant les montagnes qui séparent la région du Bierzo de León, vous pouvez faire une halte à Rabanal del Camino. Sa petite église appartenait à l’ordre, dépendant des chevaliers de Ponferrada. Sa mission était de protéger l’ascension du mont Irago, une zone de passage de col jacobine. Aujourd’hui, tout en haut, Tomás vous attend, un hospitalier qui se déclare être le dernier Templier.

Ponferrada, km 944

Château de Ponferrada

Château de Ponferrada. | Wikimedia

L’image la plus spectaculaire de ce voyage est peut-être celle du château des Templiers de Ponferrada. Cette immense masse de pierre se développa après que le contrôle de la ville été confié aux Templiers par la couronne de León presque au XIIIe siècle.

Les intrigues entre les royaumes de León et de Castille les ont conduits à le perdre pendant quelques années au profit de l’Ordre Hospitalier. La ville s’était développée autour d’un pont fortifié permettant aux pèlerins du Chemin de Compostelle d’aller à l’église San Pedro. L’impact des templiers fut très profond. Par exemple, on leur attribue la découverte de la sainte patronne d’El Bierzo, la Virgen Negra de la Encina. Ils l’auraient découverte alors qu’ils coupaient du bois pour agrandir leur quartier général ou lorsqu’ils l’abandonnèrent après être tombés en disgrâce.

La forteresse se développa pendant des décennies, augmentant considérablement ses dimensions. Les murailles furent renforcées et les dépendances nécessaires furent construites pour que les moines guerriers y mènent leur mode de vie particulière. De celles-ci, presque rien ne nous est resté. La trahison du roi de France qui  conduisit à la disparition de l’ordre militaire se termina par la remise de la ville à la couronne. L’accord fut conclu entre l’Infant Don Felipe avec María de Molina et le maître Rodrigo Yáñez. Les nouvelles constructions des XV et XVI siècles ont encore agrandi la forteresse. Cependant, la guerre d’indépendance y causa d’énormes dégâts au moment de la retraite des Français. Aujourd’hui reconstruit, il présente une immense exposition sur les templiers et l’époque médiévale.

La capitale de El Bierzo, en plus du château des Templiers, possède des attraits remarquables. La Basilique de la Virgen de la Encina en est un bon exemple. La gastronomie locale est également excellente et non loin de là se trouvent des villages riches d’un long passé comme la bourgade isolée de Peñalba de Santiago et son église mozarabe. Suivant les traces des Templiers, la forteresse de Cornatel est également à voir obligatoirement.

Épilogues

Château d'Alba

Château d’Alba

Si vous souhaitez continuer un peu plus loin sur cette route des Templiers à travers le nord de l’Espagne, deux options s’offrent à vous. D’une part, traverser les Ancares jusqu’à la Galice et aller jusqu’à Temple et Cambre. La zone entière était contrôlée par l’ordre dont elle hérita du nom. D’autre part, vous pouvez descendre dans la région d’Aliste. Là, les vestiges des châteaux d’Alba et d’Alcañices vous attendent, tout près de la frontière avec le Portugal.

Résumé de l’itinéraire templier à travers le nord de l’Espagne

Distance totale: 944 kilomètres

Jours: quatre (aller seulement)

Distances partielles: Jour 1, 180 km | Jour 2, 304 km | Jour 3, 249 km | Jour 4, 211 km

Étapes proposées: Départ, Miravet | Jour 1, Monzón | Jour 2, Torres del Río / Logroño | Jour 3, Villalcázar de Sirga | Jour 4, Ponferrada


About the author

Autres nouvelles intéressantes
Les plus beaux villages de Soria sont pleins de charme et une fois que vous Más información
Zugarramurdi est une municipalité appartenant à la Communauté Forale de Navarre, située dans la région Más información
Le Moyen Âge se manifeste par de nombreux édifices tels que des châteaux, des palais, Más información
Entre Biescas et Sabiñánigo, comme tout autour de ces deux villages de la province de Más información
L'Espagne des trois cultures, c'est ainsi que l'on appelle communément la période de coexistence entre Más información